Forum Opéra

VERDI, Nabucco — Peralada

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
16 juillet 2011
Maria Guleghina à la rescousse

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe VERDI (1813-1901) Nabucco Opéra en quatre parties sur un livret de Temistocle Solera, d’après Nabuchodonosor (1836), drame d’Auguste Anicet-Bourgeois et Francis Cornue, créé le 9 mars 1842 à la Scala de Milan. Version de concert Juan Pons, Nabucco Maria Guleghina, Abigaille Ferruccio Furlanetto, Zaccaria Nino Surguladze, Fenena Teodor Ilincai, Ismaele Orchestre Symphonique et Chœur du Grand Théâtre du Liceu Direction musicale : Nello Santi Festival de Peralada, samedi 16 juillet, 22h

Depuis sa création, le Festival de Peralada a toujours, dans sa programmation, accordé une large part à la musique vocale. Le choix de Nabucco pour célébrer son 25e anniversaire ne relève donc pas du hasard, mais le parti-pris d’une version de concert en de telles circonstances donne à cet opéra biblique une tournure inattendue. Débarrassé des oripeaux de la scène, privé de geste dramatique, le premier chef d’œuvre de Giuseppe Verdi se transforme en une succession de numéros comme autant d’occasions pour les protagonistes – chanteurs, chœur et orchestre – de faire leur show. Et, bien plus que le récit sauvage de l’oppression des Hébreux, c’est une soirée de gala qui nous est proposée, avec son inévitable et fastidieuse enfilade d’entrées et de sorties.

Dans ces conditions, faut-il reprocher à Nello Santi de ne pouvoir insuffler à l’ouvrage cet élan narrratif indispensable à toute représentation d’opéra. On a surtout l’impression que le chef d’orchestre peine à modeler le son d’un orchestre du Grand Théâtre du Liceu plus ronflant qu’inspiré. Le chœur, autre élément essentiel de l’œuvre (c’est la première fois dans l’histoire de l’opéra italien qu’il occupe une telle place) se repait davantage de volumes que de nuances et il faut, au final, beaucoup d’imagination pour percevoir derrière cet assaut de décibels la tragédie d’un peuple opprimé.

Tout comme il faut une bonne dose d’indulgence pour discerner dans l’interprétation désordonné de Ferruccio Furlanetto la grandeur du prophète Zaccaria. La basse italienne, mise à rude épreuve par une partition implacable, a du mal à dompter un instrument sollicité au-delà de ses capacités actuelles. Juan Pons en Nabucco se trouve confronté au même problème. Sa voix aujourd’hui ne répond plus aux exigences du rôle. Sauf qu’à défaut du roi et du guerrier, le baryton sait user de ses faiblesses pour dessiner l’homme et le père. Et il y a de véritables instants d’émotion quand se reflète dans ce chant émoussé le portrait du souverain déchu. Nino Surguladze en Fenena et Teodor Ilincai en Ismaele poussent la note à tue-tête mais à leur décharge, Verdi a réservé à ces deux personnages une place secondaire. Pourquoi alors s’embarrasser de subtilité ?

Bref, la soirée aurait été dispensable si l’Abigaille de Maria Guleghina n’était venue bousculer la donne. Il suffit que la soprano paraisse, outrageusement gansée dans une robe écarlate, pour que le théâtre reprenne ses droits. Il y aurait pourtant à redire à ce chant dont la violence au premier abord surprend. La vocalisation est souvent imprécise et les passages les plus périlleux de la partition habilement escamotés. L’aigu n’est pas toujours au rendez-vous mais quand il touche juste, il gifle. Le grave ne fait pas dans la dentelle non plus. Pour le reste, dans un rôle réputé inchantable, combien aujourd’hui sont capables d’une telle véhémence et comment résister à la folie barbare d’une telle Abigaille, écartelée entre les deux extrêmes de la portée, qui s’offre le luxe d’orner la reprise de sa cabalette. Plus surprenants encore par contraste, nous ont semblé ces moments où la voix s’allège pour laisser entrevoir derrière le rideau de flamme les blessures de l’âme : « Anch’io dischiuso » et « Su me… morente… » comme suspendus dans l’air chaud de la nuit catalane. Instants magiques que les craquètements d’une cigogne sur un arbre voisin achèvent d’enchanter, où l’on contemple subjugué la furie devenir déesse et la soprano diva.

 

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe VERDI (1813-1901) Nabucco Opéra en quatre parties sur un livret de Temistocle Solera, d’après Nabuchodonosor (1836), drame d’Auguste Anicet-Bourgeois et Francis Cornue, créé le 9 mars 1842 à la Scala de Milan. Version de concert Juan Pons, Nabucco Maria Guleghina, Abigaille Ferruccio Furlanetto, Zaccaria Nino Surguladze, Fenena Teodor Ilincai, Ismaele Orchestre Symphonique et Chœur du Grand Théâtre du Liceu Direction musicale : Nello Santi Festival de Peralada, samedi 16 juillet, 22h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Il ne faut jurer de rien
Donald RUNNICLES, Stefan HERHEIM, Clay HILLEY
Spectacle
Les tergiversations de la reine d’Egypte
Sandrine PIAU, Ann HALLENBERG, Arianna VENDITTELLI
Spectacle