Forum Opéra

Paris Opera Competition 2023 – Paris (TCE)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
17 septembre 2023
A l’ombre de la jeune fille en fleur

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Audran : La Mascotte, ouverture
Haendel : Ariodante, « Doppo note » (Valérie Eickhoff)
Gounod : Roméo et Juliette, « Ah, lève-toi soleil ! » (Gonzalo Quinchahual)
Mozart : Don Giovanni, « Madamina, il catalogo e questo » (Ossian Huskinson)
Mozart : Cosi Fan Tutte, « Prendero quel brunettino » (Jasmin Delfs, Seray Pinar)
Mozart : Lucio Silla, « In un instante/ parto, m’affretto » (Julie Roset)
Wagner : Die Walküre, « O süsseste Wonne » (Hedvig Haugerud , Christopher Sokolowski)
Bellini : I Puritani, « O rendetemi la speme… Qui la voce » (Lauranne Oliva)
Verdi : Falstaff, « E sogno… o realta » (Milan Perisic)
Mozart : Les Noces de Figaro, « Cinque, dieci, venti, trenta… » (Julie Roset, Ossian Huskinson)
Gluck: Orphée et Eurydice, « Amour, viens rendre à mon âme » (Seray Pinar)
Delibes : Lakmé, Duo des Fleurs (Lauranne Oliva , Valérie Eickhoff)
Zandonai : Giulietta e Romeo, « Giulietta! Son io! » (Christopher Sokolowski)
Donizetti : La fille du régiment, « C’en est donc fait… Salut à la France ! » (Jasmin Delfs)
Bizet : Les pêcheurs de perles, « Au fond du temple saint » (Milan Perisic, Gonzalo Quinchahual)
Wagner : Tannhaüser, « Dich, teure halle » (Hedvig Haugerud)
Humperdinck : Hansel und Gretel, « Abends will ich schlafen gen » (Julie Roset, Seray Pinar)
Mozart : Cosi Fan Tutte, « la Mia Dorabella » (Gonzalo Quinchahual, Milan Perisic, Ossian Huskinson)
Mozart : les Noces de Figaro, « Gente, Gente » (tous)

Jasmin Delfs, soprano, 25 ans – Allemagne
Valerie Eickhoff, mezzo-soprano, 27 ans – Allemagne
Hedvig Haugerud, soprano, 28 ans – Norvège
Ossian Huskinson, baryton-basse, 28 ans – Royaume-Uni
Lauranne Oliva, soprano, 23 ans – France
Milan Perisic, baryton, 31 ans – Serbie
Seray Pinar, mezzo-soprano, 27 ans – Turquie
Gonzalo Quinchahual, ténor, 26 ans – Chili
Julie Roset, soprano, 26 ans – France
Christopher Sokolowski, ténor, 32 ans – Etats-Unis

Mise en scène
Florence Alayrac

Orchestre des Frivolités Parisiennes
Direction musicale
Victor Jacob

Paris, Théâtre des Champs-Elysées, vendredi 15 septembre 2023, 19h

Les voies du Seigneur sont, dit-on, impénétrables. Les palmarès des concours de chant lyrique aussi…

Paris Opera Competition se démarque de ses congénères par une volonté d’ouverture à un large public, au-delà des seuls casuistes de la glotte. La mise en espace de Florence Alayrac, les dessins de Céline Pagan – un par numéro – projetés en fond de scène, les costumes de Nicolas Aubagnac veulent bousculer l’inévitable défilé des candidats. La fluidité des entrées et sorties est admirable, souligne Roselyne Bachelot invitée à décoincer la cérémonie avec son franc parler et son humour coutumiers. Ses interventions entre chaque salve de numéros forment une respiration souriante dans une soirée où l’on sent moins que d’autres fois l’appréhension des jeunes chanteurs soumis à l’examen d’un jury de haute volée et, en fin de compétition, au vote électronique du public. En guise d’accompagnement, non un piano mais un (bon) orchestre – les Frivolités parisiennes (bien) dirigées par Victor Jacob – tente de se plier à tous les styles musicaux convoqués, du baroque haendélien au romantisme post-wagnérien de Zandonai. A l’impossible nul n’est tenu. Jusqu’au programme conçu à la manière d’un florilège lyrique. Duos, voire trios, alternent avec les airs – un seul par candidat ; c’est un peu court pour se forger une opinion solide. Là est la limite de l’exercice.

Toute erreur de répertoire peut s’avérer fatale. Nombreux sont les prétendants au titre à ne pas encore avoir l’étoffe du héros ou de l’héroïne choisis, quels que soient par ailleurs leurs mérites. Tel est le cas de Seray Pinar, mezzo-soprano turque entrée cette année à l’Académie de l’Opéra de Paris, débordée par le flux tumultueux de « Amour, viens rendre à mon âme », ses sollicitations dans le bas de la tessiture et la cadence infernale qui la cueille à court de souffle et d’imagination. Tel est aussi le cas de Milan Perisic dont l’air de Ford, extrait de Falstaff, prouve que le jeune Serbe – 31 ans – n’est pas encore le baryton-Verdi ambitionné. Loin s’en faut en termes de métal, d’ampleur et de mordant. Tel est encore le cas de Christopher Sokolowski, ténor américain lost in translation entre Roméo (de Zandonai) et Siegmund. Le premier voudrait plus de lumière, le second plus de muscle. Tel est enfin le cas de Julie Roset, soprano délicat mais trop léger pour traduire les craintes et tourments de Giunia (et même donner corps à Suzanna). Les élans de bravoure, dépourvus d’intention, se diluent dans un tendre gazouillis. Elle reçoit le 3e prix.

De Valérie Eichkoff, mezzo-soprano allemande invitée régulièrement à chanter Cherubino, Rosina et Cenerentola au Deutsche Oper am Rhein, on retient la chaleur enveloppante d’une voix à la souplesse aguerrie par la fréquentation de rôles rossiniens. C’est beaucoup mais encore insuffisant pour déchaîner les éléments dans l’aria di tempesta qu’est « Dopo notte ». « Ah, lève toi soleil », la cavatine du Roméo de Gounod, flatte le placement de la voix, la conduite scrupuleuse et la ligne égale de Gonzalo Quinchahual, ténor dont les couleurs et quelques légers défauts de prononciation trahissent les origines sud-américaines. Moins assurés, Nadir puis Ferrando empêchent la transformation de l’essai.

L’aisance scénique et la mâle velours du timbre d’Ossian Huskinson aurait voulu mieux que l’Air du catalogue pour se démarquer de ses concurrents, d’autant que Figaro, sans grand relief dans le duo des Noces, ne l’aide pas à marquer davantage de points. Qu’importe ! Le baryton-basse britannique a suffisamment de personnalité pour tracer sa route. Son nom est à suivre. Tout comme celui de Jasmin Delfs, soprano allemande capable de haute voltige – elle a fait ses débuts en reine de la nuit en 2022 dans le Young Singers Project de Salzbourg. « Salut à la France » intelligemment orné, fait valoir l’envergure, le tempérament dramatique et le bagage technique d’une voix qui, exploitée en ce sens, pourrait se destiner aux grands rôles belcantistes.

Émule de Lise Davidsen dont elle semble marcher sur les brisées, comme elle norvégienne, Hedvig Haugerud possède l’émission large, le soutien et l’ardeur d’un soprano wagnérien, avec l’effet torche que produit immanquablement ce type de chant, en dépit d’un fléchissement d’intensité dans les dernières phrases de « Dich, teure Halle ». Elle obtient le deuxième 2e prix.

De l’avis du jury et de la majorité de l’assistance, la compétition est dominée par Lauranne Oliva. Charme et grâce défient les lois de l’apesanteur dans le Duo du jasmin. Fraîcheur, musicalité et précision des aigus esquissent une folie d’Elvira encore timide. Outre l’attention au mot, commune à tous les rôles dans tous les répertoires, les vierges éplorées, les reines bafouées et autres cinglées du belcanto exigent une virtuosité plus éloquente. Patience. Âgée de seulement 23 ans, Lauranne Oliva dispose du temps suffisant pour que ses fruits tiennent les promesses de la jeune fille en fleur. Elle reçoit le premier prix ainsi que le prix du public.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Audran : La Mascotte, ouverture
Haendel : Ariodante, « Doppo note » (Valérie Eickhoff)
Gounod : Roméo et Juliette, « Ah, lève-toi soleil ! » (Gonzalo Quinchahual)
Mozart : Don Giovanni, « Madamina, il catalogo e questo » (Ossian Huskinson)
Mozart : Cosi Fan Tutte, « Prendero quel brunettino » (Jasmin Delfs, Seray Pinar)
Mozart : Lucio Silla, « In un instante/ parto, m’affretto » (Julie Roset)
Wagner : Die Walküre, « O süsseste Wonne » (Hedvig Haugerud , Christopher Sokolowski)
Bellini : I Puritani, « O rendetemi la speme… Qui la voce » (Lauranne Oliva)
Verdi : Falstaff, « E sogno… o realta » (Milan Perisic)
Mozart : Les Noces de Figaro, « Cinque, dieci, venti, trenta… » (Julie Roset, Ossian Huskinson)
Gluck: Orphée et Eurydice, « Amour, viens rendre à mon âme » (Seray Pinar)
Delibes : Lakmé, Duo des Fleurs (Lauranne Oliva , Valérie Eickhoff)
Zandonai : Giulietta e Romeo, « Giulietta! Son io! » (Christopher Sokolowski)
Donizetti : La fille du régiment, « C’en est donc fait… Salut à la France ! » (Jasmin Delfs)
Bizet : Les pêcheurs de perles, « Au fond du temple saint » (Milan Perisic, Gonzalo Quinchahual)
Wagner : Tannhaüser, « Dich, teure halle » (Hedvig Haugerud)
Humperdinck : Hansel und Gretel, « Abends will ich schlafen gen » (Julie Roset, Seray Pinar)
Mozart : Cosi Fan Tutte, « la Mia Dorabella » (Gonzalo Quinchahual, Milan Perisic, Ossian Huskinson)
Mozart : les Noces de Figaro, « Gente, Gente » (tous)

Jasmin Delfs, soprano, 25 ans – Allemagne
Valerie Eickhoff, mezzo-soprano, 27 ans – Allemagne
Hedvig Haugerud, soprano, 28 ans – Norvège
Ossian Huskinson, baryton-basse, 28 ans – Royaume-Uni
Lauranne Oliva, soprano, 23 ans – France
Milan Perisic, baryton, 31 ans – Serbie
Seray Pinar, mezzo-soprano, 27 ans – Turquie
Gonzalo Quinchahual, ténor, 26 ans – Chili
Julie Roset, soprano, 26 ans – France
Christopher Sokolowski, ténor, 32 ans – Etats-Unis

Mise en scène
Florence Alayrac

Orchestre des Frivolités Parisiennes
Direction musicale
Victor Jacob

Paris, Théâtre des Champs-Elysées, vendredi 15 septembre 2023, 19h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’oreille regarde
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Faire image, écrire l’histoire
Anna MALESZA-KUTNY, Eugene RICHARDS III, Anna GORYACHOVA
Spectacle