Forum Opéra

DVOŘÁK, Rusalka — Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
29 janvier 2019
Ondes aquatiques en demi-teinte

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Conte lyrique en trois actes

Composé par Antonín Dvořák en 1900

Livret de Jaroslav Kvapil d’après un conte de Karel Jaromír Erben

Créé à Prague en 1905

Détails

Mise en scène

Robert Carsen

Décors et costumes

Michael Levine

Lumières

Peter Van Prêt, Robert Carsen

Chorégraphie

Philippe Giraudeau

Le Prince

Klaus Florian Vogt

La Princesse Etrangère

Karita Mattila

Rusalka

Camilla Nylund

L’Esprit du lac

Thomas Johannes Mayer

Ježibaba

Michelle DeYoung

La Voix d’un chasseur

Danilo Matviienko

Le garçon de cuisine

Jeanne Ireland

Première Nymphe

Andreea Soare

Deuxième Nymphe

Emanuela Pascu

Troisième Nymphe

Elodie Méchain

Le Garde Forestier

Tomasz Kumiega

Choeur de l’Opéra National de Paris

Direction

Alessandro Di Stefano

Orchestre de l’Opéra National de Paris

Direction musicale

Susanna Mälkki

Paris, Opéra Bastille, mardi 29 janvier, 19h30

Quelle joie de retrouver cette production de Rusalka mise en scène par Robert Carsen ! Créée à Paris en 2002 puis reprise en 2005 et 2015, elle revient cette saison pour la troisième fois sur la scène parisienne. Comme l’écrivait alors Laurent Bury, « Ces magistrales variations sur l’idée de reflet et de symétrie ont gardé toute leur magie et toute leur beauté » et « l’on reste fasciné par le jeu des doubles » , celui du monde fantastique des nymphes et des ondines et celui du monde réel, celui de la nymphe Rusalka douée de parole et de son incarnation humaine muette. 

Au bonheur de retrouver une production élégante, épurée et respectueuse du livret, ce qui devient l’exception à l’Opéra de Paris, s’ajoute celui d’entendre une distribution de grande qualité puisqu’elle réunit Karita Mattila, Klaus Florian Vogt et Camilla Nylund sous la baguette de la chef Susanna Mälkki.


K.F. Vogt, K. Mattila, C. Nylund, T.J. Mayer © Guergana Damianova

Le premier acte laisse pourtant un goût d’inachevé. Camilla Nylund est une musicienne accomplie au timbre plaisant mais qui manque de projection dans le medium. Semblant hélas égarée dans l’immensité de Bastille, son interprétation de Rusalka en pâtit, surtout lors de l’Ode à la lune. Musicalement irréprochable, elle ne parvient pas à émouvoir son auditoire. Il faudra attendre la fin de l’acte 2 pour que la soprano finlandaise commence à réellement incarner son personnage et se métamorphose lors du final, où, portée par l’orchestre et son partenaire, elle s’avère particulièrement émouvante. 

Klaus Florian Vogt quant à lui déploie dès les premières notes son timbre lumineux qui sied à merveille à la fraîcheur juvénile du Prince. La ligne de chant est parfaitement tenue tout au long de l’œuvre et son interprétation finit en apothéose lors du duo final, sublimé par l’orchestre. 

On en oublierait son écart avec la séductrice Princesse Etrangère de Karita Mattila. Le timbre est toujours saisissant, les aigus toujours somptueux mais le medium a un peu perdu sa flamboyante couleur mythique. 

Face à l’Ondine, Michelle DeYoung campe une Jézibaba inquiétante et cruelle et Thomas Johannes Mayer un père torturé par le sort de sa fille. Son air « Pauvre, pauvre Rusalka » est indéniablement le moment le plus déchirant de la soirée.

Le trio des nymphes de l’acte 3 est remarquable : les voix charnues d’Emanuela Pascu, Andreaa Soare et Elodie Méchain se mêlent harmonieusement à la dentelle orchestrale de Suanna Mälkki.

Très attentive aux chanteurs et veillant à ne jamais les couvrir, la chef finlandaise propose une direction élégante, précise et poétique de l’œuvre de Dvořák mais sans toutefois parvenir à embraser la fosse lors des passages chantés de l’acte 1. A partir de l’acte 2, les couleurs chatoyantes de la partition commencent à animer l’orchestre, et plus seulement dans les traits symphoniques. L’équilibre de la délicatesse et de la puissance de la matrice orchestrale est atteint lors du dernier acte.

Au final, une soirée d’une grande élégance musicale dont l’émotion se distille crescendo tout au long de la représentation.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Conte lyrique en trois actes

Composé par Antonín Dvořák en 1900

Livret de Jaroslav Kvapil d’après un conte de Karel Jaromír Erben

Créé à Prague en 1905

Détails

Mise en scène

Robert Carsen

Décors et costumes

Michael Levine

Lumières

Peter Van Prêt, Robert Carsen

Chorégraphie

Philippe Giraudeau

Le Prince

Klaus Florian Vogt

La Princesse Etrangère

Karita Mattila

Rusalka

Camilla Nylund

L’Esprit du lac

Thomas Johannes Mayer

Ježibaba

Michelle DeYoung

La Voix d’un chasseur

Danilo Matviienko

Le garçon de cuisine

Jeanne Ireland

Première Nymphe

Andreea Soare

Deuxième Nymphe

Emanuela Pascu

Troisième Nymphe

Elodie Méchain

Le Garde Forestier

Tomasz Kumiega

Choeur de l’Opéra National de Paris

Direction

Alessandro Di Stefano

Orchestre de l’Opéra National de Paris

Direction musicale

Susanna Mälkki

Paris, Opéra Bastille, mardi 29 janvier, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Naples vs Salzbourg : le match
Anna NETREBKO, Romain GILBERT, Eve-Maud HUBEAUX
Spectacle