Forum Opéra

STRAUSS, Salome — Aix-en-Provence

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
17 juillet 2022
Elsa Dreisig dévoilée

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en 1 acte

Composé par Richard Strauss entre 1903 et 1905

Livret du compositeur d’après la pièce d’Oscar Wilde

Créé à Dresde, le 9 Décembre 1905

Détails

Mise en scène

Andrea Breth

Décors

Raimund Orfeo Voigt

Costumes

Alexandra Charles

Lumière

Alexander Koppelmann

Dramaturgie

Klaus Bertisch

Chorégraphie

Beate Vollack

Salome

Elsa Dreisig

Jochanaan

Gábor Bretz

Herodes

John Daszak

Herodias

Angela Denoke

Narraboth

Joel Prieto

Ein Page der Herodias

Carolyn Sproule

Erster Jude

Léo Vermot-Desroches

Zweiter Jude

Kristofer Lundin

Dritter Jude

Rodolphe Briand

Vierter Jude

Grégoire Mour

Fünfter Jude / Zweiter Soldat

Sulkhan Jaiani

Erster Nazarener / Ein Kappadozier

Kristján Jóhannesson

Zweiter Nazarener

Philippe-Nicolas Martin

Erster Soldat

Allen Boxer

Eine Sklavin

Katharina Bierweiler

Orchestre de Paris

Direction musicale

Ingo Metzmacher

Festival d’Aix-en-Provence, Grand-Théâtre de Provence, samedi 16 juillet 2022, 20h

Voilà Salomé telle qu’on l’imagine, juvénile forcément – l’histoire voudrait qu’elle ait 16 ans –, gracile, ingénue, capricieuse, inflexible et perverse. La voix en revanche ne correspond pas exactement au format attendu. Le choix d’une orchestration révisée par Strauss lui-même vingt-cinq années après la création de l’opéra, tente d’y remédier. Les limites restent présentes : les tensions de l’aigu dans la scène finale notamment, quelques notes graves inaudibles… Broutilles puisque le personnage existe comme rarement, dans ses névroses et ses fragilités, dans son incandescence, dans la longueur du souffle et l’acier du timbre. Sur la scène du Grand Théâtre de Provence, Elsa Dreisig apporte un formidable démenti à ceux qui doutaient de sa prise de rôle. 

Voilà Salomé sans emphase, sans orchestre tonitruant, sans déferlement symphonique, sans injonction lancée aux chanteurs d’abuser de puissance pour franchir le mur du son, limpide. Cette volonté de transparence n’est évidemment pas étrangère au succès d’Elsa Dreisig. Ingo Metzmacher impose à l’Orchestre de Paris la clarté que l’on dit propre aux formations françaises et qu’il ne faudrait pas prendre pour un aveu de faiblesse. Au contraire, la lisibilité instrumentale – la manière dont on perçoit chaque pupitre et derrière chaque pupitre chaque instrument – n’entrave pas l’éloquence dramatique. Le discours, tendu, haletant, est de ceux que l’on suit, scotché à l’orchestre comme à son écran devant une (bonne) série Netflix.


© Bernd Uhlig

Voilà Salomé entourée sur scène de partenaires que l’on aurait tort de prendre – comme souvent – pour des faire-valoir. Le rôle de Iochanaan n’est pas des plus subtils – baryton héroïque avec ce que cela implique de projection, de largeur dans le medium, de facilité dans l’aigu, d’aisance dans le grave. Gábor Bretz coche toutes les cases sans le supplément de présence qu’il faudrait pour tirer le prophète de sa citerne. Le couple royal formé par Angela Denoke et John Daszak en Herodias et Herode est en revanche diabolique. Elle, glamoureuse, vénéneuse, même si fâchée avec la justesse. Lui, plus mémorable encore car irréprochable vocalement, incisif, fébrile, ingrat aussi et en cela, son ténor se démarque sans peine de celui, lyrique, de Joel Prieto en Narraboth.

Voilà Salomé sans la danse des sept voiles – ce qui est toujours un peu frustrant tant la scène engendre de fantasmes –, freudienne par la manière dont Andrea Breth semble alors vouloir explorer l’inconscient de la jeune princesse, analytique donc plus que littérale, répartie sur trois décors en contradiction avec le livret et avec les incohérences textuelles que cela induit, sans contresens sinon, sans fulgurance non plus – un de ces éclairs de génie scénique susceptibles d’ouvrir de nouvelles perspectives sur une œuvre trop connue –, voilée tout au long de la représentation par un rideau qui induit une distance préjudiciable avec les chanteurs et dont on s’interroge sur le bien-fondé. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en 1 acte

Composé par Richard Strauss entre 1903 et 1905

Livret du compositeur d’après la pièce d’Oscar Wilde

Créé à Dresde, le 9 Décembre 1905

Détails

Mise en scène

Andrea Breth

Décors

Raimund Orfeo Voigt

Costumes

Alexandra Charles

Lumière

Alexander Koppelmann

Dramaturgie

Klaus Bertisch

Chorégraphie

Beate Vollack

Salome

Elsa Dreisig

Jochanaan

Gábor Bretz

Herodes

John Daszak

Herodias

Angela Denoke

Narraboth

Joel Prieto

Ein Page der Herodias

Carolyn Sproule

Erster Jude

Léo Vermot-Desroches

Zweiter Jude

Kristofer Lundin

Dritter Jude

Rodolphe Briand

Vierter Jude

Grégoire Mour

Fünfter Jude / Zweiter Soldat

Sulkhan Jaiani

Erster Nazarener / Ein Kappadozier

Kristján Jóhannesson

Zweiter Nazarener

Philippe-Nicolas Martin

Erster Soldat

Allen Boxer

Eine Sklavin

Katharina Bierweiler

Orchestre de Paris

Direction musicale

Ingo Metzmacher

Festival d’Aix-en-Provence, Grand-Théâtre de Provence, samedi 16 juillet 2022, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La magnifique Tétralogie de Brigitte Fassbaender
Brigitte FASSBAENDER, Erik NIELSEN, Christiane LIBOR
Spectacle