Forum Opéra

STRAUSS, Salome — Moscou (Bolchoï)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
26 mai 2021
Salomé de Hurlevent

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en 1 acte

Composé par Richard Strauss entre 1903 et 1905

Livret du compositeur d’après la pièce d’Oscar Wilde

Créé à Dresde, le 9 Décembre 1905

Détails

Mise en scène
Claus Guth
Décors

Etienne Pluss

Costumes
Ursula Kudrna
Lumières
Olaf Freese
Vidéo
Roland Horvarth / rocafilm

Herodes
Roman Muravistky

Herodias
Elena Zelenskaya
Salome
Ann Petersen
Jochanaan
Oliver Zwarg
Narraboth
Timofei Dubovitsky
Ein Page der Herodias
Alina Chertash
Erste Jude
Ivan Maximeyko
Zweiter Jude
Maxim Paster
Dritter Jude
Zakhar Kovalyov
Vierter Jude
Ruslan Yudin
Fünfer Jude
Valery Gilmanov
Erster Nazarener
Denis Makarov
Zweiter Nazarener
Alexander Chernov
Erster Soldat
Alexander Markeev
Zweiter Soldat
Vladimir Komovich
Ein Cappadocier
Alexander Borodin
Eine Sklavin
Marat Gali

Orchestre du Théâtre du Bolchoï

Direction musicale

Tugan Sokhiev

Moscou, Théâtre du Bolchoï, samedi 21 mai 2021, 19h

L’indication « adults only  » que le Bolchoï a cru devoir rajouter sous le titre de Salome laissait présager de sulfureuses effervescences ; le choix de Claus Guth pour la mise en scène, lui, après l’aérienne Bohème à l’Opéra de Paris, entraînait l’imagination vers les impossibles. Finalement, la Salomé dont le Théâtre Bolchoï partage avec le Met la mise en scène est moins inattendue qu’on ne s’y pouvait s’y attendre, moins foudroyante aussi, même si elle réserve quelques belles surprises.

La première est sans doute le décor d’Etienne Pluss, dont les deux étages reflètent de façon efficace la duplicité de l’héroïne : à la surface, un intérieur noir, digne d’un manoir anglais, étouffant comme on imagine l’être les Hauts de Hurlevent ; au sous-sol, une profonde cave blanche sur les murs de laquelle les ombres se projettent, magnifiées et effrayantes, dans une esthétique post-expressionniste. Les transitions orchestrales entre les scènes permettent de passer de l’un à l’autre, à la façon d’un ascenseur, avec un suspense terrible au moment de l’apparition de Jochanaan, vivant puis mort. Le dialogue entre le blanc et le noir, dans les vêtements de Salomé comme dans le décor, ainsi que la judicieuse inversion entre la lumière du sous-sol et l’obscurité de l’étage, entretiennent l’ambiguïté inhérente de l’œuvre et de l’héroïne que, dans un décor pareil, on imagine être une Bertha Antoinette Mason de Jane Eyre en devenir. Au fond de la salle, comme pour confirmer la réputation ténébreuse des lieux, des personnages attifés de masques d’animaux, dans ce qui semble être une réminiscence du Rake’s Progress d’Olivier Py, s’agitent…


La danse des sept voiles © Damir Yusupov, Théâtre Bolchoï

La mise en scène de Claus Guth explore également la question de l’âge de Salomé : enfant, adolescente, adulte, ce sont sept Salomé qui apparaissent à tour de rôle lors de la danse des sept voiles, de plus en plus grandes. Cependant, le climax de l’œuvre que constitue cette scène, musicalement foisonnante, s’accompagne ici d’une cérémonie relativement statique, où le suspense des transitions s’évapore ; c’est peut-être l’une des déceptions de ce spectacle.

Sur le plan musical, la réussite surgit de ces caves blanches, où résonne la voix du Jochanaan d’Oliver Zwang. Chant délié, puissante projection, beau timbre, ces qualités procurent au prophète emprisonné des accents mystiques, et sa séduisante interprétation fait pencher la balance du côté du sous-sol… Pourtant, l’étage est assez bien défendu par l’Herodes de Roman Muravitsky : ténor très impliqué dans son rôle, il n’a peut-être pas l’aura d’un prophète, mais son interprétation vive, acérée, donne une forte cohérence au spectacle. C’est d’ailleurs lui que Claus Guth fait mourir, plutôt que Salomé, lorsque le rideau tombe sur une lune blanche noyée de pénombre.

L’orchestre du Théâtre Bolchoï, sous la conduite de son chef Tugan Sokhiev, garde la tête froide tandis que se déroule le drame. Point d’effusion, ni d’excès, la lecture se veut précise, soigneusement articulée, tempérant les ardeurs que semble invoquer le livret. Le son de l’orchestre est rond, clair, le jeu souvent virtuose, notamment lorsque les vents s’enroulent de façon hypnotique, ou que les cuivres retentissent au moment du suicide amoureux de Narraboth. Manquant peut-être de passion dans les premières scènes, la Salomé d’Ann Petersen dispose toutefois d’une forte présence scénique. Elle s’illustre davantage dans les passages d’épanchement amoureux, pleins de soupirs, même si elle est capable aussi de cris d’éclat. Solide et régulière, on regrette seulement de ne pas frissonner en l’écoutant. 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en 1 acte

Composé par Richard Strauss entre 1903 et 1905

Livret du compositeur d’après la pièce d’Oscar Wilde

Créé à Dresde, le 9 Décembre 1905

Détails

Mise en scène
Claus Guth
Décors

Etienne Pluss

Costumes
Ursula Kudrna
Lumières
Olaf Freese
Vidéo
Roland Horvarth / rocafilm

Herodes
Roman Muravistky

Herodias
Elena Zelenskaya
Salome
Ann Petersen
Jochanaan
Oliver Zwarg
Narraboth
Timofei Dubovitsky
Ein Page der Herodias
Alina Chertash
Erste Jude
Ivan Maximeyko
Zweiter Jude
Maxim Paster
Dritter Jude
Zakhar Kovalyov
Vierter Jude
Ruslan Yudin
Fünfer Jude
Valery Gilmanov
Erster Nazarener
Denis Makarov
Zweiter Nazarener
Alexander Chernov
Erster Soldat
Alexander Markeev
Zweiter Soldat
Vladimir Komovich
Ein Cappadocier
Alexander Borodin
Eine Sklavin
Marat Gali

Orchestre du Théâtre du Bolchoï

Direction musicale

Tugan Sokhiev

Moscou, Théâtre du Bolchoï, samedi 21 mai 2021, 19h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Curieux ne pas s’abstenir !
Camilla Carol FARIAS, Francesco BOSSI, Luis MAGALLANES
Spectacle