Forum Opéra

VERDI, Simon Boccanegra – Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
13 mars 2024
Triomphe des voix

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Opéra en un prologue et trois actes de Giuseppe Verdi (1813-1883) sur un livret de Francesco Maria Piave, repris par Arrigo Boïto

Créé le 12 mars 1857 à la Fenice de Venise puis, dans sa version remaniée, le 24 mars 1881 à la Scala de Milan

Détails

Mise en scène
Calixto Bieito
Décors
Susanne Gschwender
Costumes
Ingo Krügler
Lumières
Michael Bauer
Vidéo
Sarah Derendinger

Simon Boccanegra
Ludovic Tézier
Maria Boccanegra (Amelia Grimaldi)
Nicole Car
Jacopo Fiesco
Mika Kares
Gabriele Adorno
Charles Castronovo
Paolo Albiani
Étienne Dupuis
Pietro
Alejandro Baliñas Vieites
Un capitano dei Balestrieri
Paolo Bondi
Un’ancella di Amelia
Marianne Chandelier

Orchestre et chœur de l’Opéra national de Paris
Chef des Chœurs
Alessandro Di Stefano
Direction musicale
Thomas Hengelbrock

Paris, Opéra Bastille, mardi 12 mars 2024, 19h30

En serait-il des productions d’opéra comme des grands vins qui avec le temps se bonifient ? La reprise de Simon Boccanegra couché de nouveau cette saison sur le divan par Calixto Bieito ne suscite pas la même indignation que lors de sa création en 2018 – « Ce n’est pas scandaleux, c’est nul au sens strict du terme » écrivait notre confrère Clément Taillia au lendemain de la première. L’effet de mauvaise surprise étant désormais éventé, l’attention se détourne de la mise en scène pour se concentrer sur ce qui a l’opéra compte d’abord, qu’on le veuille ou non : les voix.

Alors finalement, peu importe l’unique dispositif scénique : une carcasse de bateau condamnée à tourner inlassablement dans un vide que n’emplit pas la projection en gros plan du visage des chanteurs. Peu importe l’absence de narration, la pauvreté de l’approche psychologique, la tristesse tubulaire du décor, la laideur des costumes que l’on dirait ramassés à la sauvette dans un point de collecte Emmaus, l’inutile provocation d’une Maria dépoitraillée. Peu importe l’indigence théâtrale puisque le chant triomphe. En témoigne l’ovation que le public réserve à Ludovic Tézier au tomber de rideau.


© Vincent Pontet- OnP

Boccanegra déjà dans cette même mise en scène en 2018, notre baryton national a approfondi son interprétation du doge verdien sans que le passage des ans n’altère la beauté d’un instrument, glorieux une fois franchi le Rubicon du prologue nécessaire à son échauffement (à moins que la différence de tenue entre ce prologue et le premier acte ne s’explique par une volonté de caractériser le passage de Simon de la jeunesse à la maturité). Le bronze – la mâle fierté du timbre – l’égalité de l’émission, la souplesse de la ligne que l’on dirait infinie tant elle se déroule, longue et flexible, sur toute la tessiture avec un naturel qui semble relever de l’évidence. Tout cela et plus encore, sans lequel ce chant ne serait qu’apollinien, vain hédonisme sonore oublieux du drame qu’il lui faut interpréter. Plus encore, c’est-à-dire la force de l’expression, traduite par l’attention constante portée au texte, la quête de sens, la largeur de la déclamation, la recherche de nuances pour que finalement s’élève un doge superbe, colosse aux pieds d’argile, imposant et magnanime, monumental et vulnérable, humain tout simplement. Qui dit mieux ? Aujourd’hui, personne à notre connaissance.

Autre rescapé de 2018, Mika Kares reste un Fiesco élevé chez les boyards, avec une tendance à grossir les voyelles et tuber les notes, frère de Pimène plus que du Padre Guardiano, d’une stature suffisante cependant pour affronter d’égal à égal son Simon qu’il accable de puissance et de graves abyssaux.

Des voix encore ? Alejandro Baliñas Vieites en Pietro, membre de la troupe lyrique de l’Opera national de Paris dont on mesure les progrès d’une production à l’autre, plus affirmé, plus concentré, plus libre aussi.

Etienne Dupuis, qui a en mains toutes les cartes d’un grand Simon, Paolo cynique en attendant, la parole claire et déliée, riche lui aussi d’une large palette d’intentions, trop noble presque pour un rôle de félon qui, tapi dans l’ombre, tire les ficelles de l’intrigue.

Et Charles Castronovo dont le ténor assombri par les ans trace la filiation entre Adorno et Don Carlos qu’il chantait à Genève en début de saison, plus à l’aise cependant en patricien qu’en infant car soumis à moins de tension, mais comme le fils de Philippe II, fébrile, blessé, débordé par des sentiments qu’il laisse épancher dans un « Sento avvampar nell’anima » impétueux – et applaudi.

Nicole Car, enfin, fait bénéficier Amélia de la santé d’un soprano au médium solide, à l’aigu précis où la musicalité et l’éclat prennent l’avantage sur l’approche belcantiste – la demi-teinte, le trille par lesquels s’énonce l’innocence de la jeune fille.

© Vincent Pontet- OnP

Des voix donc, un chœur superlatif, aveuglant de lumière dans la scène du conseil, et aussi un orchestre, essentiel dans Simon Boccanegra, opéra daté de 1857 mais révisé en 1881 par Verdi ciselant tel un orfèvre une partition jusqu’alors taillée dans le marbre brut. Les musiciens de l’Opera national de Paris trouvent là matière à opulence. Cordes de soie, zébré de cuivres, ourlée de bois, qu’exalte la direction de Thomas Hengelbrock. Le chef allemand que Faust excepté, l’on a davantage connu à Paris dans Gluck et Mozart que dans Verdi rappelle combien il est stérile de catégoriser les artistes. Son Simon résout la difficile équation posée par une œuvre navigant entre deux eaux, entre fougue risorgimentale et sagacité de la maturité. Les coutures entre les deux versions sont comme gommées par cette lecture vive et détaillée dont une autre des qualités, on l’a compris, est d’apporter aux chanteurs le soutien indispensable pour qu’ils puissent donner le meilleur d’eux-mêmes.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en un prologue et trois actes de Giuseppe Verdi (1813-1883) sur un livret de Francesco Maria Piave, repris par Arrigo Boïto

Créé le 12 mars 1857 à la Fenice de Venise puis, dans sa version remaniée, le 24 mars 1881 à la Scala de Milan

Détails

Mise en scène
Calixto Bieito
Décors
Susanne Gschwender
Costumes
Ingo Krügler
Lumières
Michael Bauer
Vidéo
Sarah Derendinger

Simon Boccanegra
Ludovic Tézier
Maria Boccanegra (Amelia Grimaldi)
Nicole Car
Jacopo Fiesco
Mika Kares
Gabriele Adorno
Charles Castronovo
Paolo Albiani
Étienne Dupuis
Pietro
Alejandro Baliñas Vieites
Un capitano dei Balestrieri
Paolo Bondi
Un’ancella di Amelia
Marianne Chandelier

Orchestre et chœur de l’Opéra national de Paris
Chef des Chœurs
Alessandro Di Stefano
Direction musicale
Thomas Hengelbrock

Paris, Opéra Bastille, mardi 12 mars 2024, 19h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une version de concert illuminée par l’irrésistible Contessa de Golda Schultz !
Golda SCHULTZ, Anna EL-KHASHEM, Peter MATTEI
Spectacle