Forum Opéra

VERDI, Don Carlos – Genève

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 septembre 2023
Le néant des grandeurs de la mise en scène

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Livret de Joseph Méry et Camille du Locle d’après Don Carlos de Friedrich von Schiller
Version française en cinq actes, créée le 11 mars 1867 à Paris

Nouvelle production

Détails

Mise en scène
Lydia Steier
Scénographie et vidéos
Momme Hinrichs
Costumes
Ursula Kudrna
Lumières
Felice Ross
Dramaturgie
Mark Schachtsiek

Don Carlos, Infant d’Espagne
Charles Castronovo
Philippe II, roi d’Espagne
Dmitry Ulyanov
Élisabeth de Valois
Rachel Willis Sørensen
Rodrigue, marquis de Posa
Stéphane Degout
La princesse Éboli
Eve-Maud Hubeaux
Le Grand Inquisiteur
Liang Li
Thibault
Ena Pongrac
Un moine
William Meinert
Le Comte de Lerme
Julien Henric
Une voix céleste
Giulia Bolcato
Les Députés de Flandre
Raphaël Hardmeyer, Benjamin Molonfalean, Joé Bertili, Edwin Kaye, Marc Mazuir, Timothée Varon
La comtesse d’Aremberg
Iulia Elena Surdu

Chœur du Grand Théâtre de Genève
Direction des chœurs Alan Woodbridge
Orchestre de la Suisse Romande
Direction musicale
Marc Minkowski

Genève, Grand Théâtre, jeudi 21 septembre 2023, 18h

Les murs de l’Escurial ont des oreilles. Ce n’est pas nouveau. L’atmosphère de la cour du roi d’Espagne a toujours été délétère. Mais Lydia Steier dans la nouvelle production genevoise de Don Carlos – en Français donc – se plaît à en rajouter. Faire dans la dentelle n’est pas son genre. Nul n’a oublié le traitement réservé à Salome sur la scène de la Bastille la saison dernière. Par comparaison, le chef d’œuvre de Verdi, qui n’avait pas été joué à Genève depuis la réouverture du Grand Théâtre en 1962, semble avoir été épargné. Les vicissitudes des Habsbourg stimuleraient-elles moins l’imagination ? Le manque patent d’idées caractérise une approche scénique qui cherche à se démarquer du livret sans y parvenir. « Nous avons beaucoup travaillé pour construire une situation analogue à celle de l’Espagne des années 1560 », explique la metteure en scène dans le programme. Pourquoi tant d’efforts ? Pourquoi d’ailleurs transposer ? Remise sur la table par Emiliano Gonzalez Toro, la question est d’actualité.

Montrer Elisabeth enceinte s’avère la seule extrapolation notable d’une lecture fastidieuse inspirée notamment par La vie des autres, le film de Florian Henckel von Donnersmarck narrant l’espionnage par la Stasi d’un dramaturge est-allemand. Au passage, Dieu a été mis au placard. Les moines sont défroqués ; la Voix du ciel descendue des cintres ; l’apparition surnaturelle de Charles Quint tolérée car imposée par la partition mais non montrée. Jugés coupables, Elisabeth et Carlos sont pendus, sous l’œil indifférent de Philippe II trop occupé à faire des gazous gazous au nouveau-né pour se soucier du sort de sa famille. Avant d’arriver à cette extrémité fatale, il aura fallu subir dans une lumière uniformément grise le mouvement incessant d’une tournette qui pallie l’absence de danseurs lors du ballet en accélérant sa vitesse de rotation. A bailler d’ennui, si Don Carlos n’était œuvre suffisamment exaltante pour surmonter toute entreprise de déconstruction.

Don Carlos (Genève) © Magali Dougados

Le parti pris n’est pas sans incidence sur l’interprétation musicale lorsque la scénographie met en péril le chant et que le cri se substitue à la note. Il ne faudrait pas que la voix d’Eve-Maud Hubeaux, flamboyante Eboli, soit sacrifiée sur l’autel du regietheater. La chanson du voile expose la souplesse acquise sur les bancs du bel canto quand, à l’inverse, le dramatisme des tableaux suivants la pousse à des excès expressionnistes et des éructations contraires aux règles du beau chant. On craint que son mezzo-soprano à terme n’en sorte pas indemne. Sans se plier à de telles extrémités, veillant au contraire à préserver l’égalité de son émission, Charles Castronovo est aussi mis à rude épreuve par l’écriture inconfortable de Carlos. Sur une ligne dont on perçoit les tensions et les limites, subsistent la sombre beauté du timbre et, dans les moments d’élégie, une douceur conforme à la fragilité de l’Infant. Grand Inquisiteur moins charbonneux que ne le veut la coutume, Liang Li s’incline face à la puissance de Dmitry Ulyanov, bien que ce dernier soit annoncé souffrant. De l’Escurial au Kremlin, il y a peu. C’est moins l’orgueil blessé de Philippe que l’âpre cruauté de Boris qui s’exprime au travers de ce chant taillé à la faucille et au marteau, dont les défauts d’intonation sont mis sur le compte de l’indisposition. Sans (encore) posséder l’exacte dimension du falcon voulu par Elisabeth, Rachel Willis Sørensen dépose aux pieds de la Reine l’étoffe d’un soprano lyrique incandescent, aux aigus vainqueurs, qu’ils soient dessinés à la pointe fine, dans l’adieu à la Comtesse d’Aremberg par exemple, ou lancés fièrement à larges traits lorsque la souveraine outragée prend le pas sur la femme sacrifiée. « Toi qui sus le néant des grandeurs de ce monde », son grand air du cinquième acte, est un des deux moments forts de la soirée, l’autre étant la mort de Posa. De tous, Stéphane Degout reste le seul à répondre aux impératifs de diction et de déclamation imposés par le choix de la version française. Le mélodiste transparaît derrière l’attention portée au mot tandis que la maîtrise du legato donne l’impression que chaque phrase est tracée d’une seule ligne, nette, claire, égale. C’est magnifique. Les membres du Jeune Ensemble – Ena Pongrac (Thibault), William Meimert (Un moine), Giulia Bolcato (La voix céleste) – semblent encore trop inexpérimentés pour des seconds rôles qui, en dépit de leur brièveté, demandent des chanteurs de premier plan.

Marc Minkowski enfin inscrit sa direction dans la généalogie du grand opéra français, dont il est devenu un des premiers spécialistes. Mais Verdi avec Don Carlos ne veut-il pas se démarquer d’un modèle en voie en perdition pour opérer une espèce de syncrétisme – français par la forme, allemand par l’orchestre, italien par le chant ? D’où l’impression de ne pas trouver entièrement son compte dans cette lecture attentive aux chanteurs mais en mal de lyrisme et de contraste chez un chef qui nous a habitué à plus de théâtralité. Effet pervers de la mise en scène, des choix ne manquent pas d’interroger, telles l’insertion d’un numéro de ballet avant le 4e acte et la suppression dans une version voulue intégrale de la déploration sur la dépouille de Posa. Cette perplexité est renforcée par une certaine confusion chorale, notamment dans la scène monumentale de l’autodafé.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Livret de Joseph Méry et Camille du Locle d’après Don Carlos de Friedrich von Schiller
Version française en cinq actes, créée le 11 mars 1867 à Paris

Nouvelle production

Détails

Mise en scène
Lydia Steier
Scénographie et vidéos
Momme Hinrichs
Costumes
Ursula Kudrna
Lumières
Felice Ross
Dramaturgie
Mark Schachtsiek

Don Carlos, Infant d’Espagne
Charles Castronovo
Philippe II, roi d’Espagne
Dmitry Ulyanov
Élisabeth de Valois
Rachel Willis Sørensen
Rodrigue, marquis de Posa
Stéphane Degout
La princesse Éboli
Eve-Maud Hubeaux
Le Grand Inquisiteur
Liang Li
Thibault
Ena Pongrac
Un moine
William Meinert
Le Comte de Lerme
Julien Henric
Une voix céleste
Giulia Bolcato
Les Députés de Flandre
Raphaël Hardmeyer, Benjamin Molonfalean, Joé Bertili, Edwin Kaye, Marc Mazuir, Timothée Varon
La comtesse d’Aremberg
Iulia Elena Surdu

Chœur du Grand Théâtre de Genève
Direction des chœurs Alan Woodbridge
Orchestre de la Suisse Romande
Direction musicale
Marc Minkowski

Genève, Grand Théâtre, jeudi 21 septembre 2023, 18h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Jessica Pratt - Delirio
L’enregistrement belcantiste le plus intéressant de ces dernières décennies
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Plus fort que la grève
Benjamin BERNHEIM, Rachel WILLIS-SØRENSEN, Eun Sun KIM
Spectacle