Forum Opéra

Romances de France à l’Opéra-Comique

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
27 avril 2015
Romances de France à l’Opéra-Comique

Infos sur l’œuvre

Détails

En marge des représentations de Ciboulette, les membres de l’Académie lyrique de l’Opéra-Comique offrent deux concerts de midi, l’un ce lundi 27 avril, l’autre le mercredi 29, avec deux programmes légèrement différents. Le premier a permis de réentendre deux voix déjà présentes l’an dernier et de découvrir les nouvelles recrues, les uns et les autres plus ou moins gâtés par les œuvres retenues. Parfois limité en scène par un certain manque de puissance, le ténor Safir Behloul trouve dans le Foyer de la salle Favart un cadre plus adapté à ses moyens, tandis que le baryton Ronan Debois semble s’économiser en prévision du rôle qu’il doit tenir le soir même dans Ciboulette, avec une « Chanson du pêcheur » qui paraît bien fade en comparaison avec ce que Berlioz tira du même texte (« Ma belle amie est morte »). Leurs quatre consœurs présentent quatre voix assez bien différenciées. La mezzo Eléonore Pancrazi s’impose d’emblée avec un boléro très enlevé tiré de l’opéra-comique Les Deux Jaloux de Sophie Gail (1775-1819), et elle a la chance d’interpréter la sublime « Mort d’Ophélie » de Berlioz. L’ample voix de Valentine Martinez paraît presque surdimensionnée pour l’espace du Foyer, et l’on découvre ou redécouvre grâce à elle « Le lac », mise en musique du poème de Lamartine par Louis Niedermeyer, et « Il m’aimait tant », de Liszt. Anne-Marine Suire a le privilège de chanter « La Péri » d’un certain « François Schubert », qui n’est autre que « La Truite » dans une traduction sans aucun rapport avec le texte original ! Quant à la fraîcheur du timbre de Jodie Devos, on l’apprécie en particulier dans « Dans un bois solitaire » de Mozart. Tous bénéficiaient du soutien précieux de la pianiste Marine Thoreau La Salle, et au moment des saluts, Jean-Paul Fouchécourt rejoint ces jeunes artistes auxquels il a dispensé son savoir dans des master-classes. Pour la plupart d’entre eux, le public pourra les retrouver dans Les Mousquetaires au couvent en juin. Auparavant, on les aura applaudis dans une soirée intitulée « Opérette et romance » à la Fondation Cartier, le 11 mai.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]