Forum Opéra

Actus tragicus

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
8 août 2020
Pour sortir sereinement du confinement

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Cantate « Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit », Actus tragicus, BWV 106 (1)

Créée vraisemblablement en 1708 à Mühlhausen,pour les funérailles de Dorothea Susanna Eilmar

Cantate « Nach dir, Herr, verlanget mich », BWV 150 (2)

Composée à Weimar, entre 1708 et 1710

Cantate « Aus der Tiefe rufe ich, Herr, zu dir », BWV 131 (3)

Composée à Mühlhausen en 1707, sur un livret de Georg Christian Eilmar

Cantate « Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen », BWV 12 (4)

Créée le 22 avril 1714 à Weimar (livret de Salomo Franck)

sopranos

Zsuzsi Töth (1, 2, 3, 4)

Kristen Witmer (2, 3, 4)

altos

Daniel Elgersma (1, 2, 3, 4)

Barnabas Hegyi (2, 3, 4)

ténors

Philippe Froeliger (1, 2, 3, 4)

Robert Buckland (2)

Reinoud van Mechelen (3, 4)

basses

Tomas Kral (1, 2

Lionel Meunier (2, 3, 4)

Sebastien Myrus (3, 4)

Flûtes à bec (1)

Lionel Meunier

Benny Aghassi

Violes de gambe (1)

Mieneke van der Velden

Ricardo Rodriguez Miranda

Orgue

Bart Jacobs

Vox Luminis

Direction musicale

Lionel Meunier

Enregistré entre avril et juillet 2016 à l’église Saint-Leodegarius, de Bornem (Belgique)

Un CD Alpha Classics 258, de 84′ 50

De son riche fonds, Alpha classics vient de rééditer quelques pépites, dont ce généreux enregistrement de cantates de la jeunesse de Bach, écrites à Mühlhausen et à Weimar. Lionel Meunier, avec son ensemble Vox luminis, familiers de ce répertoire, nous vaut une approche intime, recueillie, fervente, rayonnante de ces quatre cantates. Il fait le choix de solistes, dont l’association constitue le « coro », ce qui se traduit déjà par une lisibilité constante de la trame polyphonique et de l’intelligibilité du texte, ici essentiel. Son ensemble instrumental, constitué, lui aussi, de solistes rompus au travail collectif, est également exemplaire.

Associée à la cantate 106 sur une copie de 1768, l’appellation Actus tragicus , qui donne son titre au disque, n’est certainement pas du Cantor, ce qui importe peu. Dans le droit fil de la tradition luthérienne, vierge de toute influence italienne, elle associe deux flûtes à bec, deux violes de gambe et le continuo aux quatre solistes, pour faire de la mort un passage serein. Après l’extraordinaire introduction, l’affirmation « Gottes Zeit » prend un caractère résolu. Le numéro le plus animé fait dialoguer les trois voix graves et le soprano lumineux (« Es ist der alte Bund »). A signaler également la sérénité du duetto « In deine Hände » qui se mue en jubilation fervente (« Heute wirst du mit mir im Paradies ») avant la louange finale. Parmi les très nombreuses versions, on a parfois trouvé meilleur soliste, ici ou là, mais rarement une telle communion, lumineuse. Sans toujours atteindre à la plénitude de Pierlot (Ricercar) ou de Junghänel (Erato), ou à la fraîcheur de Rifkin (Decca), une version à retenir.

La cantate BWV 150 «  Nach dir, Herr, verlanget mich », paraphrase du psaume 25, fait appel à un effectif réduit (deux violons, un basson et continuo). Les solistes sont doublés pour les quatre chœurs. L’unique et brève aria (« Doch bin ich und bleible ich vergnügt ») permet au soprano de rayonner. Plus rare, le trio suivant (intitulé, lui aussi « aria »), conduit à la chaconne finale (Brahms en reprendra le motif pour le dernier mouvement de sa quatrième symphonie). Aussi célèbre que l’Actus tragicus, la cantate « Aus der Tiefen, rufe ich » lui est souvent associée. Traduction luthérienne du De profundis, sa structure symétrique (comme « Christ lag in Todesbanden », BWV 4), son caractère proche de celui du motet, l’absence de récitatifs aussi, suffisent à en reconnaître l’ancienneté. Pour finir, l’extraordinaire « Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen », contrastée à souhait, dont le premier chœur préfigure le Crucifixus de la Messe en si, avec son motif de chaconne. Les trois arias centrales (pour alto, basse et ténor) permettent aux chanteurs de dialoguer, la première avec le hautbois, la deuxième avec les cordes, la dernière avec la trompette qui chante « Jesu meine Freude ». Aucun ne démérite, chacun servant son texte à l’écoute constante de ses partenaires, instrumentaux ou vocaux. Le travail du talentueux Lionel Meunier, animateur de son ensemble, mais aussi chanteur et flûtiste, emporte la conviction. Son intelligence des oeuvres, sa familiarité à celles-ci, ses talents musicaux lui permettent de se hisser au plus haut niveau. Le programme, d’une rare cohérence, outre ses beautés, convient tout particulièrement à ces temps de confinement.

La brochure d’accompagnement trilingue (français, anglais, allemand), introduite par Gilles Cantagrel, comporte les textes, leurs sources bibliques et leurs traductions.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
actus_tragicus

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Cantate « Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit », Actus tragicus, BWV 106 (1)

Créée vraisemblablement en 1708 à Mühlhausen,pour les funérailles de Dorothea Susanna Eilmar

Cantate « Nach dir, Herr, verlanget mich », BWV 150 (2)

Composée à Weimar, entre 1708 et 1710

Cantate « Aus der Tiefe rufe ich, Herr, zu dir », BWV 131 (3)

Composée à Mühlhausen en 1707, sur un livret de Georg Christian Eilmar

Cantate « Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen », BWV 12 (4)

Créée le 22 avril 1714 à Weimar (livret de Salomo Franck)

sopranos

Zsuzsi Töth (1, 2, 3, 4)

Kristen Witmer (2, 3, 4)

altos

Daniel Elgersma (1, 2, 3, 4)

Barnabas Hegyi (2, 3, 4)

ténors

Philippe Froeliger (1, 2, 3, 4)

Robert Buckland (2)

Reinoud van Mechelen (3, 4)

basses

Tomas Kral (1, 2

Lionel Meunier (2, 3, 4)

Sebastien Myrus (3, 4)

Flûtes à bec (1)

Lionel Meunier

Benny Aghassi

Violes de gambe (1)

Mieneke van der Velden

Ricardo Rodriguez Miranda

Orgue

Bart Jacobs

Vox Luminis

Direction musicale

Lionel Meunier

Enregistré entre avril et juillet 2016 à l’église Saint-Leodegarius, de Bornem (Belgique)

Un CD Alpha Classics 258, de 84′ 50

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Marcel PROUST
Livre