Forum Opéra

Cecilia & Sol, Dolce Duello

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
10 novembre 2017
Nous l’aurait-on changée ?

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Antonio Caldara

Fortuna e speranza (Nitocri)

Tommaso Albinoni

Aura, andate e baciate (Il nascimento dell’aurora)

Domenico Gabrielli

Aure voi, de’ miei sospiri (San Sigismondo, re di Borgogna)

Antonio Vivaldi

Di verde ulivo (Tito Manlio)

Georg Friedrich Haendel

What passion cannot Music raise and quell ? (Ode for St Cecilia’s Day)

Antonio Caldara

Tanto, e con sì gran piena (Gianguir)

Georg Friderich Haendel

Son qual stanco pellegrino (Arianna in Creta)

Nicola Porpora

Giusto amor, tu che m’accendi (Gli orti esperidi)

Luigi Boccherini

Concerto pour violoncelle n° 10 en ré majeur, G. 483

Cecilia Bartoli, soprano

Sol Gabetta, violoncelle

Cappella Gabetta

Direction musicale

Andrés Gabetta

1 CD Decca – 76’40

En apparence, tout est normal. Le nouveau disque de Cecilia Bartoli arrive revêtu d’un emballage on ne peut plus kitchouille, façon photomaton entre filles. Ni chauve, ni tsarine, Cecilia n’en rivalise pas moins de sourire extra-bright avec une demoiselle qui semble capable de jouer du violoncelle tout en roulant à bicyclette. Qui est-elle ? Sol Gabetta, instrumentiste franco-argentine très réputée dans le monde germanique (elle s’est établie en Suisse, comme la Bartoli). Mariage commercial digne de l’union médiatique de David Copperfield avec Claudia Schiffer ? En partie, peut-être, chacune des deux dames drainant son public de fans. Un doux duel, nous annonce le titre du disque : j’embrasse mon rival, mais ce n’est pas pour l’étouffer. Cette fois, Cecilia a décidé d’être une bonne copine, pas question d’écraser sa partenaire.

Et c’est là qu’intervient la grande surprise. Cet album se révèle d’une sérénité rare, comme si la Bartoli avait enfin trouvé l’apaisement. Sa virtuosité, toujours présente, n’a décidément plus rien du numéro de cirque. Rien d’appuyé, rien de démonstratif, loin du déchaînement histrionique qui a pu inspirer de savoureuses parodies. La gravitas du violoncelle aurait-elle déteint sur elle ? Par rapport aux excès auxquels elle nous a habitués, il y aurait là presque une austérité luthérienne, ou janséniste, qui n’a rien de déplaisant et qui laisse entendre la musique sans le filtre parfois encombrant de la bartolerie galopante.

Du coup, nos oreilles sont libres d’apprécier à sa juste valeur un programme construit sur la présence du violoncelle obligé dans des airs empruntés à des œuvres lyriques composées au cours d’un demi-siècle à cheval sur les XVIIe et XVIIIe, de 1687 pour le San Sigismondo de Domenico Gabrielli à 1739 pour l’Ode for St. Cecilia’s Day, plus une incursions dans les années 1760 pour le concerto de Boccherini qui conclut le programme, et où madame Gabetta n’a pas à partager la vedette avec madame Bartoli. Parcours qui nous promène aussi dans l’espace, de Bologne pour le Gabrielli à Mantoue pour Tito Manlio et Naples pour Gli orti esperidi, à Barcelone pour Il nascimento dell’Aurora, à Vienne pour Nitocri et Gianguir, et bien sûr à Londres pour les Haendel. Promenade parmi les grands librettistes, Métastase bien sûr, pour le Porpora, mais aussi Apostolo Zeno, pour les Caldara, ou Pietro Pariati pour Albinoni ou comme source pour Arianna in Creta. Et commeil se doit, quelques « premiers enregistrements mondiaux » : les deux Caldara et le Porpora. 

Bien sûr, la virtuosité joue son rôle dans ces airs, quand la voix dialogue avec l’instrument soliste, mais jamais Cecilia Bartoli ne tire la couverture à elle. Les vocalises sont exécutées avec une vraie délicatesse, sans jamais forcer, et l’on a moins le sentiment de cette alternance systématique entre airs furieux et airs calmes. Le Caldara initial, d’une durée de dix minutes, se termine sur le fil de la voix. Même sérénité dans l’Albinoni, pourtant plus guilleret que la plainte de la reine d’Egypte Nitocris. Plus loin, on remarque les effets d’écho du Gabrielli. Pour le Vivaldi, on pourra jouer à comparer l’interprétation bartolienne à ce que font Philippe Jaroussky ou mesdames Galou et Mihalovic de ce même « Di verde ulivo » ; rien de râpeux dans le violoncelle de Sol Gabetta, au contraire, mais une douceur qui n’exclut nullement l’expressivité. Quand à la Cappella Gabetta, ensemble fondé en 2011 et dirigé par Andrés Gabetta, frère de Sol, elle s’inscrit dans la même optique de sobriété, sans surenchère interprétative, comme le confirme l’exécution du concerto de Boccherini, animée comme il convient, mais pleine de mesure.

Un programme que l’on pourra s’amuser à comparer avec celui de la tournée de concerts qui a démarré le 31 août, et dont l’escale française est prévue le 4 décembre à la Philharmonie de Paris.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
8198-aohtbl._sl1200_

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Antonio Caldara

Fortuna e speranza (Nitocri)

Tommaso Albinoni

Aura, andate e baciate (Il nascimento dell’aurora)

Domenico Gabrielli

Aure voi, de’ miei sospiri (San Sigismondo, re di Borgogna)

Antonio Vivaldi

Di verde ulivo (Tito Manlio)

Georg Friedrich Haendel

What passion cannot Music raise and quell ? (Ode for St Cecilia’s Day)

Antonio Caldara

Tanto, e con sì gran piena (Gianguir)

Georg Friderich Haendel

Son qual stanco pellegrino (Arianna in Creta)

Nicola Porpora

Giusto amor, tu che m’accendi (Gli orti esperidi)

Luigi Boccherini

Concerto pour violoncelle n° 10 en ré majeur, G. 483

Cecilia Bartoli, soprano

Sol Gabetta, violoncelle

Cappella Gabetta

Direction musicale

Andrés Gabetta

1 CD Decca – 76’40

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Marcel PROUST
Livre