Forum Opéra

La troupe de l'Opéra de Paris : Régine Crespin

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
4 octobre 2014
Crespin était-elle enregistrable ?

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Hector Berlioz

« D’amour l’ardente flamme » (La Damnation de Faust)

Gabriel Fauré

Duo final (Pénélope)

Richard Wagner

« Ich sah das Kind » (Parsifal)

Giacomo Puccini

« Vissi d’arte » (Tosca)

Ernest Reyer

« Salut, splendeur du jour » (Sigurd)

Charles Gounod

« Plus grand dans son obscurité » (La Reine de Saba)

« O ma lyre immortelle » (Sapho)

Jules Massenet

« O mes sœurs » (Marie-Magdeleine)

Fromental Halévy

« Il va venir » (La Juive)

Richard Wagner

Air de Senta (Der fliegende Holländer)

Richard Strauss

Monologue de la Maréchale (Der Rosenkavalier)

Raoul Jobin, Fritz Uhl, ténors

Direction musicale

Igor Markevitch, D.E. Inghelbrecht, Hans Knappertsbusch, Rudolf Kempe, Edward Downes, Jésus Etcheverry, Erich Leinsdorf, Lorin Maazel

Enregistrements réalisés entre 1956 et 1962

1 CD Malibran CDRG 212 – 79’15

Tout compte fait, par rapport à son éminence dans le monde du chant français et international, le legs discographique de Régine Crespin paraîtrait presque dérisoire. Et si l’une des très grandes voix du XXe siècle fut si peu enregistrée, c’est parce qu’elle aurait justement été idéale dans un répertoire auquel on ne s’intéressait plus lorsqu’elle était à son zénith : il faut se pincer pour être sûr qu’on ne fait pas un mauvais rêve en découvrant qu’elle n’eut le droit de graver que des extraits des Troyens !

Une autre raison nous ferait croire que Crespin n’était pas enregistrable : face aux trésors d’onctuosité, d’égalité des registres, de diction qu’elle déployait, à qui pouvait-on l’associer ? A défaut d’avoir les plus grands, tous ses partenaires font figure de chanteurs de seconde zone, comme le souligne cruellement ce disque. Dans Fauré en 1956, Raoul Jobin fait de son mieux, mais Pénélope chante tellement mieux qu’Ulysse ! Dans La Valkyrie, Fritz Uhl qui lui donne la réplique montre que, dans les années 1960 déjà, ne se produisaient pas à Bayreuth que des ténors d’exception : les quelques répliques de Sigmund ne suscitent pas forcément le désir d’entendre davantage (Erik du Vaisseau fantôme et Loge furent ses seuls autres grands rôles sur la colline sacrée).

Enfin, dernière raison de se poser la question : dans les extraits d’enregistrements live, on se croirait parfois revenu à l’époque des premières cires, du temps où le moindre aigu poussé par un soprano saturait allègrement, comme si la voix immense de Régine Crespin débordait du cadre étroit des petits magnétophones pirates.

Heureusement, Régine Crespin était bel et bien enregistrable en studio, comme le prouve son disque de 1961, Régine Crespin chante l’opéra français, sous la direction de Jésus Etcheverry, jadis disponible chez Accord. Hormis l’air des Lettres de Werther et l’air des Bijoux de Faust, on en retrouve ici tout le programme. Et si, bien plutôt que ses légendaires Nuits d’été, c’était là son meilleur disque ? Raretés de Gounod et de Massenet, extraits de Sigurd et de La Juive, voilà dans quoi l’on rêverait d’entendre Crespin non pour un seul air, mais pour des intégrales. Hélas, l’heure de la réhabilitation n’avait pas encore sonné pour ces partitions qu’elle aurait pu défendre comme personne.

Le seul défaut du disque Malibran, finalement, c’est de ne pas nous donner à entendre d’inédits ou d’enregistrements tombés dans l’oubli. Tous les morceaux ici réunis proviennent d’intégrales déjà publiées par des firmes spécialisées dans la diffusion de captations en direct (Andromeda, Myto…). Le bouquet est magnifique, mais toutes les fleurs en sont déjà bien connues. Crespin était enregistrable, et le trop peu qu’elle enregistra est assez inestimable pour avoir été déjà diffusé.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
212

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Hector Berlioz

« D’amour l’ardente flamme » (La Damnation de Faust)

Gabriel Fauré

Duo final (Pénélope)

Richard Wagner

« Ich sah das Kind » (Parsifal)

Giacomo Puccini

« Vissi d’arte » (Tosca)

Ernest Reyer

« Salut, splendeur du jour » (Sigurd)

Charles Gounod

« Plus grand dans son obscurité » (La Reine de Saba)

« O ma lyre immortelle » (Sapho)

Jules Massenet

« O mes sœurs » (Marie-Magdeleine)

Fromental Halévy

« Il va venir » (La Juive)

Richard Wagner

Air de Senta (Der fliegende Holländer)

Richard Strauss

Monologue de la Maréchale (Der Rosenkavalier)

Raoul Jobin, Fritz Uhl, ténors

Direction musicale

Igor Markevitch, D.E. Inghelbrecht, Hans Knappertsbusch, Rudolf Kempe, Edward Downes, Jésus Etcheverry, Erich Leinsdorf, Lorin Maazel

Enregistrements réalisés entre 1956 et 1962

1 CD Malibran CDRG 212 – 79’15

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

A boire et à manger
Antonello MANACORDA
CD
Le grand architecte
Benjamin BRUNS, Marek JANOWSKI, Christiane KARG
CDSWAG