Forum Opéra

L'Etoile

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
DVD
12 avril 2019
Dictature technologique

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe en trois actes, livret d’Eugène Leterrier et Albert Vanloo

Créé aux Bouffes-Parisiens le 28 novembre 1877

Détails

Mise en scène

Laurent Pelly

Décor

Chantal Thomas

Costumes

Laurent Pelly et Jean-Jacques Delmotte

Lumières

Joël Adam

Dramaturgie et adaptation des dialogues

Agathe Mélinand

Lazuli

Stéphanie d’Oustrac

Ouf Ier

Christophe Mortagne

Laoula

Hélène Guilmette

Siroco

Jérôme Varnier

Hérisson de Porc-Epic

Elliot Madore

Aloès

Julie Boulianne

Tapioca

François Piolino

Patacha

François Soons

Zalzal

Hary Teeuwern

Le Maître

Jeroen van Glabbeek

Le Chef de la Police

Richard Prada

Chœur du Dutch National Opera

Direction Nicholas Jenkins

Orchestre de la Résidence de La Haye

Diretion musicale

Patrick Fournillier

Enregistré à l’Opéra d’Amsterdam les 13 et 16 octobre 2014

1 DVD Naxos 2.1106595 – 115 minutes

Il ne s’en cache pas : Laurent Pelly aime Chabrier, et il est infiniment regrettable que son admirable mise en scène du Roi malgré lui, vue à Lyon en 2005 puis à Paris en 2009, n’ait pas été immortalisée. Et comme il paraît peu probable qu’il s’attaque jamais à Gwendolyne ou à Briséis (Une éducation manquée serait en revanche très envisageable), consolons-nous avec L’Etoile dont l’Opéra d’Amsterdam lui avait confié une production.

La pilule pourra cependant sembler d’abord un peu amère, car le premier acte se révèle austère. Le royaume d’Ouf Ier ayant toutes les caractéristiques d’une dictature, le spectacle nous emmène tout droit vers la grisaille des ex-pays du bloc de l’Est, dans la morosité des années de guerre froide. Le plateau, nu en dehors des poteaux soutenant des haut-parleurs, n’est guère animé que par l’apparition de véhicules divers et variés, et il faut attendre la deuxième partie, située à la cour du souverain, pour que la couleur fasse son apparition, en même temps qu’un peu plus de gaieté. Pour le coup, on se croirait dans le grand-duché de Gérolstein, avec son château de bric et de broc et sa cour ridicule de douairières et de vieillards (et de domestiques à tête de chien). Les célèbres couplets du pal semblent avoir inspiré une prolifération de machines à engrenages démesurés. Tout cela se laisse regarder sans déplaisir, mais ne débouche pas sur la réussite espérée.

Heureusement, le versant musical rattrape amplement ce petit bémol visuel. C’est d’abord une grande satisfaction de découvrir en fosse Patrick Fournillier, fin connaisseur du répertoire français, chef que l’on invite évidemment partout sauf dans son pays natal. Dénuée de toute lourdeur, sa direction est un petit miracle d’élégance et d’esprit ; ainsi interprétée, L’Etoile s’inscrit incontestablement au panthéon de l’opéra-comique et n’a décidément guère à partager avec l’opérette. Un seul exemple : le quatuor des baisers, d’une grâce ineffable, comme en lévitation.

Bien sûr, cette réussite passe aussi par la réunion d’une équipe de choc, côté solistes, sans doute la meilleure qu’on puisse rêver aujourd’hui. En 2007, Stéphanie d’Oustrac faisait Salle Favart ses débuts dans un rôle que, sept ans plus tard, elle a eu le temps de maîtriser pleinement et qui lui convient à merveille, jusque dans les notes les plus graves (les redoutables « au fond de l’eau », par exemple) ; au travestissement en Gavroche à la Doisneau, elle joint une virilité de jeune coq tout à fait en situation. Hélène Guilmette est la plus somptueuse des princesses possibles : articulation impeccable, jamais excessive mais toujours parfaitement intelligible, et beauté du timbre, avec d’exquis aigus impalpables. Christophe Mortagne est depuis quelques années l’un des meilleurs interprètes des rôles de ténor de caractère qu’il chante un peu partout, et si l’aigu est devenu parfois tendu, on le lui pardonne compte tenu de ses dons de comédien. Le roi mélange ici les caractéristiques vestimentaires de divers monarques absolus : perruque louis-quatorzienne, bonnet de léopard à la Amin Dada, faciès digne de Franco… Dommage que le personnage soit finalement plus méchant que ridicule, mais la mise en scène l’a voulu ainsi. Un des grands moments reste néanmoins le duo de la Chartreuse verte, admirablement chorégraphié et chanté. C’est une surprise que d’entendre Jérôme Varnier dans un rôle comique : son allure de gourou halluciné est assez impayable, et les graves sont bien au rendez-vous.  Seul non-francophone parmi les rôles principaux, Elliot Madore doit à sa nationalité canadienne de très bien maîtriser notre langue, même s’il n’a pas la faconde d’un François Le Roux dans la production lyonnaise de 1984. Québécoise comme Hélène Guilmette, Julie Boulianne complète fort bien le quatuor des voyageurs incognito avec François Piolino. Les chœurs du DNO font très bien ce qu’on leur demande. Quant au public, on l’entend rire, mais peut-être plus de certaines facéties scéniques que de la drôlerie du texte à proprement parler.

Maintenant que L’Etoile existe en DVD dans une version récente (il n’y avait jusqu’ici que la production Louis Erlo, remontant à 1984), peut-on imaginer qu’Opus Arte, dans sa démarche de diffusion des spectacles de Covent Garden, commercialisera bientôt la mise en scène que Mariame Clément a signée pour Londres en 2016, avec pratiquement les mêmes chanteurs ?

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
etoile

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe en trois actes, livret d’Eugène Leterrier et Albert Vanloo

Créé aux Bouffes-Parisiens le 28 novembre 1877

Détails

Mise en scène

Laurent Pelly

Décor

Chantal Thomas

Costumes

Laurent Pelly et Jean-Jacques Delmotte

Lumières

Joël Adam

Dramaturgie et adaptation des dialogues

Agathe Mélinand

Lazuli

Stéphanie d’Oustrac

Ouf Ier

Christophe Mortagne

Laoula

Hélène Guilmette

Siroco

Jérôme Varnier

Hérisson de Porc-Epic

Elliot Madore

Aloès

Julie Boulianne

Tapioca

François Piolino

Patacha

François Soons

Zalzal

Hary Teeuwern

Le Maître

Jeroen van Glabbeek

Le Chef de la Police

Richard Prada

Chœur du Dutch National Opera

Direction Nicholas Jenkins

Orchestre de la Résidence de La Haye

Diretion musicale

Patrick Fournillier

Enregistré à l’Opéra d’Amsterdam les 13 et 16 octobre 2014

1 DVD Naxos 2.1106595 – 115 minutes

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG