Forum Opéra

La Traviata

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
DVD
15 juillet 2011
Mort à Venise

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe VERDI (1813-1901)
La Traviata
Mélodrame en trois actes
Livret de Francesco Maria Piave
D’après La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas Fils
Créé à la Fenice de Venise le 6 mars 1853
Mise en scène, Robert Carsen
Décors et costumes, Patrick Kinmonth
Lumières, Robert Carsen et Peter Van Praet
Dramaturgie, Ian Burton
Chorégraphie, Philippe Giraudeau
Réalisation, Patrizia Carmine
Violetta Valéry, Patrizia Ciofi
Alfredo Germont, Roberto Saccà
Giorgio Germont, Dmitri Hvorostovsky
Floria Bervoix, Eufemia Tufano
Annina, Elisabetta Martorana
Gastone, Salvatore Cordella
Douphol, Andrea Porta
D’Obigny, Vito Priante
Grenvil, Federico Sacchi
Giuseppe, Luca Favaron
Un domestico, Salvatore Giacalone
Un commissionario, Antonio Casagrande
Chef des choeurs, Piero Monti
Orchestre et chœurs du Teatro La Fenice
Direction musicale, Lorin Maazel
Teatro La Fenice, Venise, 2004
1 DVD Arthaus Musik, durée : 2h26.
Juin 2011

En 2004, pour inaugurer son théâtre reconstruit à l’identique après le funeste incendie de 1996, la Fenice propose la Traviata, créée dans le même lieu en 1853. Ce choix de programmation, fortement symbolique – après tout, Venise a longtemps été « fameuse pour le faste et l’extravagance de ses courtisanes »* – s’avère judicieux et le succès au rendez-vous. Ce n’est pas un hasard. Toutes les conditions sont réunies pour faire de ce spectacle une réussite mémorable.

 

Tout d’abord, la mise en scène : Robert Carsen a pris le parti de moderniser résolument l’œuvre, suivant en cela le désir de Verdi qui voulait « un sujet de notre époque ». Pas de crinolines, de tournures et de fastes Second Empire à la Zeffirelli ici, mais une épure visuelle habituelle chez le metteur en scène. Comme à l’accoutumée, son travail révèle le contenu et la richesse de l’œuvre, toujours en accord non pas tant avec les didascalies qu’avec le contenu même du livret. On est ici aux antipodes de l’ambiance de la Fenice présentée dans Senso de Visconti, mais dans un réalisme qui lui est proche. Là où le cinéaste italien s’inscrivait dans les remous du Risorgimento, l’homme de théâtre canadien habite un présent mondialisé où l’on reconnaît son efficacité, la beauté de ses lumières, la justesse de sa direction d’acteurs et la pertinence de ses choix. Simple mais riche et signifiante, sa mise en scène évoque toutes sortes d’univers. On pense à Fassbinder, au Vegas de Scorsese dans Casino, à Cabaret de Bob Fosse, à Otto Dix et à tant d’autres encore… Les scènes de la fête, notamment, sont drôles et superbement chorégraphiées par Philippe Giraudeau. Les gitanes sont des danseuses du Crazy Horse ou des Folies Bergère, les matadors des cowboys qui nous offrent un rodéo à la Village People. Tout cela oscille entre classe et vulgaire, comme notre cocotte et son entourage….

 

Dans le rôle de Violetta, Patricia Ciofi s’impose aisément. Certes, son timbre pourrait être plus ample et d’autres manquements lui être reprochés, mais pourquoi chercher davantage que cette qualité essentielle au rôle : l’humanité ? Souvent sur la corde raide, la chanteuse produit pourtant toutes les notes, y compris celles auxquelles on ne s’attendait pas. Car, en effet, c’est la version originale du 6 mars 1853 qui est ici reprise et les variantes enrichissent l’écoute d’une œuvre qu’on connaît par cœur et qui se renouvelle agréablement ici. Roberto Saccà est un Alfredo convaincant, même si son chant très particulier plutôt ambré et quelquefois court sur les aigus n’a pas les qualités solaires d’autres grands interprètes du rôle. La ligne est un peu serrée, mais les nuances intéressantes et expressives, en particulier dans les scènes de fureur. Il est cependant un chanteur qui transcende cette distribution : Dmitri Hvorostovsky est un Germont père exceptionnel. Quand il arrive dans son costume embourgeoisé à rayures (qui semblent des cannelures proches de celles des arbres du décor, ce qui confère à la figure paternelle force et enracinement), son ton nasillard et son nez pincé par les binocles surprennent plutôt désagréablement. Puis la voix se fait plus souple au fur et à mesure de l’évolution de ses sentiments pour s’achever dans un duo véritablement amoureux avec Violetta.

 

Lorin Maazel est tout particulièrement à son aise à la baguette. Impérial et solennel au pupitre, apparemment très content du travail fourni à la fin de la représentation. Disons que l’orchestre accompagne merveilleusement les interprètes sans jamais couvrir les voix. Le finale du second acte est sans doute trop rapide, mais ce qui était frustrant sur place n’est pas un problème sur le DVD. Puisque tout s’achève trop rapidement, il suffit de se passer en boucle la plage 35, entre autres…

 

Pour conclure, une réflexion à partir d’un célèbre tableau de Carpaccio du musée Correr. Autrefois appelé Les Courtisanes car on n’avait pas connaissance de l’autre moitié de l’œuvre, il est avéré aujourd’hui que la toile représente non pas des prostituées mais deux patriciennes vénitiennes qui attendent avec un mortel ennui le retour des hommes partis à la chasse. Tout n’est que question de regard… Et aussi d’oreille. CetteTraviata l’illustre parfaitement.

 

Catherine Jordy

 

*. « Un sujet de notre époque », note d’intention de Robert Carsen dans la brochure accompagnant le DVD, p. 14.

 

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
traviata

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe VERDI (1813-1901)
La Traviata
Mélodrame en trois actes
Livret de Francesco Maria Piave
D’après La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas Fils
Créé à la Fenice de Venise le 6 mars 1853
Mise en scène, Robert Carsen
Décors et costumes, Patrick Kinmonth
Lumières, Robert Carsen et Peter Van Praet
Dramaturgie, Ian Burton
Chorégraphie, Philippe Giraudeau
Réalisation, Patrizia Carmine
Violetta Valéry, Patrizia Ciofi
Alfredo Germont, Roberto Saccà
Giorgio Germont, Dmitri Hvorostovsky
Floria Bervoix, Eufemia Tufano
Annina, Elisabetta Martorana
Gastone, Salvatore Cordella
Douphol, Andrea Porta
D’Obigny, Vito Priante
Grenvil, Federico Sacchi
Giuseppe, Luca Favaron
Un domestico, Salvatore Giacalone
Un commissionario, Antonio Casagrande
Chef des choeurs, Piero Monti
Orchestre et chœurs du Teatro La Fenice
Direction musicale, Lorin Maazel
Teatro La Fenice, Venise, 2004
1 DVD Arthaus Musik, durée : 2h26.
Juin 2011

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’arbre généalogique de Wagner
Christophe ROUSSET, Michael SPYRES
CDSWAG