Forum Opéra

Salome

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
14 août 2019
Pole Dance

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Opéra en un acte, d’après Oscar Wilde

Créé à l’Opéra de Dresde le 9 décembre 1905

Détails

Salome

Inge Borkh

Jochanaan

Hans Hotter

Herodes

Max Lorenz

Herodias

Irmgar Barth

Narraboth

Lorenz Fehenberer

Ein Page der Herodias

Katja Sabo

Fünf Juden

Karl Ostertag, Peter Kaussen, Georg Binder, Walther Carnuth, Rudolf Wünzer

Zwei Nazarener

Max Proebstl, Albrecht Peter

Zwei Soldaten

Adolf Keil, Fritz Friedrich

Ein Cappadocier

Karl Hoppe

Ein Sklave

Gertrud Ebeling

Bayerisches Staatsorchester

Direction musicale

Joseph Keilberth

Enregistré à Munich, Prinzregententheater, le 21 juillet 1951

2 CD Orfeo C 342 932 1 – 59’38 + 39’27

D’un côté, le pilier, la colonne marmoréenne, la masse inamovible de granit, le timbre caverneux de Hans Hotter, une dizaine d’années avant son Wotan un peu chevrotant pour Solti. Un Jochanaan qu’on ne saurait soupçonner de la moindre faille, tout comme on n’imaginerait pas, s’il n’y avait son La Roche dans Capriccio, que le chanteur ait été capable d’humour ou de second degré. Un Prophète pur et dur, ni « doux » ni « bon » comme celui de Massenet, mais une voix déjà monumentale alors qu’elle provient encore de la citerne. De l’autre côté, une adolescente en chaleur, une ingénue perverse qui se tortille longuement autour de ce pilier avant son effeuillage intégral : Inge Borkh, invraisemblable interprète de Salomé, peut-être la seule à avoir donné à l’héroïne de Strauss une telle palette de couleurs, vocalement crédible en jeune vierge lubrique, qui chante son rôle comme si elle l’improvisait d’instant en instant, avec un stupéfiant mélange de naturel absolu et d’expressionnisme hystérique (pour un exemple du poison qu’elle sait distiller dans certaines syllabes, écoutez seulement sa façon de prononcer le mot « schrecklich »). A côté, Ljuba Welitsch passerait presque pour une dame patronnesse. Et lorsqu’elle baise enfin la bouche de Jochanaan, elle semble épuisée par cet accomplissement, et ses « Ach » se vident de toute sensualité torride pour ne plus être que des sons émis par un corps enfin apaisé.

Oh, bien sûr, ce n’est ni une nouveauté, ni une rareté. Ce live de Salomé, enregistré à Munich un soir de juillet 1951, est simplement réédité par Orfeo, parce que c’est une référence. Certes le son n’y est pas parfait, malgré tout le travail qui a pu être accompli sur les bandes, mais si vous êtes un tant soit peu habitué à ce type de captations, vous n’en serez pas plus incommodé que cela. Pas de livret non plus, mais il ne s’agit probablement pas d’une interprétation destinée à ceux qui voudraient découvrir l’œuvre, et qui privilégieront le confort d’une version de studio.

Outre le caractère iconique des interprètes des deux rôles principaux, ce disque offre un intéressant reflet des distributions qu’on pouvait alors entendre au Bayerisches Staatsoper, à commencer par le titulaire d’Hérode. En 1951, Max Lorenz avait tout juste 50 ans et il était encore Siegfried à Bayreuth, où il devait chanter jusqu’en 1954. Wagnérien par excellence pendant une vingtaine d’années, il fut notamment Tristan face à l’Isolde de la jeune Callas. Et c’est ce même Hérode qui serait son dernier rôle en scène, en 1962. Face aux ténors de caractère ou artistes sur le retour, à bout de voix, auxquels on a pris l’exécrable habitude de confier ce personnage, Lorenz restitue toute sa dignité au tétrarque, trop souvent caricaturé. La remarque vaut aussi pour Irmgard Barth, mezzo-soprano en pleine possession de ses moyens et non soprano reconvertie sur le tard dans les rôles de harpies. Si l’on continue à lire la distribution, on reste à un excellent niveau, avec le Narraboth lyrique et tendre de Lorenz Fehenberger, parfaitement apparié au Page androgyne de Katja Sabo.

Enfin, last but not least, il y a la direction de Joseph Keilberth, un de ces chefs qui furent boudés par les studios, mais dont le live permet d’apprécier les immenses qualités, en particulier chez Wagner et chez Strauss. Privilégiant la vie théâtrale aux dépens du soin des détails, il savait aussi bien créer le clair de lune poétique de la terrasse du palais d’Hérode que déverser des hectolitres de lave en fusion autour des protagonistes ainsi que la partition l’exige.

___

> Commander ce CD – Salome – Orfeo

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
71ohqouv0cl._sl1200_

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en un acte, d’après Oscar Wilde

Créé à l’Opéra de Dresde le 9 décembre 1905

Détails

Salome

Inge Borkh

Jochanaan

Hans Hotter

Herodes

Max Lorenz

Herodias

Irmgar Barth

Narraboth

Lorenz Fehenberer

Ein Page der Herodias

Katja Sabo

Fünf Juden

Karl Ostertag, Peter Kaussen, Georg Binder, Walther Carnuth, Rudolf Wünzer

Zwei Nazarener

Max Proebstl, Albrecht Peter

Zwei Soldaten

Adolf Keil, Fritz Friedrich

Ein Cappadocier

Karl Hoppe

Ein Sklave

Gertrud Ebeling

Bayerisches Staatsorchester

Direction musicale

Joseph Keilberth

Enregistré à Munich, Prinzregententheater, le 21 juillet 1951

2 CD Orfeo C 342 932 1 – 59’38 + 39’27

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Pour le plaisir
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La voix impressionnante du contre-ténor Luan Góes
Luan GÓES, Sonia PRINA
CD
Enfin la référence !
Marc MINKOWSKI, Magdalena KOŽENÁ, Anna BONITATIBUS
CD
Pour le plaisir
Karine DESHAYES, Christophe ROUSSET
CDSWAG