Forum Opéra

Verdi

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
12 novembre 2012
Verdi ? Verdâtre !

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Détails

Verdi
Rolando Villazón
ténor
« Ciel, che feci !… Ciel pietoso » (Oberto, Conte di San Bonifacio, 1839)
« Qui ti rimani alquanto »… « Brezza del suol natio… Dal più remoto asilio… Odio solo, ed odio atroce » (I due Foscari, 1844)
« Brindisi » (1835 ?)
« L’esule » (1839)
« La mia letizia infondere » (I Lombardi alla prima crociata, 1843)
« In solitaria stanza » (1838)
« Eccomi prigoniero » (Il Corsaro,1848)
« Questa o quella…» (Rigoletto, 1851)
« La donna è mobile » (Rigoletto, 1851)
« Lunge da lei… De’ miei bollenti spiriti » (La Traviata, 1853)
« O mio rimorso… » (La Traviata, 1853)
« Amici miei, soldati… La rivedrà nell’estasi » (Un Ballo in maschera, 1859), avec Mojca Erdmann et le Chœur du Teatro Regio
« Fontainebleau, foresta immensa e solitaria… Io la vidi e al suo sorriso » (Don Carlo, 1886)
« Ingemisco tamquam reus » (Requiem, 1874)
« Dal labbro il canto estatico vola » (Falstaff, 1893) avec Mojca Erdmann
Orchestre du Teatro Regio de Turin
Direction musicale
Gianandrea Noseda
1 CD Deutsche Grammophon – 56’34

 

On comprend, évidemment, que Rolando Villazón ait voulu, lui aussi, apporter sa pierre à l’édifice du 200e anniversaire de la naissance de Giuseppe Verdi, auquel le ténor franco-mexicain doit tant. Alfredo, Le Duc de Mantoue, Don Carlo lui ont donné la possibilité de montrer son talent sur les plus grandes scènes, à de nombreuses reprises… pour l’essentiel au siècle dernier.

 

Certes, le musicien est là, avec sa débordante énergie surtout. On ne peut pas ne pas trouver Rolando sympathique et la campagne de promotion que lui organise Deutsche Grammophon, y compris avec un concours de vidéos destinées à illustrer « La donna è mobile », est à son image ! L’idée d’offrir un parcours dans l’ensemble de la carrière de Verdi, de Oberto à Falstaff, n’est pas mauvaise et, plutôt que d’enchaîner uniquement des tubes, Villazón sort des sentiers battus en proposant quelques airs tirés d’opéras de jeunesse, et même deux romances et un « Brindisi »que Verdi a composés dans les années 1830. Les arrangements de Luciano Berio, jadis enregistrés par José Carreras, ne sont pas d’un goût absolu mais pour un programme avec orchestre, cela convient*. En revanche, quel choix absurde que celui de l’air de Fontainebleau de Don Carlo dans la version italienne… Pour honorer ce Verdi-là, un air en français aurait été tellement plus pertinent. Enfin, la conclusion, qui n’en est pas vraiment une, du vrai-faux air de Fenton laisse l’auditeur sur un curieux sentiment d’inachevé.

 

Surtout l’état vocal du ténor, qui a fête cette année son 40e anniversaire, fait peine. Les ennuis de santé semblent derrière lui mais les dégâts sont là. Les aigus, bien présents, sont affligés d’un vibrato déjà large ou sont excessivement tendus (Don Carlo). La ligne vocale, qui n’a jamais été la qualité première de Villazón, est détruite (Falstaff !) et les sons artificiellement grossis succèdent aux intonations contestables (Bal Masqué). Parfois, on en vient même à soupçonner quelque tripatouillage des ingénieurs du son de la DG pour sauver ce qui peut l’être… L’absence de tenue et, pour tout dire, le débraillé de l’ensemble du programme en viennent à rendre l’écoute franchement pénible, y compris dans « La donna è mobile » à deux doigts du ridicule… Compte tenu de tout ce que l’on sait de Rolando Villazón, on s’en voudrait presque. On pourra toujours sauver l’air de Corrado du Corsaire ou celui de Riccardo dans Oberto. Très insuffisant pour un artiste tel que Villazón. L’année Verdi commence bien mal…

 

* Les curieux pourront se reporter à l’intégrale de ces romances que Mariella Devia, Sergei Larin et Michele Pertusi avaient gravées pour le label Stradivarius en 2007, là aussi dans des versions orchestrales réarrangées à partir des partitions piano – chant.

//

LIRE UN AUTRE AVIS SUR NOTRE SITE !

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
vv

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Verdi
Rolando Villazón
ténor
« Ciel, che feci !… Ciel pietoso » (Oberto, Conte di San Bonifacio, 1839)
« Qui ti rimani alquanto »… « Brezza del suol natio… Dal più remoto asilio… Odio solo, ed odio atroce » (I due Foscari, 1844)
« Brindisi » (1835 ?)
« L’esule » (1839)
« La mia letizia infondere » (I Lombardi alla prima crociata, 1843)
« In solitaria stanza » (1838)
« Eccomi prigoniero » (Il Corsaro,1848)
« Questa o quella…» (Rigoletto, 1851)
« La donna è mobile » (Rigoletto, 1851)
« Lunge da lei… De’ miei bollenti spiriti » (La Traviata, 1853)
« O mio rimorso… » (La Traviata, 1853)
« Amici miei, soldati… La rivedrà nell’estasi » (Un Ballo in maschera, 1859), avec Mojca Erdmann et le Chœur du Teatro Regio
« Fontainebleau, foresta immensa e solitaria… Io la vidi e al suo sorriso » (Don Carlo, 1886)
« Ingemisco tamquam reus » (Requiem, 1874)
« Dal labbro il canto estatico vola » (Falstaff, 1893) avec Mojca Erdmann
Orchestre du Teatro Regio de Turin
Direction musicale
Gianandrea Noseda
1 CD Deutsche Grammophon – 56’34
>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG