Forum Opéra

Le questionnaire de Proust de Zuzana Marková : « J’aurais tout donné pour chanter avec Maria Callas »

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Interview
24 avril 2023

Infos sur l’œuvre

Détails

La soprano tchèque Zuzana Marková est Violetta à Toulouse. Entre deux répétitions, elle a accepté de se soumettre à notre questionnaire de Proust.

Mon meilleur souvenir dans une salle d’opéra ? 

Il y en a beaucoup, mais je dirais ma Norina [Don Pasquale] au ROH l’année dernière, ce fut une très belle expérience.

Mon pire souvenir sur scène ? 

En fait je n’en ai pas ; simplement j’ai eu très grande déception quand j’ai dû annuler ma Traviata prévue à Bastille, à cause de la pandémie. J’étais très triste ; nous étions allés jusqu’à la générale et puis tout s’est refermé…

Le chanteur du passé avec lequel j’aurais aimé me produire ? 

Maria Callas ; j’aurais donné n’importe quoi pour être avec elle sur scène.

Ma plus grande émotion face à une œuvre d’art ? 

Je me souviens à Paris avoir passé beaucoup de temps au Musée d’Orsay avec les Impressionnistes. C’était très émouvant parce que ma grand-mère m’avait beaucoup parlé de ces tableaux.

Le metteur en scène dont je me sens le plus proche ? 

Pier-Luigi Pizzi

Le chef ou la cheffe qui m’a le plus appris ? 

Mon époux ! [Giacomo Sagripanti]

A part chanter, la chose la plus compliquée que j’ai eu à faire sur scène ? 

Une fois à Florence j’ai été obligée de me changer complètement pendant la cabalette de Violetta ; c’était assez sportif.

Mon pire souvenir avec un chef ? 

Je n’en ai pas. Vous savez, j’aime beaucoup écouter, discuter avec les chefs. De même pour les metteurs en scène, je discute. Et puis à la fin vous devez faire ce qu’on vous demande.

La ville où je me sens chez moi ? 

Prague, ma ville natale.

Ce qui, dans mon pays, me rend le plus fier ? 

Nous avons beaucoup de musiciens en république tchèque, il y a la tradition et puis la musique est très présente dans la culture, chez nous.

Si je pouvais apprendre un instrument du jour au lendemain, lequel serait-il ? 

La clarinette.

Le chanteur du passé dont j’ai le plus appris ? 

Il y en a plusieurs mais je citerai avant tout Edita Gruberova.

Si l’étais un Lied ou une mélodie ?

Je ne sais pas mais j’aimerais beaucoup chanter un jour les Quatre derniers Lieder.

Le compositeur auquel j’ai envie de dire « mon cher, ta musique n’est pas pour moi » ? 

Tout ce qui est baroque. Ma voix n’est pas faite pour le baroque, certainement parce que je n’ai jamais appris à chanter ce répertoire, que par ailleurs j’aime beaucoup écouter.

Ma personnalité historique préférée. 

Le premier président tchèque, Tomáš Masaryk.

Mon pire souvenir historique des 40 dernières années. 

L’attaque contre l’Ukraine

Le rôle que je ne chanterai plus jamais. 

Je n’aime pas dire jamais, mais je pense que j’ai fait le tour de Zerlina que j’ai beaucoup chantée.

Ma devise

« Vis ta vie autant que tu peux »

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’un des plus grands barytons de sa génération aurait eu 100 ans ce vendredi 17 mai.
Actualité
Figure montante parmi les compositeurs reconnus de notre temps, Benoît Menut est aussi l’un des plus féconds, amoureux de la voix, comme de ses interprètes et du public.
Interview
[themoneytizer id="121707-28"]