Forum Opéra

HAENDEL, Alcina — Paris (Garnier)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
26 novembre 2021
Les charmes fanés d’Alcina

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Dramma per musica en trois actes, livret anonyme
Créé à Coven Garden, Londres, le 16 avril 1735

Détails

Mise en scène
Robert Carsen
Reprise
Christophe Gayral
Décors et costumes
Tobias Hoheisel
Lumières
Jean Kalman
Mouvements chorégraphiques
Philippe Giraudeau
Dramaturgie
Ian Burton

Alcina
Jeanine de Bique
Ruggiero
Gaëlle Arquez
Morgana
Sabine Devielhe
Bradamante
Roxana Constantinescu
Oronte
Rupert Charlesworth
Melisso
Nicolas Courjal

Chœur de l’Opéra de Paris
Balthasar Neumann Ensemble
Direction musicale
Thomas Hengelbrock

Paris, Opéra Garnier, jeudi 25 novembre 2021,19h30

La reprise, 22 ans après sa création, de la production de Robert Carsen d’Alcina, confirme malheureusement ce que celle de 2014 ne montrait que trop : cette scénographie léchée ne nous parle plus. On sature de ces embrassades et effeuillages constants, on s’agace des quelques ressorts comiques mal à propos et l’on aimerait que les draps talqués du lit soient enfin changés…

Non, l’intérêt de cette reprise réside dans la distribution, dont trois débuts à l’Opéra de Paris et la présence en fosse du Balthasar Neumann Ensemble. Jeanine de Bique possède une partie des charmes de l’enchanteresse et chacun de ses arias renferme des beautés diaphanes. Elle est diminuée par une projection modeste et un bas de la tessiture encore peu étoffé mais elle met à profit de belles variations dans l’aigu et un tempérament explosif pour se tailler la part du lion. De toutes ces qualités, il reste à mieux doser la gradation… Difficile en effet de faire plus déchirant et juste que son premier « ah mio cor ! ».

Roxana Constantinescu peine en revanche à s’imposer en ce soir de première. La vocalisation reste sommaire de même que la caractérisation. Troisième début sur les planches de Garnier : Rupert Charlesworth déploie une ligne toute mozartienne couronnée d’aigus lumineux qui font de son Oronte un amoureux transi. Nicolas Courjal (Melisso) ne dispose que d’un air pour se rappeler au bon souvenir des Parisiens après ses débuts en 2019, mais c’est bien suffisant ! Gaëlle Arquez réussit, malgré un volume limité, airs de bravoure comme élégies. Sa vocalisation aisée se déploie sur une ample tessiture qui lui autorise variations et nuances du plus bel effet. Enfin Sabine Devieilhe triomphe. Elle réveille le Palais Garnier juste avant le premier entracte avec un « Tornami a vagheggiar » mené avec une joie communicative avant de distribuer des aigus cristallins et des nuances des plus subtiles tout le reste de la soirée.

Les chœurs de l’Opéra national de Paris délivrent une excellente prestation lors de leur deux courtes interventions. En fosse, le Balthasar Neumann Ensemble ravit à tous les points de vue (n’était-ce les cors dissipés). Le soyeux des cordes le dispute à la poésie des vents. Les solistes (violons, violoncelles, flûtes) offrent de véritables petits concertos en guise d’accompagnement du plateau. Enfin, le geste de Thomas Hengelbrock confère souplesse ou mordant à cette phalange remarquable. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Dramma per musica en trois actes, livret anonyme
Créé à Coven Garden, Londres, le 16 avril 1735

Détails

Mise en scène
Robert Carsen
Reprise
Christophe Gayral
Décors et costumes
Tobias Hoheisel
Lumières
Jean Kalman
Mouvements chorégraphiques
Philippe Giraudeau
Dramaturgie
Ian Burton

Alcina
Jeanine de Bique
Ruggiero
Gaëlle Arquez
Morgana
Sabine Devielhe
Bradamante
Roxana Constantinescu
Oronte
Rupert Charlesworth
Melisso
Nicolas Courjal

Chœur de l’Opéra de Paris
Balthasar Neumann Ensemble
Direction musicale
Thomas Hengelbrock

Paris, Opéra Garnier, jeudi 25 novembre 2021,19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Il ne faut jurer de rien
Donald RUNNICLES, Stefan HERHEIM, Clay HILLEY
Spectacle
Les tergiversations de la reine d’Egypte
Sandrine PIAU, Ann HALLENBERG, Arianna VENDITTELLI
Spectacle