Forum Opéra

BOCK, Fiddler on the Roof — Berlin (Komische Oper)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
22 février 2018
Quand le shtetl sort du placard

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Musical en deux parties, livret de Joseph Stein, lyrics de Sheldon Harnick

Créé à l’Imperial Theatre, New York, le 22 septembre1964

Version allemande de Rolf Merz et Gerhard Hagen

Détails

Mise en scène

Barrie Kosky

Chorégraphie

Otto Pichler

Décors

Rufus Didwiszus

Costumes

Klaus Bruns

Lumières

Diego Leetz

Dramaturgie

Simon Berger

Tevye

Max Hopp

Golde

Dagmar Manzel

Zeitel

Talya Lieberman

Hodel

Alma Sadé

Chava

Maria Fiselier

Mottel Kamzoil

Ivan Tursic

Perchik

Ezra Jung

Fruma-Sarah

Sigalit Feig

Lazar Wolf

Carsten Sabrowski

Fedja

Jan Proporowitz

Chœur du Komische Oper Berlin

Orchestre du Komische Oper Berlin

Direction musicale

Koen Schoots

Komische Oper, jeudi 22 février, 19h30

La comédie musicale Un violon sur le toit au Komische Oper de Berlin ? En proposant ce titre, Barrie Kosky ne recherche pas un succès facile, après le triomphe du West Side Story monté en 2013. D’abord, le musical de Jerry Bock créé à Broadway en 1964 est inscrit dans l’histoire du lieu : après la première allemande à Hambourg en 1968, le grand Walter Felsenstein mit en scène au Komische Oper cette œuvre qui allait connaître quelque cinq cents représentations entre 1971 et 1988, sous le titre Der Fielder auch dem Dach. En remontant cette comédie musicale, l’Australien Barrie Kosky rend aussi hommage à ses propres ancêtres, originaires d’un shtetl assez semblable au village imaginaire d’Anatevka, inventé par l’écrivain Cholem Aleikhem (1859-1916), le « Mark Twain russe ». Autour du personnage de Tevye le laitier et de l’intrigue sans grande surprise de ses filles qui refusent d’épouser les prétendants désignés par la marieuse et par la tradition, la pièce introduit une note de gravité à travers l’évocation des pogroms. L’affrontement entre juifs et chrétiens dépasse bientôt la simple rivalité entre kipas et casquettes, barbes et papillotes contre moustaches, hora contre kazatchok. Pas de bain sang, toutefois, et même s’il faut quitter Anatevka à la fin, l’espoir luit sous la forme de l’émigration vers les Etats-Unis.

Néanmoins, par rapport à West Side Story, dont il avait tenté de renouveler l’esthétique en la rapprochant de notre temps, Barrie Kosky jouit ici d’une liberté beaucoup moins grande. Pas seulement parce que l’œuvre est moins connue (à part « Ah si j’étais riche », aucun air de la partition n’est vraiment inscrit dans les mémoires), mais parce qu’elle est inscrite dans des circonstances historiques précises, et se prête difficilement à la transposition. Nous sommes donc bien en Russie vers 1905, même si le décor, sorte de mur d’armoires monté sur tournette, s’efforce d’échapper au naturalisme. Et bien sûr, la scène du rêve est l’occasion d’une brusque évasion loin de la réalité, où l’on bascule dans un univers bariolé peuplé de joyeux squelettes dansants.


 © Iko Freese

Evidemment, qui dit comédie musicale dit désormais sonorisation, et pas seulement des chanteurs puisque des micros sont également placés dans l’orchestre. Comme l’explique dans le programme de salle le chef d’orchestre Koen Schoots, le musical est un genre qui fait appel à des acteurs sachant chanter, et à un style de chant très éloigné de l’opéra. Confier le rôle de Tevye à un comédien plutôt qu’à une basse (en France, Un violon sur le toit fut porté de 1968 à 1971 par Ivan Rebroff, de son vrai nom Hans Rolf Rippert) arrache donc l’œuvre à une – fausse ? – tradition et remet le théâtre en avant. Heureusement, Max Hopp n’est pas Rex Harrison, il sait réellement chanter ; après un premier instant de surprise en entendant « Ah si j’étais riche » interprété par une voix plus proche du ténor que de la basse, on se laisse tout à fait convaincre par son incarnation. Dans le rôle de sa femme, Golde (créé en France par Maria Murano, récemment disparue), Dagmar Manzel est elle aussi d’abord actrice, mais c’est déjà à elle que Barrie Kosky avait fait appel en 2016 pour l’opérette Die Perlen der Cleopatra (compte rendu prochainement publié ici même).

Autour d’eux, tous jouent le jeu à fond. Les danseurs ne s’épargnent pas, alors que les acteurs/chanteurs sont aidés par les omniprésents micros. On se demande cependant comment étaient chantés les musicals avant l’invention de la sonorisation : les théâtres de Broadway étaient-ils plus petits ? Ou tout simplement les chanteurs des années 1950 et 1960 avaient-ils une manière de chanter qui leur permettait de projeter leur voix sans se fatiguer d’un soir à l’autre ? 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Musical en deux parties, livret de Joseph Stein, lyrics de Sheldon Harnick

Créé à l’Imperial Theatre, New York, le 22 septembre1964

Version allemande de Rolf Merz et Gerhard Hagen

Détails

Mise en scène

Barrie Kosky

Chorégraphie

Otto Pichler

Décors

Rufus Didwiszus

Costumes

Klaus Bruns

Lumières

Diego Leetz

Dramaturgie

Simon Berger

Tevye

Max Hopp

Golde

Dagmar Manzel

Zeitel

Talya Lieberman

Hodel

Alma Sadé

Chava

Maria Fiselier

Mottel Kamzoil

Ivan Tursic

Perchik

Ezra Jung

Fruma-Sarah

Sigalit Feig

Lazar Wolf

Carsten Sabrowski

Fedja

Jan Proporowitz

Chœur du Komische Oper Berlin

Orchestre du Komische Oper Berlin

Direction musicale

Koen Schoots

Komische Oper, jeudi 22 février, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La revanche de Don Ottavio
Bogdan VOLKOV, Marc MINKOWSKI, Vincent HUGUET
Spectacle