Forum Opéra

PUCCINI, Madama Butterfly — New York

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
22 février 2018
Ermonela Jaho à la conquête de l’Ouest

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes

Livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa, d’après la pièce de David Belasco

Version révisée créée à Brescia le 28 mai 1904

Détails

Production
Anthony Minghella
Mise en scène et chorégraphie
Carolyn Choa
Décors
Michael Levine
Costumes
Han Feng
Lumières
Peter Mumford
Marionnettes
Blind Summit Theatre

Cio-Cio-San
Ermonela Jaho
Pinkerton
Roberto Aronica
Suzuki
Maria Zifchak
Sharpless
Roberto Frontali
Yamadori
Hyung Yun
Le bonze
Stefan Szkafarowsky
Goro
Tony Stevenson
Le commissaire impérial
Paul Corona
Kate Pinkerton
Edyta Kulczak

Choeurs et orchestre du Metropolitan Opera de New-York
Direction musicale
Marco Armiliato

New York, Metropolitan Opera, jeudi 22 février 2018, 19h30

Déjà documentée au DVD en 2010, la production de Madama Butterfly signée Anthony Minghella avait séduit Jean Michel Pennetier. Depuis la salle, les défauts et qualités qu’il énumérait alors se retrouvent, mais à des degrés divers. L’élégant mariage entre les formes artistiques installe cette Butterfly dans l’esthétisme tout en l’ancrant dans le contexte du livret grâce aux costumes aussi traditionnels qu’ostentatoires. Le décor composé d’un plan incliné et d’un fond de scène éclairé à la Bob Wilson est ingénieux, surtout grâce à ces paravents japonais montés sur rail qui autorisent d’infinis changements à vue et des entrées et des sorties de personnages surprenantes. Toutefois, la scène est en permanence peuplée d’une armée de figurants techniciens, qui, pour vêtus de noir qu’ils soient, détournent l’attention du drame solitaire que vit Cio-Cio San. Cette gêne se renforce encore avec les marionnettistes Bunraku. Car si la marionnette de l’enfant est très expressive et poétique, elle met forcément à distance la relation que la mère entretient avec son enfant. Cela déséquilibre en partie le deuxième acte et complique la tâche de l’interprète principal pour rendre crédible la dernière scène. Toutefois, ce fil directeur désincarné se double d’un soin apporté à la direction d’acteur, notamment au premier acte où Pinkerton se comporte en véritable conquérant colonial, irrespectueux et lubrique.


© Marty Sohl / Metropolitan Opera

Las, si Roberto Aronica campe ce Pinkerton vil qu’on aime à détester, la voix ne le seconde pas toujours. Le timbre nasal et claironnant manque de suavité pour en faire un séducteur et l’aigu, trop bas, se dérobe plus d’un fois. Pour une fois c’est Sharpless qui gagne le match : Roberto Frontali lui prête une voix puissante et son timbre sombre pour en faire un figure paternelle, compassionnelle mais aussi autoritaire tant avec l’américain qu’avec Butterfly. En Suzuki, Maria Zifchak retrouve une production qu’elle fréquente régulièrement ainsi qu’un rôle où elle peut installer une de ces figures maternelles qu’elle affectionne tant. Le grain de la voix et une projection égale soutiennent expressivité et jeu de scène sobre. Tony Stevenson (Goro), Stefan Szkafarowsky (le Bonze) sans démériter ne disposent pas tout à fait du format nécessaire au Metropolitan Opera. Cela n’a guère de conséquence car la direction musicale de Marco Armiliato est un modèle d’équilibre et de soutien apporté à chaque chanteur. Le chef ne presse pas les tempi, s’attarde sur des détails orchestraux tout en maintenant tendu le fil de la narration.

Dans cet étrange écrin, Ermonela Jaho retrouve les planches du Met qu’elle n’avait foulées que brièvement, au débotté d’un remplacement de dernière minute dans La Traviata. La réputation de son interprétation de la Geisha l’a précèdée et le public New-Yorkais l’accueillera debout aux saluts. Dimensions du Met oblige peut-être et surement conséquence de l’engagement scénique qu’on lui connait, le jeu de la soprano albanaise nous a semblé un rien exagéré. Elle se consume en scène, comme à son habitude. Mais, si le chant reste toujours nuancé, enluminé de piani, le rôle éprouve son endurance. Le timbre en fera les frais et la voix s’acidifie fortement dans la dernière scène. Une faiblesse que la soprano sait placer au service d’une expression à tirer les larmes.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes

Livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa, d’après la pièce de David Belasco

Version révisée créée à Brescia le 28 mai 1904

Détails

Production
Anthony Minghella
Mise en scène et chorégraphie
Carolyn Choa
Décors
Michael Levine
Costumes
Han Feng
Lumières
Peter Mumford
Marionnettes
Blind Summit Theatre

Cio-Cio-San
Ermonela Jaho
Pinkerton
Roberto Aronica
Suzuki
Maria Zifchak
Sharpless
Roberto Frontali
Yamadori
Hyung Yun
Le bonze
Stefan Szkafarowsky
Goro
Tony Stevenson
Le commissaire impérial
Paul Corona
Kate Pinkerton
Edyta Kulczak

Choeurs et orchestre du Metropolitan Opera de New-York
Direction musicale
Marco Armiliato

New York, Metropolitan Opera, jeudi 22 février 2018, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un choc, à la séduction et à la force renouvelées
Leonardo GARCÍA ALARCÓN, Ted HUFFMAN, Jasmin DELFS
Spectacle