Forum Opéra

GIORDANO, Andrea Chénier — Tours

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
24 mai 2019
Vive le son du canon ?

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Opéra en 4 actes sur un livret de Luigi Illica

Créé le 28 mars 1896 à La Scala de Milan

Nouvelle Production de l’Opéra de Tours

Coproduction Opéra de Tours – Opéra de Nice

Détails

Mise en scène

Pier Francesco Maestrini

Décors

Nicola Boni

Costumes

Luca dall’Alpi

Lumières

Bruno Ciulli

André Chénier

Renzo Zulian

Madeleine de Coigny

Béatrice Uria Monzon

Charles Gérard

Marco Caria

Bersi

Ahlima Mhamdi

Madelon

Christine Tocci

Roucher

Marc Scoffoni

Mathieu

Pierre Doyen

L’incroyable

Raphaël Jardin

Fléville / Fouquier Tinville

Virgile Frannais

L’abbé

Mickaël Chapeau

Choeur de l’Opéra de Tours

Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire/Tours

Direction musicale

Benjamin Pionnier

Opéra de Tours, vendredi 24 mai 2019, 20h

S’il est un opéra pour ténor, c’est Andrea Chénier, autant que Werther, plus qu’Otello. Le poète révolutionnaire ne se contente pas de donner son nom à l’ouvrage ; il l’accapare d’une présence fougueuse que tempère une tristesse sourde, comme si l’héroïsme de ses quatre airs – un par acte – ne servait qu’à dissimuler une forme de désespérance. La Révolution dévore ses enfants ; les idéaux se brisent contre la barbarie humaine. Faut-il chanter la Carmagnole à plein poumons, sans davantage d’intentions ?

C’est dire, selon nous, combien il est regrettable de réduire le chef d’œuvre de Giordano à une séance de musculation pour chanteurs lirico-spinto, terme utilisé à l’opéra dès qu’il s’agit de qualifier des voix au médium hypertrophié, capables de supporter la charge orchestrale et la tension de l’écriture. Telle est pourtant l’approche privilégiée par Renzo Zulian, ténor italien invité par l’Opéra de Tours à porter sur des épaules larges et solides cette nouvelle production d’Andrea Chénier. Du muscle et de la testostérone avec ce que cela signifie de puissance mais aussi, dans le bras de fer engagé avec la partition, d’écarts de justesse, de hoquets et d’absence de nuances. Cette caricature de chant vériste entraîne une surenchère de volume préjudiciable à l’émotion. Benjamin Pionnier se fait capitaine d’un bateau ivre de sons. Lancé à plein régime dans une course aux décibels, l’orchestre oblige les chanteurs à hausser la voix, s’ils le peuvent. Que demande le peuple ? Du bruit à en en croire les clameurs enthousiastes dans la salle et des applaudissements répétés au tomber de rideau.


© Sandra Daveau

Le chœur s’épanouit davantage dans le fracas du canon que dans les danses de salon. Béatrice Uria-Monzon essaie d’alléger les premières mesures de « La mamma morta » puis capitule. Maddalena, au contraire de Gioconda à Bruxelles en début d’année, offre peu d’occasions à la tragédienne de sculpter le mot et à la comédienne de vamper la scène. Marco Caria se montre dans une forme vocale éblouissante. Gérard, au contraire de Chénier, peut se passer de second degré. D’une voix longue, liée et justement timbrée, ni trop sombre, ni trop claire, le baryton se fraye sans encombre un passage au premier rang. Des multiples personnages secondaires se détache Marc Scoffoni, d’une probité exemplaire dans le rôle de Roucher. Motivé sans doute par des raisons économiques, le choix de confier Madelon à la même interprète que la Comtesse de Coigny (Christine Tocci) induit une inutile confusion.

La mise en scène est sinon d’une lisibilité réconfortante. Andrea Chénier ne se prête pas à la transposition, tout au mieux à la stylisation. Pier Francesco Maestrini préfère à juste titre privilégier le mouvement. Les tableaux s’enchaînent sans accroc, y compris les plus délicats à représenter lorsque le peuple envahit le salon de la Comtesse ou que la foule se presse dans le tribunal. Les décors de Nicola Boni et les costumes de Luca dall’Api collent au livret jusqu’à la couleur bleue du sofa dans le salon des Coigny. Quelques allusions à des peintures célèbres – Marat par David, notamment – évitent cependant une approche trop littérale. Les représentations suivantes (les 26 et 28 mai) devraient aider à tempérer l’ardeur musicale et Nice offrira à cette production une deuxième chance dans les saisons à venir. Elle le mérite. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en 4 actes sur un livret de Luigi Illica

Créé le 28 mars 1896 à La Scala de Milan

Nouvelle Production de l’Opéra de Tours

Coproduction Opéra de Tours – Opéra de Nice

Détails

Mise en scène

Pier Francesco Maestrini

Décors

Nicola Boni

Costumes

Luca dall’Alpi

Lumières

Bruno Ciulli

André Chénier

Renzo Zulian

Madeleine de Coigny

Béatrice Uria Monzon

Charles Gérard

Marco Caria

Bersi

Ahlima Mhamdi

Madelon

Christine Tocci

Roucher

Marc Scoffoni

Mathieu

Pierre Doyen

L’incroyable

Raphaël Jardin

Fléville / Fouquier Tinville

Virgile Frannais

L’abbé

Mickaël Chapeau

Choeur de l’Opéra de Tours

Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire/Tours

Direction musicale

Benjamin Pionnier

Opéra de Tours, vendredi 24 mai 2019, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Le piano se désaccorde
Ricarda MERBETH, Iain PATERSON, Stefan HERHEIM
Spectacle