Forum Opéra

Récital — Paris (Pleyel)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
19 décembre 2010
Contre neige et verglas

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Cecilia BARTOLI
Mezzo-Soprano
Airs d’opéras de Haendel
Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
Suite en ré majeur, HWV 341 / Ouverture – Gigue
Airs d’Armida dans Rinaldo
Furie terribili
Dunque i lacci… Ah, crudele
Scherza in mar, air d’Adélaïde dans Lotario

Francesco Maria Veracini (1690-1768)

Ouverture N°6 en sol mineur : Allegro

Georg Friedrich Haendel

Che sento… Se pietà, aria de Cleopatra dans Giulio Cesare in Egitto
Nicolò Porpora (1686-1768)
Ouvertures des cantates Gedeone et Perdono, amata Nice
Georg Friedrich Haendel
Giulio Cesare in Egitto
Sinfonia Il Parnasso
V’adoro pupille, air de Cleopatra
Da tempeste, air de Cleopatra
Ah, che sol per te, Teseo… M’adora l’idol mio, air d’Agilea dans Teseo
Georg Friedrich Haendel
Felicissima quest’alma, air de Dafne dans Apollo e Dafne
Sì, vendetta… Pugneran con noi le stelle, récitatif et aria de Florinda dans Rodrigo (1707)
Alessandro Scarlatti (1660-1725)
Sinfonia di concerto grosso n° 5, fa mineur
Georg Friedrich Haendel
Ah, mio cor, air d’Alcina dans Alcina
Sinfonia et marche, Giulio Cesare in Egitto
Mi deride… Desterò dall’empia Dite, récitatif et aria de Melissa dans Amadigi
Bis :
Georg Friedrich Haendel
Bel piacere, extrait de Rinaldo
Lascia la spina, extrait d’Il Trionfo del Tempo e del Disinganno
Riccardo Broschi (1698 c.-1756)
Son Qual nave, extrait d’Artaserse
Cecilia Bartoli, mezzo-soprano
Orchestre La Scintilla
Direction musicale, Ada Pesch
Salle Pleyel, dimanche 19 décembre 2010, 16h

La scène de la salle Pleyel nous avait semblé bien vide lorsque nous nous sommes installé, et pour cause : l’on nous annonce qu’à cause des intempéries, une partie de l’Orchestre La Scintilla (originaire de Zürich) est bloquée en route. Le concert démarre pourtant, sous les applaudissements nourris d’un public nombreux et reconnaissant, avec un effectif orchestral réduit, en particulier les cordes (deux violons au lieu de la dizaine que compte habituellement l’ensemble !).

 

Malgré le talent et l’engagement du premier violon et chef, Ada Pesch, les parties instrumentales ne peuvent, dans ces conditions, que sonner déséquilibrées. Cela met d’autant plus en valeur la qualité des solistes, en particuliers les vents, hautbois et flutes, virtuoses dans les ouvertures de Veracini et Porpora. L’orchestre se retrouve heureusement au complet après l’entracte.

 

Pour ces retrouvailles annuelles (voire rituelles) avec son public parisien, dans le cadre d’une tournée qui l’aura emmenée sur les routes d’Europe, de Baden-Baden à Bruxelles, Cecilia Bartoli a opté pour un programme 100% Haendel. Ce choix, certainement moins original que les Maria et autres Sacrificium qui l’on précédé1, donne cependant un bel aperçu de l’art du Caro Sassone.

 

On reconnaît ici le don de la soprano pour faire de ces rendez-vous des moments uniques. D’abord un programme habilement troussé, qui tisse airs à vocalises et tendres lamenti, marie raretés (l’extrait de la cantate Apollo e Dafne, dont l’intérêt principal (et limité) est l’ambiance bucolique soulignée par les cris d’oiseaux) et scies haendéliennes (extraits de Giulio Cesare in Egitto ou Alcina). Mais également une véritable générosité, avec un programme déjà consistant, complété de trois bis, dont l’un chanté dos à la salle, pour les spectateurs assis en arrière-scène.

 

Mais revenons à l’essentiel, La Bartoli. Elle fait une entrée fracassante, au son du tonnerre. Faute de cordes suffisantes, le « Furie terribili » tombe malheureusement un peu à plat. Pourtant, une évidence s’impose : la chanteuse est en forme ! La voix se projette bien malgré une puissance sommes toutes modeste, et a retrouvé une belle homogénéité, avec un medium qui sonne comme repulpé2.

 

Malgré cette entrée en matière flamboyante, le concert semble placé cette année sous le signe d’une certaine sobriété. D’abord au niveau vestimentaire, la chanteuse gardant la même robe noire à fines bretelles pendant toute la soirée, simplement agrémentée de bijoux scintillants. Dans son chant ensuite, la cantatrice semble par moments abandonner tout artifice. A cet égard les airs de Giulio Cesare, « Che sento, o dio… Se pieta » et « Vadoro pupille » sont des sommets : la voix se fait murmure, sans jamais détimbrer même dans les pianissimi les plus impalpables, et la salle est littéralement pendue à ses lèvres. Cet effet hypnotique se renouvelle en seconde partie avec un « Ah mio cor » intériorisé, particulièrement dans le da capo, qui nous fait partager la résignation et pleurer à l’unisson de la magicienne : cette économie d’effets lui va décidemment comme un gant.

 

Que l’on se rassure, le naturel volcanique de Cecilia revient régulièrement au galop, notamment dans un « Da tempeste » (malheureusement un peu lesté par les cordes anémiées) où la chanteuse varie à l’envi : impressionnant. Mais nous ne sommes davantage ici dans la démonstration (fort réussie au demeurant). C’est là l’autre facette de la cantatrice, un côté extraverti qui peut parfois agacer, mais qui a pour qualité de dynamiser le concert, comme lorsqu’elle rivalise avec le hautbois pour savoir qui tiendra la phrase musicale la plus longue, à coups de cascades de vocalises (Teseo). On ne peut non plus nier une griserie coupable face à la démonstration de souffle dans l’air « Son Qual nave » : la chanteuse, mutine, débute sa note face au public, puis la file en se tournant vers les places d’arrière-scène, avant de la terminer en apothéose à nouveau face à la salle.

 

Emotion, excitation… la neige n’a qu’à bien se tenir, nous avons trouvé l’antidote à la grisaille hivernale.

 

 

 

1 On retrouvera d’ailleurs en bis un air de Broschi extrait de ce dernier, seule entorse au programme 100% Haendelien du soir

2 Il avait semblé s’amincir du fait de l’extension vers l’aigu qui caractérisait les dernières prises de rôle de la chanteuse.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Cecilia BARTOLI
Mezzo-Soprano
Airs d’opéras de Haendel
Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
Suite en ré majeur, HWV 341 / Ouverture – Gigue
Airs d’Armida dans Rinaldo
Furie terribili
Dunque i lacci… Ah, crudele
Scherza in mar, air d’Adélaïde dans Lotario

Francesco Maria Veracini (1690-1768)

Ouverture N°6 en sol mineur : Allegro

Georg Friedrich Haendel

Che sento… Se pietà, aria de Cleopatra dans Giulio Cesare in Egitto
Nicolò Porpora (1686-1768)
Ouvertures des cantates Gedeone et Perdono, amata Nice
Georg Friedrich Haendel
Giulio Cesare in Egitto
Sinfonia Il Parnasso
V’adoro pupille, air de Cleopatra
Da tempeste, air de Cleopatra
Ah, che sol per te, Teseo… M’adora l’idol mio, air d’Agilea dans Teseo
Georg Friedrich Haendel
Felicissima quest’alma, air de Dafne dans Apollo e Dafne
Sì, vendetta… Pugneran con noi le stelle, récitatif et aria de Florinda dans Rodrigo (1707)
Alessandro Scarlatti (1660-1725)
Sinfonia di concerto grosso n° 5, fa mineur
Georg Friedrich Haendel
Ah, mio cor, air d’Alcina dans Alcina
Sinfonia et marche, Giulio Cesare in Egitto
Mi deride… Desterò dall’empia Dite, récitatif et aria de Melissa dans Amadigi
Bis :
Georg Friedrich Haendel
Bel piacere, extrait de Rinaldo
Lascia la spina, extrait d’Il Trionfo del Tempo e del Disinganno
Riccardo Broschi (1698 c.-1756)
Son Qual nave, extrait d’Artaserse
Cecilia Bartoli, mezzo-soprano
Orchestre La Scintilla
Direction musicale, Ada Pesch
Salle Pleyel, dimanche 19 décembre 2010, 16h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Danse pour la fin du monde
Nicky SPENCE, Jaquelyn STUCKER, Clive BAYLEY
Spectacle
Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle