Forum Opéra

POULENC, Dialogues des Carmélites — Nantes

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
7 mai 2020
Sainte Anne-Catherine, priez pour nous ! (streaming)

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes et douze tableaux.
Texte de la pièce de Georges Bernanos avec l’autorisation de Emmet Lavery d’après une nouvelle de Gertrude Von Le Fort et un scénario du R.P. Brückberger et de Philippe Agostini
Créé en italien à la Scala de Milan le 26 janvier 1957, et en français à l’opéra de Paris le 21 juin 1957.

Détails

Mireille Delunsch (mise en scène)

Stanislas de Barbeyrac (Le Chevalier de la Force), Anne Catherine Gillet (Blanche de la Force), Catherine Hunold (Madame Lidoine), Doris Lamprecht (Madame de Croissy), Sophie Junker (Soeur Constance de Saint Denis), Hedwig Fassbender (Mère Marie de l’incarnation)

Choeurs d’Angers Nantes Opéra et de l’Orchestre national des Pays de la Loire
Orchestre national des Pays de la Loire
Jacques Lacombe (Direction musicale)

Nantes, Théâtre Graslin, octobre 2013

>> voir la video

« Je suis passionné à un tel point par mon travail que la moindre sortie me semble du temps perdu », écrivait en 1953 à Pierre Bernac Francis Poulenc alors plongé dans la composition de Dialogues de Carmélites. Le confinement imposé par la pandémie de coronavirus lui serait apparu comme une bénédiction, quand il semble à bon nombre d’entre nous une épreuve. Angers-Nantes Opéra allège la pénitence en diffusant ses Dialogues dans la mise en scène de Mireille Delunsch.

On ne dira jamais assez les effets – pervers ou non, c’est selon – de la captation d’un opéra. L’œil se trouve soudain placé contre les chanteurs quand le théâtre impose une distance qui fait que même au premier rang – place déconseillée sur le seul plan de l’acoustique –, on ne saisit pas avec la même acuité l’expression des visages. Voilà peut-être la raison pour laquelle, au contraire de Tania Bracq dans la salle le 15 octobre 2013, on ne peut rester insensible à l’interprétation de Blanche par Anne-Catherine Gillet. Oui, bien sûr, l’essence de la voix possède plus qu’une légèreté, une lumière qui sied mieux à la joie de Constance – au sens bernanosien du terme – qu’aux angoisses de Blanche de La Force. Et la gémellité entre les deux novices n’en est que plus troublante. Oui, le micro – un autre des effets pervers de la vidéo – écarte les questions de puissance et de projection alors que dans la salle, semble-t-il, les notes les plus graves n’étaient pas toujours aussi audibles qu’il l’aurait fallu. Mais Poulenc dans cette même lettre à Bernac n’écrivait-il pas : « Pour Blanche, j’ai tant l’expérience de Denise que je ne lui donne que des sons ouverts en aigu » (Denise Duval, la créatrice à Paris du rôle de Blanche de La Force).

S’impose alors l’expression du visage évidente dès l’entrée du « petit lièvre » traqué par la peur (« ou la peur de la peur »), le regard fixe comme pour tâcher vainement de brouiller les sentiments qui l’agitent, lisible de se vouloir illisible. On voudrait que la caméra reste aimantée à cette présence – une autre perversion de l’opéra filmé qui soumet le spectateur au bon vouloir du réalisateur et le prive de regarder ce que bon lui semble.

Intimidée sans doute par l’œuvre et par sa propre inexpérience, la mise en scène de Mireille Delunsch n’en comporte pas moins de  bonnes idées, comme cette barrière de cierges qui sépare le frère de la sœur dans le duo que Poulenc voulait chanté « à gorge que veux-tu ». Et Anne-Catherine Gillet, comme Stanislas de Barbeyrac, s’en donnent à cœur-voix dans ce bras de fer dont aucun des deux ne sort indemne mais où, là encore, on peut observer combien le geste accompagne la musique, avec quelques notes aveuglantes et, plus éloquent encore, le poids des silences.

« Deo Patri sit gloria » lui aussi éblouissant lors de la montée à l’échafaud mais point n’est besoin d’attendre la scène finale, lacrymale une fois encore – en est-il une plus émouvante à l’opéra, la mort de Butterfly exceptée ? – pour comprendre ce qui fait la particularité de l’interprétation de Catherine Gillet, plus encore dans Blanche que dans d’autres rôles où elle est pourtant merveilleuse – on pense à Jacqueline dans Fortunio cet hiver Salle Favart, également diffusé en streaming actuellement – : la grâce. 

>> Lire le compte rendu détaillé de Tania Bracq

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes et douze tableaux.
Texte de la pièce de Georges Bernanos avec l’autorisation de Emmet Lavery d’après une nouvelle de Gertrude Von Le Fort et un scénario du R.P. Brückberger et de Philippe Agostini
Créé en italien à la Scala de Milan le 26 janvier 1957, et en français à l’opéra de Paris le 21 juin 1957.

Détails

Mireille Delunsch (mise en scène)

Stanislas de Barbeyrac (Le Chevalier de la Force), Anne Catherine Gillet (Blanche de la Force), Catherine Hunold (Madame Lidoine), Doris Lamprecht (Madame de Croissy), Sophie Junker (Soeur Constance de Saint Denis), Hedwig Fassbender (Mère Marie de l’incarnation)

Choeurs d’Angers Nantes Opéra et de l’Orchestre national des Pays de la Loire
Orchestre national des Pays de la Loire
Jacques Lacombe (Direction musicale)

Nantes, Théâtre Graslin, octobre 2013

>> voir la video

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

De Byron à la liturgie… en passant par Meryl Streep
Mikko FRANCK, Anna PROHASKA
Spectacle