Forum Opéra

GERSHWIN, Porgy and Bess — San Francisco

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
24 juin 2009
Idéal à sa manière

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Porgy and Bess (Gershwin, DeMain – San Francisco)

George Gershwin (1898-1937)

 

Porgy and Bess

Opéra en trois actes

Livret de Ira Gershwin et de Edwin DuBose Heyward,

basé sur la nouvelle de Edwin DuBose Heyward, Porgy (1925)

Créé le 30 septembre 1935 à Boston

 

 

   

  Mise en scène : Francesca Zambello

Assistant à la mise en scène : Rita D’Angelo Tikador

Décors : Peter J. Davison

Costumes : Paul Tazewell

Lumières : Mark McCullough

Chorégraphie : Denni Sayers

 

Bess : Laquita Mitchell

Porgy : Eric Owens

Sportin’ Life : Chauncey Packer

Crown : Lester Lynch

Clara : Angel Blue

Serena : Karen Slack

Maria : Alteouise deVaughn

Jake : Eric Greene

Mingo : Michael Bragg

Annie : Malesha Jessie

Strawberry Woman : Samantha McElhaney

Lily : Amber Mercomes

Robbins : Michael Austin

Crab Man : Ashley Faatoalia

Peter : Calvin Lee

Nelson : Frederick Matthews

Jim: Earl Hazell

Frazier : Kenneth Overton

Undertaker : Darren K. Stokes

Detective : Richard Farrell

Policeman : Louis Landman

Coroner : John Minágro

 

Ensemble: Porgy and Bess Ensemble

San Francisco Opera Orchestra and Chorus

 

Chef des Chœurs : Ian Robertson

Direction musicale : John DeMain

 

San Francisco, le 24 juin 2009

 

Idéal à sa manière

 

Réunir une vingtaine de chanteurs avec la voix et le physique des rôles est une des premières prouesses du Porgy and Bess présenté par l’Opéra de San Francisco, même si l’exploit semble plus facile aux Etats-Unis qu’ailleurs. N’oublions pas : Yes, we can ! Une affiche de cette longueur relève, avant toute performance individuelle, de l’esprit de troupe. On sent chez les artistes réunis ici une cohésion, une même culture et, de fait, on entend des sonorités puissantes nourries de jazz et de gospel autant que d’art lyrique, avec – revers de la médaille – un certain manque de contours dans les ensembles.

   

Au-delà de l’effet collectif, chacun, à un moment ou un autre, tire son épingle du jeu. Certains de manière attendue – comment résister à la mélodie de « Summertimes » surtout quand elle est caressée par Angel Blue (le nom de la chanteuse même est porteur de promesses), au « My man’s gone now » sauvage de Karen Slack (Serena) ou au swing diabolique de Chauncey Packer (Sportin’ Life) d’autres de façon plus surprenante : Ashley Faatoalia en Crab Man et Samantha McElhaney en Strawberry Woman font délirer la salle (les américains de la côte Ouest ont le bravo plus facile que les européens).

   

A côté de ces chanteurs « à numéro », Laquita Mitchell, qui fit ses armes en Clara (à l’Opéra Comique en 2007 notamment), incarne à présent une Bess très « chatte sur un toit brûlant », bien moins fille paumée que femme fatale à la silhouette classée X, au médium corsé et à l’aigu radieux. Eric Owens met un peu plus de temps à entrer dans le personnage de Porgy mais trouve le ton à partir d’un « I got plenty o’ nuttin » joyeusement débonnaire. La voix large mais mate correspond bien à la virilité tendre et blessée du rôle. Elle le place en retrait – et en toute logique – du Crown de Lester Lynch, l’autre baryton, brutal et conquérant, dont le duo avec Bess au II est un des moments les plus intenses de la soirée.

 

John DeMain, à la tête d’un San Francisco Opera Orchestra dans son élément, propose une lecture lyrique (par opposition à symphonique), très proche de l’action. L’absence de scintillement tire définitivement la partition vers l’opéra plutôt que vers la comédie musicale. La question de savoir à quel genre appartient Porgy and Bess ne se pose plus depuis 1976, date à laquelle John DeMain précisément présenta l’œuvre dans sa version intégrale. Bien que Gershwin ait échoué dans sa volonté de fusionner les musiques traditionnelle et folklorique, son unique opéra en est bien un. Le seul reproche qu’on pourra faire à Francesca Zambello est de l’oublier. Sa mise en scène lorgne plus souvent du côté de Broadway que de la Caroline du Nord avec des options qui frisent le cliché. Le résultat n’en demeure pas moins d’une efficacité remarquable : décor intelligent – un dispositif refermé sur lui-même, à mi chemin entre le hangar et la prison, qui symbolise le ghetto et dont les parois ne se soulèveront qu’à la toute fin lorsque Porgy décidera de rejoindre Bess à New York – ; scénographie réglée au cordeau – et Dieu sait si l’opéra comporte de multiples scènes de foules, certaines pas évidentes à représenter d’ailleurs – ; lumières ; chorégraphie… Rien n’est le fruit du hasard. C’est bien l’histoire de Porgy and Bess, telle que l’a voulue Gershwin, celle d’une Amérique qui se délite, violente sur fond de sang et de drogue. Le parti pris se veut plus illustratif qu’interprétatif mais l’œuvre laisse-t-elle vraiment le choix ?

 

Christophe Rizoud

 

Réagissez à cet article, votre commentaire sera publié

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Porgy and Bess (Gershwin, DeMain – San Francisco)

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Cecilia Bartoli et Andreas Scholl comme au bon vieux temps !
Cecilia BARTOLI, Andreas SCHOLL, Sara MINGARDO
Spectacle