Forum Opéra

ROSSINI, Il barbiere di Siviglia — Venise

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
7 mai 2016
Un peu trop sage

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en deux actes

Livret de Cesare Sterbini, d’après la comédie homonyme de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

Créé à Rome, Teatro Argentina, le 20 février 1816

Détails

Mise en scène

Bepi Morassi

Décors et Costumes

Lauro Crisman

Lumières

Vilmo Furian

Il Conte d’Almaviva

Anicio Zorzi Giustiniani

Bartolo

Omar Montanari

Rosina

Chiara Amarù

Figaro

Davide Luciano

Basilio

Roberto Scandiuzzi

Fiorello

William Corrò

Berta

Giovanna Donadini

Un Ufficiale

Emanuele Pedrini

Orchestre et Chœurs du Teatro La Fenice

Direction musicale

Stefano Montanari

Venise, Fenice, samedi 7 mai 2016, 19h

L’actuelle production du chef d’œuvre de Rossini a été créée en 2008, puis reprise en 2011 et 2013. Le cru 2016 est de bonne qualité sans pour autant être un millésime exceptionnel. On y trouve un Figaro gouleyant incarné par Davide Luciano : voix sonore et bien projetée, avec un réel abattage scénique. A ses côtés, Chiara Amarù est une Rosine ronde en bouche, d’une belle présence théâtrale : une authentique voix de contralto, au timbre fruité, avec des vocalises irréprochables et des ornementations bien venues, des graves bien sonores et un aigu facile. Omar Montanari est un Bartolo d’une parfaite maturité, théâtralement juste, drôle sans caricature, et avec une parfaite maîtrise du chant syllabique. La voix de Giovanna Donadini (Berta) a quelque peu dépassé son apogée mais garde quelques fulgurances : des aigus surpuissants et surtout un bonheur scénique qu’elle sait faire partager. On peut dire du vétéran Roberto Scandiuzzi (Don Basilio) qu’il a de la bouteille mais sa voix est restée ample, et le timbre mordoré est intact, sans signe d’usure. Chanteur de style mozartien, Anicio Zorzi Giustiniani (Almaviva) est en revanche bien égaré au milieu de ces rossiniens : une émission trop nasale, un aigu trop couvert, une projection faible… On se croirait revenu avant la révolution de la Rossini Renaissance initiée à Pesaro au début des années 80. Sans surprise, le ténor ne donnera pas un « Cessa di più resistere » qui aurait sans doute tourné au vinaigre.

Dans de beaux décors classiques mais un peu chichement éclairés, Bepi Morassi propose une vision un peu terne de cette comédie et les chanteurs-acteurs semblent bridés dans leur expression. Si dans certaines productions on en vient à regretter l’abus d’effets comiques surajoutés, nuisible à la continuité musicale, ici, on a plutôt un goût de trop peu ! Les scènes les plus naturellement comiques (Bartolo découvrant Almaviva sous les traits d’Alfonso, Basilio ne comprenant pas pourquoi il serait malade, Figaro faisant écho aux répliques des amoureux avant qu’ils ne se fassent tous piéger, etc.) tombent un peu à plat et les rares gags sont quelque peu éventés (Bartolo qui embrasse Figaro croyant avoir affaire à Rosina, chanteurs qui dansent dès qu’ils sont au moins trois…).

Les chœurs sont impeccables et l’orchestre pétillant comme du Champagne sous la baguette de Stefano Montanari qui imprime un rythme constant à cette autre « folle journée » qui fait la joie du public.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en deux actes

Livret de Cesare Sterbini, d’après la comédie homonyme de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

Créé à Rome, Teatro Argentina, le 20 février 1816

Détails

Mise en scène

Bepi Morassi

Décors et Costumes

Lauro Crisman

Lumières

Vilmo Furian

Il Conte d’Almaviva

Anicio Zorzi Giustiniani

Bartolo

Omar Montanari

Rosina

Chiara Amarù

Figaro

Davide Luciano

Basilio

Roberto Scandiuzzi

Fiorello

William Corrò

Berta

Giovanna Donadini

Un Ufficiale

Emanuele Pedrini

Orchestre et Chœurs du Teatro La Fenice

Direction musicale

Stefano Montanari

Venise, Fenice, samedi 7 mai 2016, 19h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini qua, Rossini là
Karine DESHAYES, Florian SEMPEY
Spectacle