Forum Opéra

OFFENBACH, La Belle Hélène — Soustons

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
15 juillet 2019
Héroique fantaisie

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe en trois actes, livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy

Créé au Théâtre des Variétés le 17 décembre 1864

Détails

Mise en scène

Olivier Tousis

Décor

Kristof T’Siolle

Costumes

Olivier Tousis et Kristof T’Siolle

Lumières

Frédéric Warmulla

Chorégraphie

Clémence Lévy

Hélène

Frédérique Varda

Pâris

Matthieu Justine

Calchas

Matthieu Toulouse

Ménélas

Jean Goyetche

Oreste

Maela Vergnes

Agamemnon

Marc Souchet

Parthénis

Clémence Lévy

Léoena

Anaïs de Faria

Achille

Thomas Marfoglia

Ajax 1

Fabio Sitzia

Ajax 2

Fabrice Foison

Philocôme

Jo Cadilhon

Euthyclès

Pascal Renaudin

Chœur de l’Opéra des Landes

Direction : Frédéric Herviant

Orchestre de l’Opéra des Landes

Direction musicale

Frédéric Forget

Soustons, Espace culturel Roger Hanin, lundi 15 juillet, 20h30

A force de ne plus voir représenter que des adaptations, réécritures et modernisations, on finirait par croire que le texte conçu pour La Belle Hélène par Meilhac et Halévy est devenu désespérément injouable tel quel, par trop truffé de références devenues obscures avec le temps, l’exemple le plus flagrant étant la fameuse charade où l’on fait deviner le mot locomotive avec cette définition « Mon premier se donne au malade » : plus personne ne sait aujourd’hui que le loch était jadis une potion soulageant les voies respiratoires. Et la plupart des productions de jeter le bébé avec l’eau du bain. On commencera donc par remercier le festiva Opéra des Landes d’avoir eu le courage de conserver ce texte sans le farcir d’allusions à notre temps, ou de trivialités hors de propos. Même le loch y est, moyennant un léger changement de définition (« un lac au nord d’Albion »).

Ce parti pris de fidélité au texte va de pair avec une mise en scène où, sans rien modifier aux données de l’intrigue, Olivier Tousis parvient malgré tout à apporter un regard frais sur le mythe classique. Puisqu’Achille et les autres demi-dieux sont en quelque sorte des super-héros dotés de super-pouvoirs, pourquoi ne pas les transposer dans une mythologie plus proche de la culture actuelle, celle de la science-fiction ? Là où telle Carmen extra-terrestre sombrait rapidement dans le n’importe quoi, ce déplacement vers 4000 après plutôt qu’avant Jésus Christ permet de jouer avec les codes de tout un univers (sabres lasers, fusées, etc.), d’où toutes sortes d’effets comiques inattendus, souvent en relation avec l’utilisation de la lumière. Saluons également la qualité des décors et l’inventivité des costumes, avec un résultat esthétique digne des maisons les plus richement dotées, dont Opéra des Landes est loin de faire partie.

Avec douze instrumentistes, inutile de réduire au sens strict la partition d’Offenbach : le son est évidemment moins étoffé qu’avec les orchestres habituels, mais l’impression produite n’est pas celle des arrangements pour une poignée de musiciens que certains théâtres ont pris l’habitude de proposer. Le chef Philippe Forget dirige ses troupes avec goût, sans exagérer les tempos. On pourra évidemment regretter que la scène du Jeu de l’Oie ait été omise, mais au moins tous les autres morceaux de la partition sont-ils donnés dans leur intégralité, sans les coupes parfois d’usage. Quant au chœur d’Opéra des Landes, on voudrait seulement que ses pupitres masculins s’étoffent un peu et se consolident pour donner plus dignement la réplique aux pupitres féminins, tout à fait à la hauteur des enjeux.

Au sein d’une distribution soignée, on retrouve inévitablement quelques noms familiers, comme celui de Maela Vergnes, grande habituée des rôles travestis, qui prête sa voix claire à un Oreste en état d’ébriété quasi constante, de Marc Souchet, Figaro l’an dernier, et cette fois Agamemnon un peu moins arrogant que de coutume. Calchas féroce vite saisi par la débauche, Mathieu Toulouse s’impose d’abord scéniquement ; en dehors du Trio patriotique, le rôle ne lui laisse guère d’occasions de s’affirmer. Jean Goyetche rompt heureusement avec la tradition selon laquelle Ménélas est confié à un acteur plutôt qu’à un chanteur, et le ténor possède amplement de quoi se faire entendre ; moins bonnasse que souvent, l’époux de la reine troque ici les rondeurs habituelles pour une silhouette dégingandée, le personnage allant jusqu’à la violence physique lorsqu’il surprend sa femme en fâcheuse posture. Après un aigu un peu difficile à la fin de son premier air, la voix de Matthieu Justine se chauffe assez rapidement pour que son Pâris accomplisse ensuite un parcours sans faute. Frédérique Varda peut se prévaloir d’une solide expérience du répertoire de l’opérette, genre où il faut savoir passer sans heurts du chanté au parlé : chez cette Hélène soprano plutôt que mezzo, on admire donc notamment l’art de distiller des énormités avec une candeur absurde, et le portrait de cette femme du monde que le peuple traite de cocotte, dont la fausse innocence et l’air de ne pas y toucher rappellent irrésistiblement Arielle Dombasle (soyons très clair sur ce point : la ressemblance ne concerne en aucun cas la voix, mais seulement le jeu). Ajoutons que les hétaïres sont gourgandines à souhait et que les jeunes rois sont délicieusement bêtes, et l’on comprendra l’enthousiasme que peut susciter ce spectacle, encore donné pour trois représentations les 21, 23 et 24 juillet.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe en trois actes, livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy

Créé au Théâtre des Variétés le 17 décembre 1864

Détails

Mise en scène

Olivier Tousis

Décor

Kristof T’Siolle

Costumes

Olivier Tousis et Kristof T’Siolle

Lumières

Frédéric Warmulla

Chorégraphie

Clémence Lévy

Hélène

Frédérique Varda

Pâris

Matthieu Justine

Calchas

Matthieu Toulouse

Ménélas

Jean Goyetche

Oreste

Maela Vergnes

Agamemnon

Marc Souchet

Parthénis

Clémence Lévy

Léoena

Anaïs de Faria

Achille

Thomas Marfoglia

Ajax 1

Fabio Sitzia

Ajax 2

Fabrice Foison

Philocôme

Jo Cadilhon

Euthyclès

Pascal Renaudin

Chœur de l’Opéra des Landes

Direction : Frédéric Herviant

Orchestre de l’Opéra des Landes

Direction musicale

Frédéric Forget

Soustons, Espace culturel Roger Hanin, lundi 15 juillet, 20h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Sans surprise, mais sans faux pas
Nadine SIERRA, Fatma SAID, Adèle CHARVET
Spectacle