Forum Opéra

BERLIOZ, La Damnation de Faust — Paris (Philharmonie)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
15 janvier 2020
Ni le damné ni le diable

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Légende dramatique en 4 parties créée à Paris, Opéra-Comique, le 6 décembre 1846

Livret d’Hector Berlioz et Almire Gandonnière d’après Goethe

Détails

Faust

Paul Groves

Marguerite

Karine Deshayes

Méphistophélès

Ildebrando d’Arcangelo,

Brander

Renaud Delaigue

Chœur de l’Orchestre de Paris

Chœur d’enfants de l’Orchestre de Paris

Chef de chœur

Lionel Sow

Orchestre de Paris

Direction musicale

Tugan Sokhiev

Paris, Philharmonie, le mercredi 15 janvier 2020, 20h30

En ces temps socialement troublés, atteindre la Philharmonie de Paris en provenance de l’ouest parisien peut vite tourner au parcours du combattant ! Cette Damnation de Faust avait cependant à l’origine bien des atours pour braver toutes les épreuves, à commencer par une distribution qui devait aligner rien de moins que Karine Deshayes, Ludovic Tézier et Jean-François Borras. Or, au gré des annulations (la dernière étant le remplacement tardif de Jean-Francois Borras dans le rôle-titre par Paul Groves), ne subsiste plus ce soir de ce tiercé de rêve que Karine Deshayes. Les comptes sont-ils toujours bons ?

On est d’abord plutôt rassuré par le Faust de Paul Groves. Il reste peu de chair et de brillant chez le ténor américain (qui chantait il y a encore quelques jours Tamino au Metropolitan Opera), et la voix, bien projetée, bouge quelque peu au début, mais le rôle semble assumé et la diction française, précise, est bien compréhensible. L’esquif tangue parfois face aux aigus dont Berlioz a parsemé la partition, mais tient bon le cap pendant les deux premières parties, avant de se fracasser douloureusement sur les récifs escarpés du duo avec Marguerite (troisième partie). L’invocation à la Nature verra le chanteur retrouver de son intégrité vocale, mais pas toutes les ressources nécessaires pour rendre justice au lyrisme de ce passage.

On joue également de malchance avec le Méphistophélès d’Ildebrando d’Arcangelo, annoncé souffrant à l’entracte. Si cela s’entend dans certains aigus tendus et une voix en manque de tranchant, le baryton-basse italien maîtrise globalement la tessiture et le timbre est plutôt séduisant. L’indisposition du chanteur ne peut cependant pas totalement expliquer une diction contournée et peu intelligible et des effets histrioniques qui sonnent déplacés. On mettra en revanche sur le compte de l’alcoolisation du personnage, le fort relâchement stylistique de Brander (Renaud Delaigue) dans sa Chanson du rat.

L’arrivée de l’unique protagoniste féminine (et rescapée du trio originel) vient apporter du baume à nos oreilles. La Marguerite de Karine Deshayes est rayonnante, son mezzo long et délicat aux aigus lumineux, jamais forcés, fait naître les quelques frissons de la soirée. La mezzo sacrifie certes parfois l’impact des consonnes à la plénitude du son. Mais face à une tel charme, comment lui en vouloir ?

Les membres du Chœur de l’Orchestre de Paris qui, du fait de leur nombre, débordent de la scène, se juchant jusqu’à l’arrière-scène et sur les côtés, séduisent dès leurs premières interventions avec une belle mise en place, des effets polyphoniques très réussis et une grande douceur dans le songe de Faust. Le chœur masculin seul dans la scène de la taverne fait en revanche ressortir une moindre homogénéité. Le Chœur d’enfants de l’Orchestre de Paris apporte, lui, la pureté angélique nécessaire à la rédemption ultime.

Celui qui finalement fait basculer du bon côté cette soirée vocalement mitigée c’est Tugan Sokhiev. Le directeur musical de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, présent sur le projet depuis le début, révèle une belle alchimie avec les forces de l’Orchestre de Paris. On pourrait rêver ici de davantage de tranchant, là de couleurs plus brillantes. Pourtant, sans excès de puissance sonore, avec des tempi plutôt retenus, le chef parvient à tisser une belle unité entre les scènes parfois disparates, tout en créant une atmosphère propre à chacune : l’accompagnement de « D’amour l’ardente flamme » est ainsi idéalement rêveur avant de céder à l’agitation croissante de Marguerite, et la Course à l’abîme est parfaitement haletante. Il s’appuie pour ce faire sur un Orchestre de Paris aux pupitres virtuoses (notamment les vents très sollicités) et d’une grande homogénéité de son.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Légende dramatique en 4 parties créée à Paris, Opéra-Comique, le 6 décembre 1846

Livret d’Hector Berlioz et Almire Gandonnière d’après Goethe

Détails

Faust

Paul Groves

Marguerite

Karine Deshayes

Méphistophélès

Ildebrando d’Arcangelo,

Brander

Renaud Delaigue

Chœur de l’Orchestre de Paris

Chœur d’enfants de l’Orchestre de Paris

Chef de chœur

Lionel Sow

Orchestre de Paris

Direction musicale

Tugan Sokhiev

Paris, Philharmonie, le mercredi 15 janvier 2020, 20h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Naples vs Salzbourg : le match
Anna NETREBKO, Romain GILBERT, Eve-Maud HUBEAUX
Spectacle