Forum Opéra

MOZART, Le nozze di Figaro — Vienne (Staatsoper)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
15 octobre 2016
Cabinet de curiosités

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

« Comedia per musica » en quatre actes de W.A. Mozart

Livret de Lorenzo da Ponte d’après Le Mariage de Figaro, ou la Folle Journée de Beaumarchais

Création au Burgtheater de Vienne le 1er mai 1786

Détails

Mise en scène

Jean-Louis Martinoty

Décors

Hans Schavernoch

Costumes

Sylvie de Segonzac

Lumières

Fabrice Kebour

Conte d’Almaviva

Peter Mattei

Contessa d’Almaviva

Dorothea Röschmann

Susanna

Valentina Naforniţa

Figaro

Mario Cassi

Cherubino

Miriam Albano

Marcellina

Zoryana Kushpler

Don Basilio

Herwig Pecoraro

Don Curzio

Benedikt Kobel

Don Bartolo

Peter Rose

Antonio

Igor Onishchenko

Barbarina

Ileana Tonca

Orchestre et choeur de l’Opéra d’état

Direction musicale

Adam Fischer

Vienne, Wiener Staatsoper, samedi 15 octobre 2016, 19h

À quelques dizaines de mètres du Wiener Staatsoper, le Kunsthistorishes Museum abrite l’une des plus fastueuses collections de natures mortes. Là, les poissons les plus éberlués, les pommes, les poires, les bouquets de viornes et les lapins écorchés pendent pour l’éternité du monde civilisé. Il est intéressant que Jean-Louis Martinoty – qui inventa sa production des Noces il y a quinze ans à l’attention particulière du public parisien – ait fait du premier Mozart / Da Ponte une vaste réflexion sur le tableau et celui qui l’habite. Empaquetant la scène de deux larges cadres aux valeurs obliques, qui tordent et maltraitent les lignes de fuite, le metteur-en-scène truffe son dispositif de toiles, dont la valeur métaphorique ne saute pas toujours aux yeux. Les personnages bougent et chantent – accessoirement, ils vivent et ils aiment – mais leur présence dans cette sombre galerie de natures-mortes et de memento mori semble indiquer que, déjà, ils pendent aux cimaises comme la truite se décompose sur l’étal du poissonnier. Fugacité de l’existence, triomphe de l’individu sur l’absolu, tout relie les préoccupations existentielles des peintres aux figures de la folle journée.

On cherchera vainement dans toute la discographie un Almaviva plus convaincant que celui de Peter Mattei. Le baryton surdoué déploie ses innombrables harmoniques dans un rôle qu’il tutoie depuis vingt ans et qui ne lui pose aucune difficulté. Rarement une émission n’aura semblé plus saine et plus insolente. Cette débauche de moyens ne rend son personnage que plus touchant ; Almaviva, éternel Coyote de Beep-Beep, qui croit sans cesse poser les mains sur l’oiseau rare qu’il convoite mais qui – invariablement – finit par goûter à l’âpre saveur du gravier, au fond du ravin. Tenir tête à une telle bête de scène peut sembler cruel mais le Figaro de Mario Cassi table sur d’autres arguments, comme cette belle faculté à colorer le mot, soulignant que dans cette trilogie, le verbe peut crânement tenir tête aux portées. Parler de pulpe dans le chef de Valentina Nafornita serait faire peu de cas de son exceptionnelle Susanna dont la sensualité rappelle une grenade coupée en deux dont les grains écarlates et tièdes exsudent des parfums invraisemblables. Et comment ne pas admirer Dorothea Röschmann qui ne fait qu’une bouchée des innombrables difficultés de son rôle – miracle d’intonation – tout en campant la plus facétieuse des Rosine ? On pense à Giulietta Masina, petit clown tragique de Fellini, qui rappelle les vertus hilarantes de la tragédie ; vertus qui poussent la soprano dans ses derniers retranchements gagesques au cours d’une mirobolante scène de fétichisme de pied parfaitement bunuelienne.

Adam Fischer mène sa folle journée d’un élégant pas de course que ne désavouerait pas l’école espagnole d’équitation de Vienne. L’assiette verticale et le poignet légèrement relâché sur les rennes, l’orchestre connaît de très belles envolées mais aussi d’étranges baisses de tension, comme dans le trio du premier acte qui aurait gagné à tâter de la cravache. Sans doute est-ce là l’effet du sex appeal de Peter Mattei qui agit comme une enclume. Tiens ! Encore une nature morte…   

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

« Comedia per musica » en quatre actes de W.A. Mozart

Livret de Lorenzo da Ponte d’après Le Mariage de Figaro, ou la Folle Journée de Beaumarchais

Création au Burgtheater de Vienne le 1er mai 1786

Détails

Mise en scène

Jean-Louis Martinoty

Décors

Hans Schavernoch

Costumes

Sylvie de Segonzac

Lumières

Fabrice Kebour

Conte d’Almaviva

Peter Mattei

Contessa d’Almaviva

Dorothea Röschmann

Susanna

Valentina Naforniţa

Figaro

Mario Cassi

Cherubino

Miriam Albano

Marcellina

Zoryana Kushpler

Don Basilio

Herwig Pecoraro

Don Curzio

Benedikt Kobel

Don Bartolo

Peter Rose

Antonio

Igor Onishchenko

Barbarina

Ileana Tonca

Orchestre et choeur de l’Opéra d’état

Direction musicale

Adam Fischer

Vienne, Wiener Staatsoper, samedi 15 octobre 2016, 19h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La magnifique Tétralogie de Brigitte Fassbaender
Brigitte FASSBAENDER, Erik NIELSEN, Christiane LIBOR
Spectacle