Forum Opéra

BERNSTEIN, Mass — Paris (Philharmonie)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
22 mars 2018
Le jubilé de Lenny

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Oratorio scénique, textes latins de la messe liturgique romaine, textes additionnels de Stephen Schwartz et du compositeur

Créé au Kennedy Center for the Performing Arts, Washington, le 8 septembre 1971

Détails

Jubilant Sykes, baryton

Ensemble Aedes

Chef de chœur : Mathieu Romano

Chœur d’enfants de l’Orchestre de Paris

Chefs de chœur associés : Edwin Baudo, Marie Deremble-Wauquiez, Marie Joubinaux et Béatrice Warcollier

Chœur de l’orchestre de Paris

Chef de chœur Lionel Sow

Orchestre de Paris

Direction musicale

Wayne Marshall

Philharmonie de Paris, grande salle, jeudi 22 mars, 20h30

Alors qu’à Paris, Claude Debussy était mort le 25 mars 1918, de l’autre côté de l’Atlantique naissait le 25 août un certain Leonard Bernstein. A Paris, la Seine Musicale a devancé l’anniversaire en programmant West Side Story dès l’automne 2017, l’Athénée nous offrira bientôt l’excellent Trouble in Tahiti, et le Théâtre des Champs-Elysées fermera le cortège en octobre prochain avec Candide. Jusqu’ici, la palme de l’originalité commémorative revenait incontestablement à l’Opéra de Toulon, avec la création française de Wonderful Town. Oui mais, voilà, la production scénique de « Lenny » ne se limite pas aux musicals et autres formes plus ou moins proches. Bernstein aborda aussi l’opéra sérieux (pas forcément avec bonheur, voir A Quiet Place) et composa de nombreuses partitions orchestrales et vocales hors-normes, comme cette Messe que l’Orchestre de Paris a eu la bonne idée de programmer.

Commandée par Jackie Kennedy trois ans après l’assassinat de son époux, en vue de l’inauguration du Kennedy Center construit à Washington, cet « oratorio scénique » fut créé à l’aube des seventies. Un demi-siècle plus tard, l’aspect polémique de l’œuvre saute un peu moins oreilles, elle n’en causa pas moins un scandale retentissant. Pourquoi ? Parce qu’elle faisait alterner le texte latin de la messe catholique (hommage à l’Irlandais Kennedy) avec des textes en anglais exprimant le doute ou la révolte, en pleine guerre du Vietnam. Le FBI avait d’ailleurs déconseillé au président Nixon d’assister à la création de cette œuvre éminemment subversive… Et le mélange des genres est aussi la loi sur le plan musical, puisque Bernstein inclut, à côté des interventions « normales » d’un grand orchestre symphonique, la présence d’une fanfare, de musiciens jaz et pop accompagnant les songs de voix solistes. Les quelques premières minutes, sur bande enregistrée, avec haute voltige pour soprano colorature, entre autres, laisseraient même entrevoir une audace harmonique inhabituelle, mais cela laisse vite la place à une inspiration mélodique typiquement bernsteinienne. Partition foisonnante, qui fait appel à des effectifs pléthoriques, d’une durée proche des deux heures, ce qui pourrait laisser craindre l’indigestion.

Heureusement, lorsqu’elle est servie avec la ferveur déployée par les interprètes réunis deux soirs de suite à la Philharmonie de Paris, Mass passe comme une lettre à la poste. Déjà protagonistes du concert donné en 2013 dans le cadre du festival de Radio-France et Montpellier Languedoc-Roussillon, Jubilant Sykes et l’Ensemble Aedes réitèrent leur exploit. Le baryton américain est littéralement stupéfiant, et son jeu survolté compense largement l’absence de danseurs et d’acteurs initialement prévu par Bernstein autour du Célébrant/Récitant. Les voix sont sonorisées, mais la performance n’en est pas moins renversante, par l’habileté avec laquelle le chanteur explore tous les registres, osant réduire sa voix à une trame dans l’aigu pour mieux lui redonner toute sa force dans le grave l’instant suivant. Et l’acteur est incroyable, totalement habité par le texte qu’il vit plus qu’il ne le déclame. La plupart des vingt-quatre membres de l’Ensemble Aedes bénéficient d’un numéro en solo et se révèlent également confondants dans cet exercice, par l’intensité physique de leur interprétation. L’investissement est tout aussi remarquable parmi les instrumentistes et les membres des chœurs, entraînés par la baguette dynamique de Wayne Marshall, chef qu’une complicité évidente unit à ses interprètes. Tant que son jubilé sera célébré avec une ardeur aussi contagieuse, l’ombre de Leonard Bernstein n’aura pas de souci à se faire.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Oratorio scénique, textes latins de la messe liturgique romaine, textes additionnels de Stephen Schwartz et du compositeur

Créé au Kennedy Center for the Performing Arts, Washington, le 8 septembre 1971

Détails

Jubilant Sykes, baryton

Ensemble Aedes

Chef de chœur : Mathieu Romano

Chœur d’enfants de l’Orchestre de Paris

Chefs de chœur associés : Edwin Baudo, Marie Deremble-Wauquiez, Marie Joubinaux et Béatrice Warcollier

Chœur de l’orchestre de Paris

Chef de chœur Lionel Sow

Orchestre de Paris

Direction musicale

Wayne Marshall

Philharmonie de Paris, grande salle, jeudi 22 mars, 20h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une sublime symphonie dans un sublime paysage
Simon RATTLE, Magdalena KOŽENÁ
Spectacle
Où Tancrède découvre qu’il est une femme
Jan Philipp GLOGER, Anna GORYACHOVA, Mélissa PETIT
Spectacle