Forum Opéra

OFFENBACH, Les Brigands – Paris (Gymnase)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
16 janvier 2024
Les Brigands s’installent au Gymnase

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe en trois actes, musique de Jacques Offenbach,
livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy,
créé à Paris (Théâtre des Variétés) le 10 décembre 1869.
Version de 1869 en 3 actes

Détails

Mise en scène
Yves Coudray
Chorégraphie
Francesca Bonato
Décors
Thierry Decroix et les élèves DTM du lycée Léonard de Vinci
Costumes
Michel Ronvaux
Lumières
Sébastien Biero

 

Falsacappa
Didier Chalu
Fiorella
Delphine Hivernet
Fragoletto
Juliette Hua

Les brigands
Pietro
Rémi Bucçlin
Domino
Marc Lesieur
Carmagnola
Basile de Leusse
Barbavano
Antoine de Tilly

Les Espagnols
Le comte de Gloria-Cassis
Jean-Philippe Monnatte
La princesse de Grenade
Myriam Berthieu
Adolphe de Valladolid
Sébastien Ferri
La duègne de la princesse de Grenade
Katell Martin
Le précepteur
Patrice Vincent-Baschet

Les Italiens
Le duc de Mantoue
Hyppolite Bruneau
Le baron de Campo-Tasso
Mathieu Fourticq
Le chef des carabiniers
Frédéric Thiriez
La duchesse
Astrid Régnauld
La marquise
Mathilde Maringe
Antonio le caissier
Jean-Philippe Alosi

Le courrier de cabinet
Thomas Laporte Many
Le coach
Antoine Letamendia

Pipo
Jérôme Combeau
Pipa
Caroline Simon-Bayle
Pipetta
Appoline Bedouet

Zerlina
Marie-Charlotte Nantas

Fiammetta
Noisette Narboni
Bianca
Violaine Motte
Cicinella
Virginie Motte-Lafeuille

 

Orchestre du Théâtre de Rungis, Chœur des Tréteaux Lyriques (cheffe des chœurs Charlotte Dantzer)
Direction musicale
Laurent Goossaert

 

Paris (Théâtre du Gymnase – Marie Bell), vendredi 12 janvier 2024, 20 h 30

Cela fait plus de cinquante ans que les Tréteaux Lyriques, fondés en 1968, enchantent les spectateurs par leurs créations biennales, toujours d’œuvres d’Offenbach, ce qui fait d’eux la plus ancienne troupe lyrique d’amateurs toujours active. On avait beaucoup apprécié une exceptionnelle Princesse de Trébizonde en 2009, on a ensuite pu applaudir à Paris Le Pont des soupirs, La Créole, La Vie Parisienne, Le Voyage dans la Lune, La Grande Duchesse de Gerolstein et La Périchole, œuvres données chacune une douzaine de fois.

Ce soir, ce sont Les Brigands qui reviennent (précédente production en 2003). Bien sûr, la troupe a considérablement évolué, pour ne pas dire qu’elle a été entièrement renouvelée au fil du temps, et si les moyens se sont professionnalisés (chef, metteur en scène et encadrement), on reste quand même à distance des superproductions qui ont fait date et relancé l’intérêt pour cette œuvre longtemps oubliée (Genève 1986 dans l’étonnante mise en scène d’Alain Marcel, Lyon 1987 mis en scène par Louis Erlo et Alain Maratrat et dirigée par John Eliot Gardiner, et bien sûr Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff à La Haye en 1992, Paris Bastille en 1993, et ses nombreuses reprises depuis à travers la France). Mais l’œuvre n’est pas simple à monter, faite d’un long premier acte qu’il faut animer, faute de quoi il risque de sombrer dans l’ennui, et deux actes après l’entracte qui foisonnent d’inventions musicales et scéniques.

© Photo Gilles Pagnol

Yves Coudray, grand connaisseur d’Offenbach, sait manier les troupes, tout en respectant l’œuvre. Ce soir, les carabiniers ont bien tous leurs bottes et arrivent en scène, contrairement au dicton, pile-poil à l’heure. Les groupes de personnages (brigands, Italiens et Espagnols) sont clairement différenciés. Et surtout, les moments de bravoure sont un régal : les entrées des carabiniers, l’arrivée des Espagnols, la cour de Mantoue avec ses problèmes d’argent. Bien sûr, sans que l’on puisse parler véritablement de transposition, les rapports avec l’époque de la création (la fin du Second Empire) et la nôtre ne sont pas éludés, avec une espèce de passage à travers les siècles, que chacun peut interpréter à sa guise. La direction musicale de Laurent Goossaert est, comme à son habitude, parfaitement en phase avec l’œuvre, tant au niveau des tempi que de la dynamique : un entrain qu’il communique avec humour au plateau, qui le lui rend bien. Les chœurs sont fort bien préparés, et font également merveille ; on retiendra notamment le fameux chœur de la fin du Ier acte « Ce sont les bottes, les bottes, les bottes, les bottes des carabiniers », alternant le pianissimo et le forte. On notera également les charmants costumes de Michel Ronvaux, un régal de style et de couleurs.

Les représentations des Tréteaux sont aussi l’occasion de découvrir de jeunes chanteurs professionnels qui viennent parfaire bénévolement leurs contacts avec des professionnels du monde lyrique et le public. Didier Chalu est un Falsacappa épatant. On a l’habitude de l’entendre interprété par des voix plus ténorisantes, mais il a toute l’étendue vocale nécessaire (y compris le falsetto), avec l’autorité physique et vocale ainsi que l’aisance scénique nécessaires au personnage. On note de plus une élocution parfaite, ici pas besoin de surtitres, et cela est valable pour toute la troupe. À ses côtés, la très jolie Fiorella de Delphine Hivernet, dont la voix n’est pas immense, mais très joliment menée, musicale et charmeuse à la fois, plus que véritablement brigande. De son côté, le Fragoletto de Juliette Hua est tout à fait convaincant scéniquement, ne serait un défaut de projection qui empêche sa jolie voix, également très musicale, de passer la rampe, notamment dans le médium.

Mais il y a aussi des morceaux de bravoure où quantité de seconds rôles peuvent briller, comme Jean-Philippe Monnatte qui distille avec art l’air de Gloria-Cassis plein de sous-entendus (« Jadis vous n’aviez qu’une patrie, maintenant vous en aurez deux » avec l’irrésistible ritournelle « Y a des gens qui se disent Espagnols, et qui ne sont pas du tout Espagnols »), Mathieu Fourticq, excellent baron de Campo-Tasso que ne désavoueraient pas nombre de scènes professionnelles, avec son air « nous avons ce matin tous deux… », Jean-Philippe Alosi qui se délecte de l’air fameux du caissier Antonio. On remarque aussi (mais il faudrait en citer beaucoup d’autres !) Myriam Berthieu (la princesse de Grenade) et Katell Martin, son extraordinaire duègne. Enfin, Apolline Bedouet est vraiment drôlissime dans le tout petit rôle de Pipetta, illustré autrefois à l’Opéra Bastille par Yolande Moreau.
Courrez applaudir ces brigands bénévoles bien sympathiques, d’autant qu’au lieu de détrousser les spectateurs, ils reversent tous leurs bénéfices à des associations caritatives (cette année Les Papillons blancs de Paris, La Salle à manger et La Ressourcerie).

Prochaines représentations les 18, 20, 21, 26, 27, 28 janvier et 1er, 3 et 4 février 2024

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe en trois actes, musique de Jacques Offenbach,
livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy,
créé à Paris (Théâtre des Variétés) le 10 décembre 1869.
Version de 1869 en 3 actes

Détails

Mise en scène
Yves Coudray
Chorégraphie
Francesca Bonato
Décors
Thierry Decroix et les élèves DTM du lycée Léonard de Vinci
Costumes
Michel Ronvaux
Lumières
Sébastien Biero

 

Falsacappa
Didier Chalu
Fiorella
Delphine Hivernet
Fragoletto
Juliette Hua

Les brigands
Pietro
Rémi Bucçlin
Domino
Marc Lesieur
Carmagnola
Basile de Leusse
Barbavano
Antoine de Tilly

Les Espagnols
Le comte de Gloria-Cassis
Jean-Philippe Monnatte
La princesse de Grenade
Myriam Berthieu
Adolphe de Valladolid
Sébastien Ferri
La duègne de la princesse de Grenade
Katell Martin
Le précepteur
Patrice Vincent-Baschet

Les Italiens
Le duc de Mantoue
Hyppolite Bruneau
Le baron de Campo-Tasso
Mathieu Fourticq
Le chef des carabiniers
Frédéric Thiriez
La duchesse
Astrid Régnauld
La marquise
Mathilde Maringe
Antonio le caissier
Jean-Philippe Alosi

Le courrier de cabinet
Thomas Laporte Many
Le coach
Antoine Letamendia

Pipo
Jérôme Combeau
Pipa
Caroline Simon-Bayle
Pipetta
Appoline Bedouet

Zerlina
Marie-Charlotte Nantas

Fiammetta
Noisette Narboni
Bianca
Violaine Motte
Cicinella
Virginie Motte-Lafeuille

 

Orchestre du Théâtre de Rungis, Chœur des Tréteaux Lyriques (cheffe des chœurs Charlotte Dantzer)
Direction musicale
Laurent Goossaert

 

Paris (Théâtre du Gymnase – Marie Bell), vendredi 12 janvier 2024, 20 h 30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini sur instrument d’époque
Marina VIOTTI, Jan SCHULTSZ
Spectacle