Forum Opéra

POULENC, Dialogues des Carmélites – Bordeaux

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
4 juin 2023
Ne préparez pas vos mouchoirs !

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes et douze tableaux.
Texte de la pièce de Georges Bernanos avec l’autorisation de Emmet Lavery d’après une nouvelle de Gertrude Von Le Fort et un scénario du R.P. Brückberger et de Philippe Agostini
Créé en italien à la Scala de Milan le 26 janvier 1957, et en français à l’opéra de Paris le 21 juin 1957.

Détails

Mise en scène
Mireille Delunsch
Décors et costumes
Rudy Sabounghi
Lumières
Dominique Borrini

Le Marquis de La Force
Frédéric Catonµ
Le Chevalier de La Force
Thomas Bettinger
Blanche de La Force
Anne-Catherine Gillet
Mme de Croissy
Mireille Delunsch
Sœur Constance de Saint-Denis
Lila Dufy
Mère Marie de l’Incarnation
Marie-Andrée Bouchard-Lesieur
Mme Lidoine
Patrizia Ciofi
Le Père Confesseur du Couvent
Sébastien Droy
Geôlier
Timothée Varon
1er Commissaire
Etienne de Bénazé
2e Commissaire
Thierry Cartier
Officier
Igor Mostovoï
M. Javelinot
Simon Solas
Mère Jeanne de l’Enfant Jésus
Gaëlle Flores
Sœur Mathilde
Amélie De Broissia

 

Orchestre National Bordeaux Aquitaine
Chœur de l’Opéra National de Bordeaux
Chef de Chœur
Salvatore Caputo

Direction musicale
Emmanuel Villaume

Bordeaux, Grand Théâtre, vendredi 2 juin 2023, 20h

Retour à la case départ pour Dialogues des Carmélites mis en scène par Mireille Delunsch, de nouveau à l’affiche de l’Opéra national de Bordeaux après avoir été pour la première fois représenté au Grand Théâtre il y a dix ans, puis navigué ensuite à Nantes et resurgi en streaming durant la pandémie. Le temps n’a pas de prise sur cette approche, avec ses défauts – l’absence de respiration, la raideur scénique à laquelle est contrainte la Première Prieure, le pschitt du tableau final peu à peu déserté pour laisser Blanche monter seule à l’échafaud –, et ses qualités – le respect du livret, le travail sur la lumière, l’usage symbolique des bougies qui trouve sa pleine signification lors du duo entre le frère et la sœur d’une juste expression théâtrale.

La distribution entièrement renouvelée a pour maillon fort Marie-Andrée Bouchard-Lesieur. De Mère Marie – une prise de rôle –, la mezzo-soprano possède le tempérament dramatique, l’évidence de la diction, l’ambitus d’un rôle qui s’étend sur deux octaves, la technique nécessaire pour surmonter les tensions de l’écriture sans que la moindre dureté ne trahisse une quelconque sécheresse de cœur et d’âme. Au contraire, la religieuse apparaît dans son entière complexité, avec une séduction naturelle, des inflexions parfois maternelles et dans le même temps, l’autorité, les notes foudroyantes, la lumière ardente d’un caractère héroïque prêt à vivre sa foi jusqu’au martyr.

Autres atouts de cette reprise, Thomas Bettinger dont le solide Chevalier, toujours audible, toujours intelligible, s’impose crânement, et des seconds rôles habilement brossés : l’Aumônier stendhalien de Sébastien Droy, le Premier Commissaire bouffon d’Etienne de Benazé

© Éric Bouloumié

Anne-Catherine Gillet reste une Soeur Blanche habitée par la grâce. La pureté d’émission pourrait tirer la proposition vers un angélisme de circonstance. Tiraillée entre orgueil et ferveur, la subtilité de la caractérisation sait éviter toute dérive sulpicienne. Reste la légèreté de la voix, derrière laquelle transparaît moins Blanche que Constance, la difficulté étant de trouver un soprano encore plus léger pour interpréter cette dernière. D’où sans doute le choix de Lila Dufy dont le charmant gazouillis peine à passer la rampe.

Madame de Croissy et Madame Lidoine n’ajoutent rien à la gloire de Mireille Delunsch et de Patrizia Ciofi. Leur immense talent ne compense pas leur inadéquation à des rôles conçus pour d’autres formats vocaux.

La direction nerveuse d’Emmanuel Villaume stimule un Orchestre national Bordeaux Aquitaine que l’on sent heureux de s’épanouir dans la partition, au détriment des voix. Parfois brusque, le geste coupe court à tout épanchement lyrique et à tout mystère pour mieux privilégier l’acuité du drame. Si engagée soit-elle, cette lecture inflexible laisse les yeux secs du début à la fin de la représentation. Un comble s’agissant de l’opéra le plus lacrymal du répertoire. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes et douze tableaux.
Texte de la pièce de Georges Bernanos avec l’autorisation de Emmet Lavery d’après une nouvelle de Gertrude Von Le Fort et un scénario du R.P. Brückberger et de Philippe Agostini
Créé en italien à la Scala de Milan le 26 janvier 1957, et en français à l’opéra de Paris le 21 juin 1957.

Détails

Mise en scène
Mireille Delunsch
Décors et costumes
Rudy Sabounghi
Lumières
Dominique Borrini

Le Marquis de La Force
Frédéric Catonµ
Le Chevalier de La Force
Thomas Bettinger
Blanche de La Force
Anne-Catherine Gillet
Mme de Croissy
Mireille Delunsch
Sœur Constance de Saint-Denis
Lila Dufy
Mère Marie de l’Incarnation
Marie-Andrée Bouchard-Lesieur
Mme Lidoine
Patrizia Ciofi
Le Père Confesseur du Couvent
Sébastien Droy
Geôlier
Timothée Varon
1er Commissaire
Etienne de Bénazé
2e Commissaire
Thierry Cartier
Officier
Igor Mostovoï
M. Javelinot
Simon Solas
Mère Jeanne de l’Enfant Jésus
Gaëlle Flores
Sœur Mathilde
Amélie De Broissia

 

Orchestre National Bordeaux Aquitaine
Chœur de l’Opéra National de Bordeaux
Chef de Chœur
Salvatore Caputo

Direction musicale
Emmanuel Villaume

Bordeaux, Grand Théâtre, vendredi 2 juin 2023, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Les déserts de l’amour et de l’ennui
Ambroisine BRÉ, Cyrille DUBOIS, Edwin CROSSLEY-MERCER
Spectacle