Forum Opéra

PUCCINI, La rondine – Zurich

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
22 septembre 2023
Ouvrez, ouvrez la cage à l’oiseau !

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Comédie lyrique en trois actes
Livret de Giuseppe Adami d’après Alfred Willner et Heinz Reichert
Créée à l’Opéra de Monte-Carlo le 27 mars 1917

Détails

Mise en scène
Christof Loy
Décors
Etienne Pluss
Costumes
Barbara Drosihn
Lumières
Fabrice Kébour
Chorégraphie
Thomas Wilhelm
Dramaturgie
Kathrin Brunner

Magda
Ermonela Jaho
Lisette
Sandra Hamaoui
Ruggero
Benjamin Bernheim
Prunier
Juan Francisco Gatell
Rambaldo
Vladimir Stoyanov
Périchaud
Andrew Moore
Gobin/un giovane/Adolfo
Nathan Haller
Crébillon
Stanislav Vorobyov
Yvette/ Georgette
Yuliia Zasimova
Bianca/ Gabriella
Meeta Raval
Suzy/ Lolette
Siena Licht Miller
Un maggiordomo
Valeriy Murga
Rabonier
Amin Ahangaran
Un cantore
Annabelle Kern
Il servitore
Yannick Bosc

Philharmonia Zürich
Chor der Oper Zürich
Chef des chœurs
Ernst Raffelsberger
Direction musicale
Marco Armiliato

Zurich, Staatsoper, mercredi 20 septembre 2023, 19h

Partition jugée mineure dès sa création en 1917 à Monte-Carlo, La rondine (hirondelle en italien) peine à prendre son envol. Elle fut écartée de l’intégrale proposée par la Scala en 1944 pour le vingtième anniversaire de la mort de Puccini et n’a toujours pas fait son entrée au répertoire de l’Opera de Paris. Le centenaire de la disparition du compositeur toscan, en 2024, lui offrira-t-il une nouvelle chance ? Sans attendre les célébrations prochaines, Zurich fait le pari d’une première suisse qui réunit toutes les conditions du succès.

La lecture scénique de Christof Loy ne s’autorise comme infraction au livret qu’une douce transposition dans les années 1940. Le décor unique représente le salon parisien de Magda, meublé par quelques sièges et occupé, côté jardin par le piano nécessaire au « sogno di Doretta ». Le fond de scène se charge de marquer les changements de lieu : antichambre au premier acte, arrière-salle de bastringue au deuxième, balcon sur la Méditerranée au troisième avant que le retour à la configuration initiale ne referme la porte de la cage dont Magda – la rondine – avait cru pouvoir s’échapper. Fluide, virtuose au Bal Bullier et intense à la fin de l’opéra, le mouvement épouse les contraintes de l’argument, donnant à chacun l’occasion d’installer son personnage, fût-il anecdotique.

La direction de Marco Armiliato accorde à la partition les mêmes égards qu’aux autres chefs d’œuvre pucciniens. L’orchestre joue fort, au risque de couvrir la conversation en musique du premier acte mais cette lecture affirmée a valeur de confirmation. La séparation de Magda et Ruggero, d’un lyrisme éperdu, n’est pas moins bouleversante que les adieux de Mimi et Rodolfo. Et le Bal Bullier n’a rien à envier au Café Momus lorsqu’il est ainsi traduit par une explosion de couleurs, proche de la saturation dans les climax. Estomaqué, le public interrompt la scène par une salve d’applaudissements, tout comme il manifeste à plusieurs reprises son enthousiasme pendant la représentation. Ce flot généreux de musique sait aussi réguler son débit pour souligner les délicatesses d’une orchestration dont les scintillements évoquent autant l’impressionnisme que le modernisme – Turandot affleure à plusieurs reprises dans l’utilisation exotique des percussions.

© Monika Rittershaus

Qu’Ermonela Jaho se jette à corps et cœur perdus dans le rôle de Magda ne surprend pas, elle dont l’interprétation de Butterfly ou de Traviata n’a jamais laissé quiconque indemne – sauf à être taillé dans la glace. Les élans de l’écriture flattent les hauteurs de la tessiture, avec toujours cette façon admirable de doser le son, large et puissant dans l’éclat ou sur le fil de la voix lorsque l’intériorité prévaut – les aigus du « sogno di Doretta » évidemment, tels des épingles et, toujours au premier acte, le récit des souvenirs que la soprano émaille d’intentions. Moins coquette que sincère, inquiète telle l’hirondelle prise au piège de ses émotions, elle forme avec Benjamin Bernheim un couple de rêve. Le ténor, aminci, longiligne, a l’élégance maladroite de Gary Cooper dans une comédie de Lubitsch. Sa candeur sied à Ruggero. Le choix de la version originale aurait dû le dispenser de la romance du 1er acte. Son report au début du troisième acte bien que discutable – dramatiquement et musicalement – lui offre l’occasion d’une démonstration éblouissante de chant, racé, puissant, radieux et capable de nuances lorsque la tendresse le submerge. Empoignés sans ciller, à pleine voix, les duos d’amour du troisième acte rappellent le pouvoir lacrymal de la musique de Puccini.

Tout juste regrettera-t-on un défaut d’alchimie dans le couple formé par Lisette et Prunier. Distingué, stylé, la ligné soignée, le timbre suave, sans aucun de ces sons ingrats qui parfois déprécient le poète, Juan Francisco Gatell possède l’exact format di grazia requis, en un contraste bienvenu avec le lirico de Ruggero. Mais Sandra Hamaoui n’est pas le soprano léger attendu, insuffisamment soubrette à notre goût, et comme empruntée dans un rôle qui ne correspond pas – plus ? – à son identité vocale.

Dominés par Vladimir Stoyanov – Rambaldo luxueux à l’envergure de baryton verdien –, les seconds rôles participent à leur mesure à la revalorisation d’un opéra qui mérite une meilleure place au soleil du répertoire. Preuve en est faite une nouvelle fois.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Comédie lyrique en trois actes
Livret de Giuseppe Adami d’après Alfred Willner et Heinz Reichert
Créée à l’Opéra de Monte-Carlo le 27 mars 1917

Détails

Mise en scène
Christof Loy
Décors
Etienne Pluss
Costumes
Barbara Drosihn
Lumières
Fabrice Kébour
Chorégraphie
Thomas Wilhelm
Dramaturgie
Kathrin Brunner

Magda
Ermonela Jaho
Lisette
Sandra Hamaoui
Ruggero
Benjamin Bernheim
Prunier
Juan Francisco Gatell
Rambaldo
Vladimir Stoyanov
Périchaud
Andrew Moore
Gobin/un giovane/Adolfo
Nathan Haller
Crébillon
Stanislav Vorobyov
Yvette/ Georgette
Yuliia Zasimova
Bianca/ Gabriella
Meeta Raval
Suzy/ Lolette
Siena Licht Miller
Un maggiordomo
Valeriy Murga
Rabonier
Amin Ahangaran
Un cantore
Annabelle Kern
Il servitore
Yannick Bosc

Philharmonia Zürich
Chor der Oper Zürich
Chef des chœurs
Ernst Raffelsberger
Direction musicale
Marco Armiliato

Zurich, Staatsoper, mercredi 20 septembre 2023, 19h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La guerre à mort
Emmanuelle HAÏM, Corinne WINTERS, Florian SEMPEY
Spectacle
Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle