Forum Opéra

5 questions à Stéphane Fuget sur Il Ritorno d’Ulisse in Patria

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Interview
11 octobre 2022
5 questions à Stéphane Fuget sur Il Ritorno d’Ulisse in Patria

Infos sur l’œuvre

Détails

Dans sa récence critique du disque, Charles Sigel déclarait : « c’est une version marquante de Il Ritorno d’Ulisse in Patria grâce à son maître d’œuvre, Stéphane Fuget, qui part de cette constatation que Monteverdi, dont c’est l’avant-dernière œuvre, a fait le tour de tous les possibles au long de ses presque soixante années d’écriture et juxtapose là les styles d’écriture musicale les plus divers ». Voici cinq questions au chef d’orchestre sur l’œuvre qu’il vient d’enregistrer. 
 


S’il fallait mettre une série de mots, d’épithètes, sur votre lecture du Ritorno, quels seraient-ils ?
Passionné, déclamatoire, engagé, émouvant, à fleur de peau, riche, coloré, urgent (l’histoire débute en pleine crise, Pénélope craignant de se faire violer et tuer par les prétendants).

 
Le genre opéra a bien évolué depuis L’Orfeo. Quelles sont les nouveautés que présente Il Ritorno ?

L’orchestre s’est réduit – disons environ la moitié d’Orfeo. Car on n’est plus dans l’opéra d’une cour voulant marquer sa puissance. Les ensembles madrigalesques ont presque tous disparu, même si le chœur à la fin et les trios des prétendants par exemple en sont des restes. Les échanges entre les personnages sont beaucoup plus rapides, le récitatif est donc très vif en général, exception faite des monologues. 

 
Une gageure est de s’aventurer en des terres hostiles, linguistiquement. À quel point maîtrisez vous l’italien tel qu’il est utilisé dans le livret ?

Il y a longtemps que je navigue dans les opéras italiens, et spécialement ceux du 17e siècle, à la poétique si particulière. Je m’y repère plutôt bien. Au point de pouvoir apprendre même à quelques italiens un sens oublié. La fameuse phrase « maturano il destin le sue dimore » dans Ulysse par exemple, n’est pas compréhensible d’emblée sans quelques connaissances anciennes… Maturare, dans le sens d’adoucir, et dimora, ce qui retarde, et non la maison comme on pourrait le penser a priori… Pour se moquer gentiment, une amie italienne me dit toujours que je parle italien comme dans un vieux livre !!

 
Une autre gageure est de distribuer tant de ténors.

C’est en même temps la joie de chercher des caractères, des voix si différentes. Car chaque personnage porte sa propre énergie, et il est passionnant de trouver l’interprète qu’on imagine dans un rôle. 

 
Nous donneriez-vous quelques éléments de votre future Poppée? 

C’est peut-être l’opéra que j’ai le plus fait en tant que chef de chant… Je peux le chanter ex abrupto en entier.
Le travail sera d’abord de choisir entre les deux versions manuscrites existantes. Orfeo et Ulisse ne sont que dans une seule source. Il suffisait de la suivre en entier. Là, tout est à construire. Difficile de choisir l’une ou l’autre. Même si Naples est plus séduisante pour moi, elle est extrêmement longue. Il va falloir faire des choix… Voilà pour la partition. Après, côté interprétation, Poppea est tellement épidermiquement sensuelle… On va tout faire pour que l’auditeur ait les poils dressés en permanence !
 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Eve-Maud Hubeaux est actuellement à l’affiche d’une nouvelle production de La Vestale à l’Opéra de Paris.
Interview
Après une Carmen remarquée en 2023 à l’Opéra de Rouen, Romain Gilbert vient de mettre en scène une flamboyante Gioconda au Teatro San Carlo de Naples. Quelques semaines avant le début du Festival d’Aix, dans lequel il mettra en espace la Clémence de Titus et assistera Claus Guth pour un Samson très attendu, rencontre avec le metteur en scène.
Interview
Le 29 janvier 1909 à Torre del Lago, la jeune Doria Manfredi, employée de la famille Puccini, meurt empoisonnée, poussée au suicide par Elvira Puccini qui l’accusait d’être la maîtresse de son mari. Le scandale est énorme. Si l’innocence de la jeune fille est rapidement reconnue, il faudra près de cent ans pour connaître l’incroyable vérité.
Actualité
[themoneytizer id="121707-28"]