Forum Opéra

André Mallabrera

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
12 décembre 2017
On a tous quelque chose de Mallabrera

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioachino Rossini

« Des rayons de l’aurore » (Il barbiere di Siviglia)

« Non, non, j’en crois ta parole » (Le Siège de Corinthe)

« Que les destins prospères » (Le Comte Ory)

François-Adrien Boieldieu

« Viens, gentille dame » (La Dame blanche)

Daniel-François-Esprit Auber

« Amour, viens finir mon supplice » (Le Domino noir)

« Du prince, objet de notre amour » (La Muette de Portici)

Aimé Maillart

« Ne parle pas, Rose, je t’en supplie » (Les Dragons de Villars)

François Bazin

« Je pense à vous quand je m’éveille » (Maître Pathelin)

Adolphe Adam

« J’ignore son nom », « Elle est princesse » (Si j’étais roi)

Charles Gounod

« Anges du paradis » (Mireille)

Georges Bizet

« Je crois entendre encore » (Les Pêcheurs de perles)

« Ouvre ton cœur » (Ivan IV)

Emmanuel Chabrier

« Lorsque le ciel se couvre » (Une éducation manquée)

Jules Massenet

« Je suis l’oiseau » (Grisélidis)

Georg von Suppé

« J’suis pour vous plaire » (Boccaccio)

Franz Lehár

« Viens dans ce joli pavillon » (Die Lustige Witwe)

Osmán Pérez Freire

Ay ay ay

Jean-Philippe Rameau

« Cette troupe aimable » (Les Boréades)

Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville

Trio (Cantate domino)

Jean-Baptiste Lully

« Plus j’observe ces lieux » (Armide)

Luigi Rossi

« Lasciate Averno » (Orfeo)

Orchestres dirigés par Robert Allpress, Richard Blareau, Marcel Couraud, Jésus Etcheverry, Reynald Giovaninetti, Jean-Claude Hartemann, Jean Laforge, Pierre-Michel Le Conte, Louis Martini, Jean-François Paillard

Enregistrements réalisés entre 1958 et 1963

1 CD Malibran AMR 156 – 79 minutes

Pour certains, il était Griollet, le tailleur de La Fille du tambour-major. Pour votre serviteur, il reste Nathanaël dans la version Cluytens des Contes d’Hoffmann. Pour d’autres, il sera à jamais le protagoniste de Si j’étais roi, ou même Camille de Coutançon dans La Veuve joyeuse. Le ténor français André Mallabrera est décédé fin septembre 2017. Marcel Quillévéré lui consacre son premier numéro de « Voix d’autrefois et de toujours » et avec une réactivité admirable, le label Malibran publie un hommage à cet artiste un peu trop vite oublié.

Evidemment, ce disque offre l’écho d’une époque où l’on n’envisageait pas de chanter en France Le Barbier de Séville autrement qu’en français. D’une époque où l’on n’hésitait pas à bidouiller un peu les partitions pour les rendre plus conforme aux attentes du public : hélas, trois fois hélas, pour l’air de La Dame blanche et pour la romance de Maître Pathelin, noyées sous un nappage superflu de cordes et de bois, avec d’absurdes contrechants surajoutés, qui alourdissent ce qu’avaient composé Boieldieu et Bazin (un chef comme Jésus Etcheverry aurait pourtant dû pouvoir s’opposer à ce genre de bidouillage)… Il faudra donc parfois faire abstraction de cet emballage un peu désuet pour apprécier la grâce de l’interprète, grâce dénuée de toute mièvrerie et qui n’exclut pas une certaine vaillance quand la musique l’exige. Vertu peut-être passée de mode, jamais André Mallabrera ne fut grenouille voulant se faire aussi grosse que le bœuf : les extraits réunis ici montrent qu’à de très rares exceptions près, il ne chercha pas à dépasser les limites de son format vocal (seul « Anges du paradis » l’oblige à aller un brin au-delà de ses ressources naturelles). Et à un artiste à la diction aussi claire, l’on pardonnera bien volontiers le O très ouvert de « Rose » dans l’air des Dragons de Villars : sans doute les voyelles de son Oranais natal valent-elles bien celles du sud de la France.

Pourtant, l’on aurait tort de croire qu’André Mallabrera appartient tout entier à un passé révolu. Sur le disque Malibran, il n’est pas qu’Almaviva traduit par Castil-Blaze : pour rester dans Rossini, il manifeste aussi une belle insolence dans les aigus de Néoclès, protagoniste du Siège de Corinthe, opéra infiniment moins donné dans les années 1960 qu’il n’est l’est aujourd’hui. Et si vous pensiez que Michel Sénéchal était alors le seul Comte Ory disponible, c’est une erreur dont vous serez détrompé. Dans un autre ordre idée, si vous connaissez l’air du jeune Bulgare d’Ivan IV de Bizet, couiné par le même Sénéchal, écoutez donc la fougueuse version Mallabrera de cet air normalement écrit pour une voix de mezzo, et vous cesserez de le trouver doucement ridicule.

Enfin, et ce sera peut-être une révélation pour plus d’un, André Mallabrera fut l’un des pionniers du renouveau baroque, certes bien avant William Christie, du temps de Jean-François Paillard ou des débuts de Jean-Claude Malgoire. Il nous montre qu’avant les Howard Crook et les Mark Padmore, la France possédait, si elle l’avait vraiment voulu, de quoi rendre vie à tout ce répertoire : le ténor se révèle tout à fait adéquat dans les emplois de haute-contre à la française, comme en témoignent notamment le trop bref extrait des Boréades ou un superbe sommeil de Renaud. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
amr156

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioachino Rossini

« Des rayons de l’aurore » (Il barbiere di Siviglia)

« Non, non, j’en crois ta parole » (Le Siège de Corinthe)

« Que les destins prospères » (Le Comte Ory)

François-Adrien Boieldieu

« Viens, gentille dame » (La Dame blanche)

Daniel-François-Esprit Auber

« Amour, viens finir mon supplice » (Le Domino noir)

« Du prince, objet de notre amour » (La Muette de Portici)

Aimé Maillart

« Ne parle pas, Rose, je t’en supplie » (Les Dragons de Villars)

François Bazin

« Je pense à vous quand je m’éveille » (Maître Pathelin)

Adolphe Adam

« J’ignore son nom », « Elle est princesse » (Si j’étais roi)

Charles Gounod

« Anges du paradis » (Mireille)

Georges Bizet

« Je crois entendre encore » (Les Pêcheurs de perles)

« Ouvre ton cœur » (Ivan IV)

Emmanuel Chabrier

« Lorsque le ciel se couvre » (Une éducation manquée)

Jules Massenet

« Je suis l’oiseau » (Grisélidis)

Georg von Suppé

« J’suis pour vous plaire » (Boccaccio)

Franz Lehár

« Viens dans ce joli pavillon » (Die Lustige Witwe)

Osmán Pérez Freire

Ay ay ay

Jean-Philippe Rameau

« Cette troupe aimable » (Les Boréades)

Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville

Trio (Cantate domino)

Jean-Baptiste Lully

« Plus j’observe ces lieux » (Armide)

Luigi Rossi

« Lasciate Averno » (Orfeo)

Orchestres dirigés par Robert Allpress, Richard Blareau, Marcel Couraud, Jésus Etcheverry, Reynald Giovaninetti, Jean-Claude Hartemann, Jean Laforge, Pierre-Michel Le Conte, Louis Martini, Jean-François Paillard

Enregistrements réalisés entre 1958 et 1963

1 CD Malibran AMR 156 – 79 minutes

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG