Forum Opéra

Honegger : Jeanne d'Arc au bûcher

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
20 août 2019
Il y eut une fille appelée Jeanne

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Arthur Honegger (1892-1955)

Jeanne d’Arc au bûcher, oratorio dramatique d’Arthur Honegger sur un livret de Paul Claudel (1935/1944)

Détails

Jeanne d’Arc
Judith Chemla

Frère Dominique
Jean-Claude Drouot

Héraut IV, l’Âne, Heurtebise, Guillaume de Flavy
Christian Gonon

Héraut III, l’Appariteur, Regnault de Chartres, la Mère aux Tonneaux, un Prêtre, une Voix, Perrot
Adrien Gamba-Gontard

La Vierge
Claire de Sévigné

Christine Goerke
Marguerite

Catherine
Judit Kutasi

Une Voix, Héraut I, Porcus, le Clerc
Jean-Noël Briend

Une Voix, Héraut II, un Paysan
Steven Humes

Rotterdam Symphony Chorus
Chef de chœur
Wiecher Mandemaker

Netherlands Children’s Choir
Chef de chœur
Wilma ten Wolde

Royal Concertgebouw Orchestra
Direction musicale
Stéphane Denève

Enregistré au Concertgebouw d’Amsterdam les 27 et 28 septembre 2018

1 CD RCO 19001 – 79’16 »

Jeanne d’Arc au bûcher pourrait passer aujourd’hui pour une œuvre problématique. Si les années trente étaient propices à l’exaltation d’une France libre et chrétienne, les quelques enjeux sociaux des dernières décennies (ainsi que les exclamations plus récentes de politiciens illuminés) ont fait de la pucelle d’Orléans un personnage presque sulfureux.
Tout cela ne vaut que si l’on lit le livret de Paul Claudel au pied de la lettre, exercice qui n’est jamais bien concluant. Après plus ample réflexion, on découvre derrière le patriotisme exacerbé une touchante considération sur l’amour dans tout ce qu’il a de plus universel : « Personne n’a un plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’il aime » nous rappelle la maxime conclusive de l’œuvre. A ce stade là, qu’il s’agisse d’un être, d’une cause ou d’un pays importe peu.

La récente production semi-scénique du Royal Concertgebouw Orchestra faisait intervenir un spécialiste de la musique française. Alors que sa carrière explose à l’étranger (cette production en est un exemple), Stéphane Denève peine curieusement à devenir prophète dans son propre pays. Pourtant, la lecture orchestrale de cet oratorio ne manque pas de richesse : l’impeccable section des vents du RCO nous comble dans le « Jeu de cartes », ainsi que dans les interventions solistes, souvenirs des hallucinations de Domrémy. L’austérité apparente de la musique de Honegger et de son orchestration ne présentent aucune difficulté pour le chef qui parvient à les sublimer dans une messe orchestrale chatoyante.

La place du chant dans Jeanne d’Arc n’est pas large, et il est d’autant plus difficile pour les solistes de convaincre rapidement. Claire de Sévigné se taille probablement la part du lion : la partie de la Vierge n’est pas la plus gratifiante, mais son timbre rayonnant et puissant convient tout à fait au personnage. Plus sombre et plus ample, la voix de Judit Kutasi peint une Sainte Catherine inspirée et passionnée. On émet plus de réserve quant à la prestation de Christine Goerke : à côté des grands rôles wagnériens dont elle a l’habitude, celui de Sainte Marguerite paraît presque trop léger pour elle. Assez haut perchée, sa ligne vocale souffre d’un timbre vacillant et de quelques défauts d’intonation. Jean-Noël Briend souffre d’un problème similaire : l’écriture franchement ingrate du rôle de Cauchon le met progressivement en difficulté, tant et si bien que les faiblesses vocales apparaîssent davantage dans le rôle du Clerc.
L’excellent Rotterdams Symphony Chorus peut se targuer d’une intonation impeccable, et fait également preuve d’une minutieuse préparation musicale, faisant de cette masse chorale un personnage à part entière.

Des rôles parlés, on retiendra avant tout ceux de Frère Dominique et de Jeanne. Le premier est confié à Jean-Claude Drouot, qui nous en donne une lecture passionnée, presque désespérée. Le choix peut surprendre, alors qu’on s’attendait justement à plus de réserve pour dépeindre un tel personnage (l’absence du visuel explique probablement notre étonnement). A l’inverse Judith Chemla incarne le personnage principal  avec beaucoup de candeur et d’innocence. Le choix n’est certainement pas malvenu, mais l’on vient à se demander si cette jeune fille qu’est Jeanne ne porte pas en elle une passion plus charnelle pour sa mission divine. Les interprétations récentes de Marion Cotillard (en français) ou de Johanna Wokalek (en allemand) semblent aller dans ce sens-là. Résoudre de telles questions théologiques n’est cependant pas nécessairement le rôle du critique ni du public, et l’on peut tout à fait se réjouir de la proposition touchante portée par cette production.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
cover-19001-jeanne-d-arc-cover

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Arthur Honegger (1892-1955)

Jeanne d’Arc au bûcher, oratorio dramatique d’Arthur Honegger sur un livret de Paul Claudel (1935/1944)

Détails

Jeanne d’Arc
Judith Chemla

Frère Dominique
Jean-Claude Drouot

Héraut IV, l’Âne, Heurtebise, Guillaume de Flavy
Christian Gonon

Héraut III, l’Appariteur, Regnault de Chartres, la Mère aux Tonneaux, un Prêtre, une Voix, Perrot
Adrien Gamba-Gontard

La Vierge
Claire de Sévigné

Christine Goerke
Marguerite

Catherine
Judit Kutasi

Une Voix, Héraut I, Porcus, le Clerc
Jean-Noël Briend

Une Voix, Héraut II, un Paysan
Steven Humes

Rotterdam Symphony Chorus
Chef de chœur
Wiecher Mandemaker

Netherlands Children’s Choir
Chef de chœur
Wilma ten Wolde

Royal Concertgebouw Orchestra
Direction musicale
Stéphane Denève

Enregistré au Concertgebouw d’Amsterdam les 27 et 28 septembre 2018

1 CD RCO 19001 – 79’16 »

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Pétillant et pétulant
Iakovos PAPPAS, Christophe CRAPEZ, Chloé JACOB
CD