Forum Opéra

Una notte onirica : Musica notturna nel Seicento – Ensemble Agamemnon

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
1 juin 2024
A l’aube du baroque vénitien

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Francesco Turini

Sonata a tre (madrigali, 1621)

Giovanni Antonio Rigatti

Nunc dimitis (Salmi diversi…, 1646)

Ecce nunc (Salmi diversi…, 1646)

Biagio Marini

Sonata settima, op.8 (1629)

Andrea Mattioli

Ave regina coelorum (Harmonia sacra, 1678)

Maurizio Cazzati

Ballo delle ombre, op. 22 (1660)

Antonio Cesti

Era la notte (ms ; sd)

Salomone Rossi

Sinfonia ottavia, op. 12 (1623)

Luigi Rossi

Ombre, fuggite a voi (ms ; sd)

Giuseppe Scarani

Sonata XIII (1630)

Maurizio Cazzati

Alma mater redemptoris, op 42 (1667)

Ave regina coelorum, op 42 (1667)

Andrea Mattioli

Te lucis ante terminum (Harmonia sacra…, 1678)

 

 

Détails

Ensemble Agamemnon

Alice Kanemezky, soprano

Anaëlle Blanc-Verdin, violon

François Cardey, cornets et direction

Cécile Vérolles, basse de violon

Louis Capeille, harpe triple

Ulrik Gaston Larsen, théorbe

Kazuya Gunji, orgue et clavecin

1 CD Musica ficta MF8036 de 57′ 33 », enregistré en octobre 2022, à l’église Saint-Andoche de Brosses (Yonne)

 

Nouveau venu dans le paysage discographique baroque, bien que fondé en 2015 par François Cardey, l’Ensemble Agamemnon a centré son répertoire sur l’Italie et l’Allemagne du Seicento, dont il met en valeur des pages oubliées.   Ainsi ont été réunies des pièces de huit compositeurs dont les créations s’échelonnent sur un bon demi-siècle, autour de 1650. Sonates en trio, pages instrumentales, une sinfonia alternent avec des psaumes, motets divers, cantates, illustrés par la voix d’Alice Kamenezky. Si plusieurs compositeurs sont maintenant mieux connus, le programme est original et sa découverte mérite une écoute attentive, se concentrant sur des œuvres vénitiennes de ce tournant où le premier baroque s’épanouit sous de multiples formes. Centré sur la nuit, propre au mystère, à l’abandon, à la passion, c’est un enregistrement à déguster plage par plage, car l’absence de renouvellement de l’instrumentation, malgré la diversité des pièces et des instruments mobilisés, induit une certaine lassitude. Trop sage, appliquée, la lecture paraît uniforme, convenue, où il faut chercher les oppositions, les contrastes comme la dynamique. Alors que la variété de timbres dont dispose l’ensemble est conséquente, la voix et le cornet monopolisent l’attention, les autres musiciens accompagnant consciencieusement. Certes, le cornet est alors l’instrument roi, situation que lui dispute le violon, mais n’y avait-il pas place pour valoriser le jeu de tel ou telle ?  La prise de son privilégie une réelle plénitude, à laquelle ne manque que la richesse des couleurs. Qui, de la voix et du cornet, cherche à imiter l’autre ?  Etrangement, les intonations, les couleurs les rapprochent, et les fréquents jeux d’imitation que réserve l’écriture sont bien servis. Cependant, la voix manque d’assurance et accuse ponctuellement quelques défauts de justesse, ce qui est aussi le cas, indépendant, du cornet dont certains aigus sont trop bas.

La délicatesse de Era la notte (Antonio Cesti), sa poésie méritent d’être signalées. Le sommet nous paraît être la cantate Ombre fuggite e voi (de Luigi Rossi), ample scène lyrique, foisonnante, porteuse de tous les affects. L’aisance semble plus grande dans les passages récitatifs que dans les airs, manquant de liberté, appliqués. Les traits sont en place, mais empesés. Où est l’art de la diminution, de l’ornementation ?

Un essai courageux, prometteur, que l’expérience et l’approfondissement transformeront en pleine réussite, n’en doutons pas.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
c_5410939803620-5410939803620_1

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Francesco Turini

Sonata a tre (madrigali, 1621)

Giovanni Antonio Rigatti

Nunc dimitis (Salmi diversi…, 1646)

Ecce nunc (Salmi diversi…, 1646)

Biagio Marini

Sonata settima, op.8 (1629)

Andrea Mattioli

Ave regina coelorum (Harmonia sacra, 1678)

Maurizio Cazzati

Ballo delle ombre, op. 22 (1660)

Antonio Cesti

Era la notte (ms ; sd)

Salomone Rossi

Sinfonia ottavia, op. 12 (1623)

Luigi Rossi

Ombre, fuggite a voi (ms ; sd)

Giuseppe Scarani

Sonata XIII (1630)

Maurizio Cazzati

Alma mater redemptoris, op 42 (1667)

Ave regina coelorum, op 42 (1667)

Andrea Mattioli

Te lucis ante terminum (Harmonia sacra…, 1678)

 

 

Détails

Ensemble Agamemnon

Alice Kanemezky, soprano

Anaëlle Blanc-Verdin, violon

François Cardey, cornets et direction

Cécile Vérolles, basse de violon

Louis Capeille, harpe triple

Ulrik Gaston Larsen, théorbe

Kazuya Gunji, orgue et clavecin

1 CD Musica ficta MF8036 de 57′ 33 », enregistré en octobre 2022, à l’église Saint-Andoche de Brosses (Yonne)

 

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG
Merci de l’avoir réveillé !
Tassis CHRISTOYANNIS, Véronique GENS, György VASHEGYI
CDSWAG