Forum Opéra

Voyage intime

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
28 février 2023
L’arbitraire de l’intime

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Liszt (1811-1886)

Lieder aus Schillers Wilhelm Tell S.292 (Friedrich Schiller)

Der Fischerknabe

Hugo Wolf (1860-1903)

Mörike Lieder (Eduard Mörike)

Auf ein altes Bild

Begegnung

Verborgenheit

Franz Schubert (1797-1828)

Gesänge aus Wilhelm Meister D.877 (Johann Wolfgang von Goethe)

Lied der Mignon II : So lasst mich scheinen

Lied der Mignon I : Heiss mich nicht Reden

Clara Schumann (1819-1896)

Lieder op.13 (Heinrich Heine)

Sie liebten sich beide

Lorelei

Scherzo pour piano n°2 op.14

Franz Schubert (1797-1828)

Erlkönig D.328 (Johann Wolfgang von Goethe)

Der Tod und das Mädchen D.531 (Matthias Claudius)

Kennst du das Land D.321 (Johann Wolfgang von Goethe)

Henri Duparc (1848-1933)

L’invitation au voyage (Charles Baudelaire)

La vie antérieure (Charles Baudelaire)

Lili Boulanger (1893-1918)

Clairières dans le ciel (Francis Jammes)

Si tout ceci n’est qu’un pauvre rêve

Claude Debussy (1862-1918)

Cinq poèmes de Charles Baudelaire

Recueillement

Lili Boulanger (1893-1918)

Clairières dans le ciel (Francis Jammes)

Vous m’avez regardé avec toute votre âme

Cortège

Claude Debussy (1862-1918)

Cinq poèmes de Charles Baudelaire

Le jet d’eau

La mort des amants

Franz Liszt (1811-1886)

Comment, disaient-ils S.276 (Victor Hugo)

Sandrine Piau, soprano

David Kadouch, piano

CD Alpha Classics : Alpha 911 61’19”

Enregistré aux Studios Teldex à Berlin en septembre 2022.

Après quelques années d’un partenariat fructueux avec la pianiste Suzanne Manoff (on se souvient notamment des disques EvocationAprès un rêve ou Chimère dans lesquels on appréciait la douce complicité de ces deux âmes sensibles) c’est une nouvelle collaboration que la soprano Sandrine Piau entame ici avec le pianiste David Kadouch qui mène, depuis une quinzaine d’années, une très brillante carrière de concertiste. 

Pour une première incursion dans le monde du Lied (ou de la mélodie) on peut certainement parler d’une grande réussite ; le pianiste semble familier tant de la forme que du répertoire et apporte à l’aventure sa personnalité très forte, parfaitement adaptée à chaque compositeur, son lyrisme généreux et un bienveillant respect pour sa partenaire, dont il se pourrait bien qu’elle soit aussi un peu, pour la circonstance, son initiatrice.

Les interventions du pianiste sont particulièrement bienvenues, sa présence est plus marquée que ce qu’on entend souvent en pareilles circonstances, de sorte qu’un véritable travail de musique de chambre s’établit entre les deux musiciens, pour le plus grand bénéfice de l’auditeur.

Malgré la (presque) génération qui les sépare, les deux protagonistes trouvent d’emblée le ton d’une véritable complicité tout en gardant intacte la part d’expressivité de chacun et sa contribution à l’élaboration collective.

Le choix du répertoire est évidemment très subjectif, arbitraire, mélangeant les styles et les compositeurs, avec cependant deux parties distinctes, l’une germanique et l’autre française. Bien sûr, des ponts s’établissent entre ces deux univers, par le biais des textes, des sujets traités, que la composition du programme met subtilement en lumière. Ainsi, aux pages peu courues de Clara Schumann répondent celles encore plus rares de Lili Boulanger, deux artistes qui méritent largement le regain de notoriété que la vague féministe leur procure ces dernières années. 

La difficulté, lorsqu’on fait intervenir des univers poétiques très différents, des esthétiques musicales et des référents culturels parfois opposés, c’est de parvenir à maintenir une certaine unité, une certaine tension d’une page à l’autre, en évitant les ruptures qui feraient penser à un collage. Seul le passage de Schubert à Duparc semble un peu périlleux, même si les deux univers sont parfaitement maîtrisés. Pour le reste, la cohérence de l’ensemble est assurée, l’écoute est fluide et ne suscite aucune lassitude. Liszt, le plus européen des compositeurs du XIXe siècle, entame et clôt le récital, lui donnant presque le caractère d’un cycle.

On retrouve avec plaisir la voix très personnelle et délicieuse de Sandrine Piau, son charme, qui naît d’une certaine fragilité mêlée à une technique très maîtrisée, qui ont fait sa réputation et qu’on reconnaît facilement à la première écoute. Certains sons ne sont pas exempts d’une certaine dureté, qu’elle utilise au sein d’un répertoire expressif varié. La voix a peut-être un peu perdu en souplesse ce que la musicienne a gagné en maturité, en intensité dramatique et en très fine connaissance d’un répertoire, que visiblement elle adore et qui lui va si bien !

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
piau-kadouch

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Liszt (1811-1886)

Lieder aus Schillers Wilhelm Tell S.292 (Friedrich Schiller)

Der Fischerknabe

Hugo Wolf (1860-1903)

Mörike Lieder (Eduard Mörike)

Auf ein altes Bild

Begegnung

Verborgenheit

Franz Schubert (1797-1828)

Gesänge aus Wilhelm Meister D.877 (Johann Wolfgang von Goethe)

Lied der Mignon II : So lasst mich scheinen

Lied der Mignon I : Heiss mich nicht Reden

Clara Schumann (1819-1896)

Lieder op.13 (Heinrich Heine)

Sie liebten sich beide

Lorelei

Scherzo pour piano n°2 op.14

Franz Schubert (1797-1828)

Erlkönig D.328 (Johann Wolfgang von Goethe)

Der Tod und das Mädchen D.531 (Matthias Claudius)

Kennst du das Land D.321 (Johann Wolfgang von Goethe)

Henri Duparc (1848-1933)

L’invitation au voyage (Charles Baudelaire)

La vie antérieure (Charles Baudelaire)

Lili Boulanger (1893-1918)

Clairières dans le ciel (Francis Jammes)

Si tout ceci n’est qu’un pauvre rêve

Claude Debussy (1862-1918)

Cinq poèmes de Charles Baudelaire

Recueillement

Lili Boulanger (1893-1918)

Clairières dans le ciel (Francis Jammes)

Vous m’avez regardé avec toute votre âme

Cortège

Claude Debussy (1862-1918)

Cinq poèmes de Charles Baudelaire

Le jet d’eau

La mort des amants

Franz Liszt (1811-1886)

Comment, disaient-ils S.276 (Victor Hugo)

Sandrine Piau, soprano

David Kadouch, piano

CD Alpha Classics : Alpha 911 61’19”

Enregistré aux Studios Teldex à Berlin en septembre 2022.

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG