Philippe Boesmans (1936 - 2022)

Par La Rédaction | mar 17 Mai 2022 | Imprimer

Philippe Boesmans aurait eu 86 ans aujourd'hui. Décédé le 11 avril dernier, Forumopera lance un grand dossier évolutif consacré à son art, sous la direction de Cécile Auzolle, Martine Dumont Mergeay, Benoît Jacques de Dixmude et Camille De Rijck.


Né à Tongres en 1936, Philippe Boesmans connaît une jeunesse marquée par la maladie et l’éloignement d’avec les siens lors de séjours en sanatorium. Toute sa force de vie se cristallise alors dans l’écoute et l’imagination. Les programmes de la radio l’accompagnent et il s’enflamme pour Wagner. Il étudie le piano au Conservatoire de Liège, puis s’adonne à la composition de pièces âpres (Sonances, 1964-67), virtuoses (Explosives, 1968 ; Fanfare II, 1972), lyriques (Cadenza, 1978 ; Concerto pour violon, 1980) affinant peu à peu son style autodidacte, à la fois libre, ourdi dans les réminiscences, ouvert à toutes les influences et sculpté avec les interprètes (Francette Bartholomée, Bernard Foccroulle, Katia et Marielle Labèque, Fabrizio Cassol). En 1971, le prix Italia (Upon La-Mi) lui assure une reconnaissance internationale. Philippe Boesmans a contribué à redonner vie à l’opéra, laissé pour mort dans les années 1970 et revivifié alors par le théâtre musical, aventure à laquelle il participe avec Attitudes (1979-80). Quand Gerard Mortier lui propose de composer La Passion de Gilles, dans le feu de ses 40 ans le compositeur pense « en finir avec ce genre », or c’est le début d’une passion de quatre décennies dont les fruits nourrissent désormais les grandes maisons d’opéra : Reigen(1993) Wintermärchen (1999), Julie (2005), Yvonne, princesse de Bourgogne (2009) Au monde (2014) et Pinocchio (2017), sans oublier son orchestration du Couronnement de Poppée de Monteverdi (1989-2012) et On purge bébé, dont la création aura lieu en décembre 2022. A La Monnaie, qui l’accueillit en résidence de 1986 à 2006 et programma l’intégralité de ses créations lyriques, tout témoigne de sa présence, jusqu’à la pastille de la grande salle, révélée lors de la première d’Au monde. Ainsi, le théâtre lyrique a offert à Philippe Boesmans la possibilité de réunir son goût pour les timbres et les voix, son sens de l’architecture et de la temporalité et son amour des êtres, déployé auprès de toutes celles et de tous ceux qui l’ont accompagné. 

Cécile Auzolle
Auteur de Vers l’étrangeté, ou l’opéra selon Philippe Boesmans (2014) et Philippe Boesmans, un parcours dans la modernité (dir., 2017).

 

Sommaire

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.