Forum Opéra

41e International Hans Gabor Belvedere Singing Competition – Dortmund

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
30 mai 2023
Premier galop d’une future walkyrie

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Katleho Mokhoabane (ténor, South Africa) – Mozart : Die Zauberflöte, « Dies Bildnis ist bezaubernd schön »

Liam James Karai (baryton, United Kingdom) – Mozart : Don Giovanni, « Madamina, il catalogo »

Karis Tucker (mezzo-soprano, USA) – Purcell : Dido and Aeneas, « When I am laid in earth »

Franko Klisović (contre-ténor, Croatie) – Haendel : Giulio Cesare, « Va tacito e nascosto »

Aksel Daveyan (baryton, Arménie) – Rossini : Il Barbiere di Siviglia, « Largo al Factotum »

Ian Castro (ténor, USA) – Donizetti : L’Elisir d’Amore, « Una furtiva lagrima »

Grisha Martirosyan (baryton, Arménie) – Tchaïkovski : Iolanta, « Kto mozhet sravnitsia s Matildoi moei »

Kevin Jose Simerilla Romero (ténor, Espagne) – Tchaïkovski : Eugène Onéguine, « Kuda, kuda vi udaljilis »

Théo Imart (contre-ténor, France) – Haendel : Serse, « Frondi tenere, Ombra mai fu »

Joshua Sanders (ténor, USA) – Rossini : L’Italiana in Algeri, « Languir per una bella »

Neven Crnic (baryton, Bosnie-Herzégovine) – Tchaïkovski : La Dame de Pique, « Ja vas ljublju »

Filip Filipović (ténor, Croatie) – Verdi : La Traviata, « Lunge da lei »

Lluís Calvet i Pey (baryton, Espagne) – Gounod : Faust, « Avant de quitter ces lieux »

Seray Pinar (mezzo, Turquie) – Mozart : La Clemenza di Tito, « Parto, parto »

Ann-Kathrin Niemczyk (soprano, Allemagne) – Wagner : Tannhäuser, « Dich, teure Halle »

 

Dortmund Philharmonic Orchestra conducted

Direction musicale

Motonori Kobayashi

 

Dortmund, opéra, dimanche 28 mai 2023, 18h

Quels sont les critères d’attribution d’un premier prix de chant lyrique ? Le potentiel du candidat ou sa maturité – la possibilité d’envisager dès à présent un grand rôle sur une scène internationale, fût-elle modeste ? En décernant la plus haute récompense à Ann-Kathrin Niemczyk, le jury de l’International Hans Gabor Belvedere Singing Competition a opté pour la première solution. Résidente à l’Opernstudio de Zurich, la soprano allemande, âgée de seulement 23 ans, ne fait qu’une bouchée de « Dich, Teure Halle », l’air d’entrée d’Elisabeth dans Tannhäuser. La fulgurance de l’attaque estomaque. La voix, dramatique bien que claire, se projette avec aisance. Son éclat peut aveugler mais n’en rend que plus appréciable la manière dont le chant ensuite s’apaise pour dérouler le fil du récit. C’est en développant cette capacité à contrôler l’ampleur et l’ardeur de son instrument que Ann-Kathrin Niemczyk gravira les marches du Walhalla wagnérien auquel elle semble promise. Convaincu, le public lui décerne aussi son prix.

Placée sous la direction de Motonori Kobayashi à la tête d’un Dortmund Philharmonic Orchestra flamboyant, cette finale dortmundoise de la 41e édition du Belvedere se distingue par la qualité de ses candidats au nombre de quinze, avec une majorité d’hommes – cinq ténors, cinq barytons, deux contre-ténors pour deux mezzos et un soprano. Le niveau de la compétition rend difficile – et d’autant plus discutable – l’attribution des prix.

Sur la deuxième marche du podium, Filip Filipović résoud à sa manière le dilemme posé en préambule. Doté d’une voix égale et brillante – un alliage de cuivre et d’argent s’il fallait définir son métal –, déjà Tamino et Alfredo à Zagreb – avec contre-ut en fin de cabalette – et capable a priori de chanter sans faillir ces mêmes rôles sur des scènes équivalentes, le ténor croate doit encore travailler l’expression, apprendre la douceur pour conquérir les cœurs et les plus grandes maisons d’opéra.

Plus expérimenté encore – Rodolfo dans La Bohème à Hanovre, Mantoue au Florida Grand Opéra, Corrado (Il corsaro) à Chicago – Kevin Jose Semirilla Romero voit un troisième prix récompenser son beau ténor ombrageux et cambré, dont une habile gestion des registres ne peut compenser la palette limitée de nuances et surtout l’écart de propos. On ne chante pas Tchaïkovski comme Puccini ; l’adieu à la vie de Lenski veut plus d’introspection et moins de démonstration.

Après moult discussions, le choix du jury presse – dont nous faisions partie – s’est porté sur Neven Crnic qui, lui, se range dans la catégorie des chanteurs prêts à faire carrière. Déjà Posa et Figaro des Noces à Graz, Don Giovanni à Riga, le baryton bosniaque étreint l’air de Yeletski d’un chant dont on apprécie autant la solidité – relative dans l’aigu – que la sincérité. Au contraire de la majorité des autres candidats, Neven Crnic parvient à s’abstraire de la compétition pour dessiner un personnage dont les sentiments, exprimés avec vérité, émeuvent. Là se creuse la différence. Verdi l’attend.

Quoi d’autre ? Bien des choses en somme qui auraient nécessité l’institution de prix supplémentaires, auxquels suppléent divers engagements et sessions de coaching (voir le détail du palmarès ci-dessous) : la lumière mozartienne même si vacillante dans l’aigu de Katleho Mokhoabane, authentique ténor di grazia en formation aujourd’hui à l’Opernstudio du Wiener Staatsoper ; la pureté d’émission de Théo Imart, seul candidat français, contre-ténor désavantagé par les notes trop graves de « Ombra mai fu » ; Lluis Calvet I Pey, baryton espagnol à l’héroïsme admirable mais hors style dans l’air de Valentin ; Grisha Martirosyan, autre baryton intrépide hélas trop empli de vaillance ; Seray Pinar, mezzo-soprano turque dont on se demande comment il se fait qu’elle reparte les mains vides tant elle aligne de qualités, la souplesse et la pertinence des variations n’étant pas des moindres ; et last but not least Franco Klisović, contre-ténor sans grand relief – à dessein ? – en début de « Va tacito e nascoto », qui se métamorphose dans la reprise pour se livrer à un numéro de haute-voltige, multipliant les effets belcantistes en une joute jubilatoire avec le cor jusqu’à offrir l’équivalent en musique de ces chapelles baroques à la décoration débridée, telles que Dortmund dut compter avant que la ville ne soit rasée par les bombardements de 1945.

Les épreuves finales de l’édition 2024 du Belvedere auront lieu à Jurmala en Lettonie du 7 au 9 juin.

Prix

  • 1er Prix : Ann-Kathrin Niemczyk, soprano (Germany)
  • 2e Prix : Filip Filipović, ténor (Croatia)
  • 3e Prix : Kevin Jose Simerilla Romero, ténor (Spain)
  • Prix du public : Ann-Kathrin Niemczyk, soprano (Germany)
  • Prix de l’International Media Jury : Neven Crnic, Baryton (Bosnie-Herzegovine)
  • Prix Hans Gabor: Annie Fassea, Soprano (Grèce)

Engagements et sessions de coaching

  • Royal Opera House Covent Garden : Sanele Mwelase, contre-ténor (South Africa)
  • Dutch National Opera Amsterdam : Fabian Homburg, baryton (Netherlands) pour une session de coaching ; Théo Imart, contre-ténor (France) pour une session de coaching et audition
  • Israeli Opera Tel Aviv : Katleho Mokhoabane, ténor (South Africa)
  • The Metropolitan Opera New York, Lindemann Young Artist Development Program & Laffont Competition : Filip Filipović, ténor (Croatie)
  • Dzintari Concert Hall Jurmala : Serhii Moskalchuk, baryton (Ukraine)
  • Konzert Theater Bern : Ian Castro, ténor (USA)
  • Sächsische Staatsoper, Semperoper : Oleh Lebedyev, baryton (Ukraine), Mikolaj Bońkowski, baryton (Pologne)
  • Deutsche Oper am Rhein : Filip Filipović, ténor (Croatia), Grisha Martirosyan, baryton(Arménie)
  • Deutsche Oper Berlin : Nina Solodovnikova, soprano (Russie)
  • Oper Köln : Grisha Martirosyan, baryton (Arménie)
  • Theater Erfurt : Jeremy Boulton, baryton (Australie)
  • Theater Dortmund : SeongBeom Choi, ténor (South Korea)

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Katleho Mokhoabane (ténor, South Africa) – Mozart : Die Zauberflöte, « Dies Bildnis ist bezaubernd schön »

Liam James Karai (baryton, United Kingdom) – Mozart : Don Giovanni, « Madamina, il catalogo »

Karis Tucker (mezzo-soprano, USA) – Purcell : Dido and Aeneas, « When I am laid in earth »

Franko Klisović (contre-ténor, Croatie) – Haendel : Giulio Cesare, « Va tacito e nascosto »

Aksel Daveyan (baryton, Arménie) – Rossini : Il Barbiere di Siviglia, « Largo al Factotum »

Ian Castro (ténor, USA) – Donizetti : L’Elisir d’Amore, « Una furtiva lagrima »

Grisha Martirosyan (baryton, Arménie) – Tchaïkovski : Iolanta, « Kto mozhet sravnitsia s Matildoi moei »

Kevin Jose Simerilla Romero (ténor, Espagne) – Tchaïkovski : Eugène Onéguine, « Kuda, kuda vi udaljilis »

Théo Imart (contre-ténor, France) – Haendel : Serse, « Frondi tenere, Ombra mai fu »

Joshua Sanders (ténor, USA) – Rossini : L’Italiana in Algeri, « Languir per una bella »

Neven Crnic (baryton, Bosnie-Herzégovine) – Tchaïkovski : La Dame de Pique, « Ja vas ljublju »

Filip Filipović (ténor, Croatie) – Verdi : La Traviata, « Lunge da lei »

Lluís Calvet i Pey (baryton, Espagne) – Gounod : Faust, « Avant de quitter ces lieux »

Seray Pinar (mezzo, Turquie) – Mozart : La Clemenza di Tito, « Parto, parto »

Ann-Kathrin Niemczyk (soprano, Allemagne) – Wagner : Tannhäuser, « Dich, teure Halle »

 

Dortmund Philharmonic Orchestra conducted

Direction musicale

Motonori Kobayashi

 

Dortmund, opéra, dimanche 28 mai 2023, 18h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Saudade et fandango
François JOUBERT-CAILLET, Paolo ZANZU, Vincent DUMESTRE
Spectacle
Les déserts de l’amour et de l’ennui
Ambroisine BRÉ, Cyrille DUBOIS, Edwin CROSSLEY-MERCER
Spectacle