Forum Opéra

Récital — Versailles

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
8 mai 2014
A Versailles, Jonas Kaufmann est le roi solaire

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Jonas Kaufmann
ténor

Felix Mendelssohn Bartholdy
Symphonie pour cordes n°10

Gustav Mahler
Chants d’un compagnon errant
Wenn mein Schatz Hochzeit Macht
Ging heut morgen übers Feld
Ich hab’ ein glühend Messer
Die zwei blauen Augen von meinem Schatz
(Orchestration pour orchestre de chambre : Arnold Schoenberg)

Entracte

Richard Strauss
Sextuor de Capriccio

Arnold Schoenberg
La Nuit transfigurée

Bis

Richard Wagner
Träume (Wesendonck-Lieder)

Richard Strauss
Zueignung

Kammerorchester Wien-Berlin
Premier violon, direction musicale
Rainer Honeck

Versailles, Opéra Royal, le jeudi 8 mai 2014, 20 heures

 

Un mois jour pour jour après son triomphal Voyage d’Hiver au Théâtre des Champs-Elysées, Jonas Kaufmann foule pour la première fois les planches vénérables de l’Opéra Royal de Versailles, dans le cadre d’une petite tournée européenne, débutée quelques jours plus tôt à Vienne, et qui se poursuivra à Baden-Baden, au Luxembourg et à Athènes. Une tournée de l’Orchestre de Chambre Vienne-Berlin en premier lieu, les Chants d’un compagnon errant de Gustav Mahler ne durant pas plus d’une petite vingtaine de minutes ; mais comme Kaufmann remplirait les salles même en reprenant de vieux succès d’Annie Cordy, ses admiratrices émoustillées ont fait le chemin, au bras de leurs époux résignés. Nous les comprenons d’autant mieux que le romantisme crépusculaire qui baigne encore ces pages de jeunesse semble fait pour la voix sombre et les harmoniques ombrageuses du ténor. Noir, barytonant parfois, le timbre l’est – c’est en tout cas ainsi qu’on le décrit le plus souvent. « Wenn mein Schatz Hochzeit macht » confirme l’a priori, et même le plus printanier « Ging heut morgen übers Feld » s’en trouve grevé d’un poids et d’une gravité inhabituels. Mais cette noirceur brille, ce soir, d’un éclat singulier : c’est d’abord celui des mots, dont on ne perd pas une syllabe, et qui se trouvent parés de lumières changeantes. C’est ensuite l’instinct avec lequel Kaufmann s’adapte d’emblée à l’intimité des lieux, et à l’effectif réduit qui l’accompagne. Dans cet écrin, il ose tout : une expressivité profondément intériorisée, des nuances encore plus subtiles qu’à l’accoutumée, des allègements de texture extraordinaires, qui prêtent à la voix des reflets solaires qu’on ne lui soupçonnait pas toujours.

Le succès revient donc autant à Kaufmann qu’aux instrumentistes : les musiciens regroupés au sein du Kammerorchester Wien-Berlin sous la direction du violoniste Rainer Honeck (frère de Manfred) sont issus des Orchestres Philharmoniques de Vienne et de Berlin, ce qui veut tout dire. La 10e Symphonie pour cordes de Mendelssohn, virtuose et savante, révèle déjà la rigueur et la cohérence de leur jeu, le Sextuor de Capriccio soulignant quant à lui la qualité des individualités en présence. La Nuit Transfigurée est également de ces pièces qui semblent écrites pour une pluralité de solistes davantage que pour un orchestre ; la formation s’y plonge avec délices, se joue des difficultés accumulées, tout au long de la partition, par un Schoenberg encore jeune mais déjà aguerri et ambitieux, et subjugue par sa puissance et par sa beauté, dans cette œuvre de l’extase où le Wagner de Tristan et Isolde n’est jamais bien loin.

Extase, Tristan et Isolde, Wagner : les trois se conjuguent lorsque Jonas Kaufmann, qui a assisté depuis la salle à la deuxième partie du concert, remonte sur scène interpréter le « Träume » conclusif des Wesendonck-Lieder, dont il a déjà montré au disque toutes les affinités qu’on pouvait lui trouver avec une voix d’homme. Triomphe oblige, « Zueignung » vient conclure, en bonne et due forme, cette étonnante soirée où la Vienne-fin-de-siècle s’est délocalisée à Versailles.

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Jonas Kaufmann
ténor

Felix Mendelssohn Bartholdy
Symphonie pour cordes n°10

Gustav Mahler
Chants d’un compagnon errant
Wenn mein Schatz Hochzeit Macht
Ging heut morgen übers Feld
Ich hab’ ein glühend Messer
Die zwei blauen Augen von meinem Schatz
(Orchestration pour orchestre de chambre : Arnold Schoenberg)

Entracte

Richard Strauss
Sextuor de Capriccio

Arnold Schoenberg
La Nuit transfigurée

Bis

Richard Wagner
Träume (Wesendonck-Lieder)

Richard Strauss
Zueignung

Kammerorchester Wien-Berlin
Premier violon, direction musicale
Rainer Honeck

Versailles, Opéra Royal, le jeudi 8 mai 2014, 20 heures

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une Médée so british
Lea DESANDRE, Reinoud VAN MECHELEN, Julie ROSET
Spectacle