Forum Opéra

BELLINI, Norma – Strasbourg

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
13 juin 2024
Vade retro La Callas !

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en deux actes
Musique de Vincenzo Bellini sur un livret de Felice Romani

Créé à la Scala de Milan le 26 décembre 183

Détails

Mise en scène et conception vidéo
Marie-Eve Signeyrole
Décors et costumes
Fabien Teigné
Dramaturgie
Louis Geisler
Lumières
Philippe Berthomé
Vidéo
Artis Dzerve

Norma
Karine Deshayes
Adalgisa
Benedetta Torre
Pollione
Norman Reinhardt
Oroveso
Önay Köse
Clotilde
Camille Bauer
Flavio
Jean Miannay

Chœur de l’Opéra national du Rhin
Chef de Chœur
Hendrik Haas
Orchestre symphonique de Mulhouse
Direction musicale
Andrea Sanguineti

Strasbourg, mardi 11 juin 2024, 20h

Que le fantôme de Maria Callas hante le rôle de Norma ne fait pas de doute. Est-ce une raison pour l’invoquer sur la scène de l’Opéra du Rhin à l’occasion d’une nouvelle production du chef d’œuvre de Bellini ? Rien n’est moins sûr. Outre le poids de la référence, le parallèle esquissé par Marie-Ève Signeyrole entre le trio formé par Callas, Onassis, Jackie d’une part et Norma, Pollione, Adalgisa d’autre part ajoute un niveau supplémentaire de confusion à une transposition que l’on avoue ne pas avoir comprise. Non que l’on soit plus bête que la moyenne – ni plus intelligent – mais les trois strates de lecture induites par une double tournette à laquelle se superposent des projections vidéo rendent difficile à décrypter l’histoire que l’on tente de nous raconter, en décalage total avec les surtitres. Où sont les druides, romains et autels mentionnés à maintes reprises par le livret ? Foin de cartésianisme. Divulgâchons : Norma, qui est la prima donna de l’opéra d’un pays en guerre, finira par poignarder le fantôme de Callas, comme pour ajouter une nouvelle couche au salmigondis théâtral.


© Klara Beck

Cette production alsacienne n’avait heureusement pas attiré notre attention pour sa probable relecture de l’opéra de Bellini mais pour la première Norma scénique de Karine Deshayes, après un coup d’essai concluant en version de concert à Aix il y a deux ans. Et là pour le coup, le résultat est à la hauteur de l’attente. La technique superlative cisèle une partition dont aucune note n’est omise, aucune difficulté contournée. L’aigu jaillit droit, d’une précision imparable, à des hauteurs que l’on pensait réservés aux sopranos. Innombrables sont les effets convoqués pour aider à la caractérisation : notes enflées, diminuées, piquées, trille, mezza voce… Norma belcantiste donc, plutôt deux fois qu’une fois, avec ce que cela suppose de souffle, de nuance et d’agilité au détriment d’une certaine pugnacité. Norma à la voix d’or, moins amante ou prêtresse drapée dans une autorité souveraine, que maternelle et maternante, à son acmé dans les duos avec Adalgisa – « Oh rimembrenza » au premier acte proche du sublime, sur le fil, en une fusion idéale de timbres.

Encore eût-il fallu à notre valeureuse prima donna un entourage à sa hauteur. A l’exception de Benedetta Torre dont la jeunesse – avec pour conséquence logique une moindre science du chant – sied à l’Adalgisa d’une telle Norma, Önay Köse est un Oroveso massif, aux appuis trop marqués, et Norman Reinhard, à court d’aigu, viole aussi effrontément la justesse que Pollione l’enceinte sacrée du temple d’Irminsul.

Déconcertante, la direction d’Andrea Sanguineti avec ses tempi fluctuants ne peut communiquer le feu sacré à l’Orchestre symphonique de Mulhouse, désavantagé par une partition qui le transmute en fanfare de patronage, tandis que le chœur, pris au dépourvu par la ferveur pieuse de « Dell’aura tua profetica », ne trouve un semblant de cohérence qu’au deuxième acte.

Les prochaines représentations* devraient aider l’équipe à mieux trouver ses marques, et les mois à venir offriront à Karine Deshayes trois autres Norma, à Marseille, Bordeaux et Toulouse, dans la mise en scène d’Anne Delbée qui avait ouvert la saison 2019-20 du Capitole. A charge de revanche !

*13, 16, 18, 20 juin à Strasbourg et 28, 30 juin  à Mulhouse

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en deux actes
Musique de Vincenzo Bellini sur un livret de Felice Romani

Créé à la Scala de Milan le 26 décembre 183

Détails

Mise en scène et conception vidéo
Marie-Eve Signeyrole
Décors et costumes
Fabien Teigné
Dramaturgie
Louis Geisler
Lumières
Philippe Berthomé
Vidéo
Artis Dzerve

Norma
Karine Deshayes
Adalgisa
Benedetta Torre
Pollione
Norman Reinhardt
Oroveso
Önay Köse
Clotilde
Camille Bauer
Flavio
Jean Miannay

Chœur de l’Opéra national du Rhin
Chef de Chœur
Hendrik Haas
Orchestre symphonique de Mulhouse
Direction musicale
Andrea Sanguineti

Strasbourg, mardi 11 juin 2024, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle