Forum Opéra

BERG, Lulu — Paris (Bastille)

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
21 octobre 2011
Calme plat

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Alban BERG

Lulu
Opéra en un Prologue et trois actes
Acte III complété par Friedrich Cehra
Livret du compositeur

Mise en scène
Willy Decker
Décors et costumes
Wolfgang Gussman
Lumières
Hans Toelsede

Lulu
Laura Aikin
Gräfin Geschwitz
Jennifer Larmore
Eine Theatergarderobiere, Ein Gymnasiast, Ein Groom
Andrea Hill
Der Maler, Der Neger
Marlin Miller
Dr Schön, Jack
Wolfgang Schöne
Alwa
Kurt Streit
Der Tierbändiger, Ein Athlet
Scott Wilde
Schigolch
Franz Grundheber
Der Prinz, Der Kammerdiener, Der Marquis
Robert Wörle
Der Theaterdirektor, Der Bankier
Victor Von Halem
Eine Fünfzehnjährige
Julie Mathevet
Ihre Mutter
Marie-Thérèse Keller
Die Kunstgewerblerin
Marianne Crebassa
Der Journalist
Damien Pass
Ein Diener
Ugo Rabec

Orchestre et choeur de l’Opéra national de Paris
direction musicale
Michael Schonwandt

Paris, Opéra Bastille, 21 octobre

 

Il est de ces soirées où tous les ingrédients ont beau être de qualité, la sauce ne prend pas.

C’est le cas pour cette Lulu qui peine à nous emporter et à nous émouvoir. À qui la faute ?

 

Sans doute en premier lieu à Michael Schonwandt qui apparaît ici comme le prototype du Kappelmeister… dans le mauvais sens du terme : professionnel mais bien peu palpitant. Propre mais lisse, sa direction ne décolle en effet pratiquement jamais et reste simplement efficace. La partition de Berg réclame pourtant bien plus. On cherche en vain le lyrisme éperdu ou la grande violence de certains épisodes mais on admire la plastique de la musique, bien mise en valeur par un orchestre en grande forme et de belles sonorités (particulièrement le pupitre de cors, les saxophones – très audibles – ou le splendide tam-tam).
  

La faute sans doute aussi aux chanteurs, pourtant bons voire très bons.

Laura Aikin a beau avoir le physique et toutes les notes de Lulu, elle ne convainc guère. C’en est presque incompréhensible. Qu’a-t-elle de moins qu’une chanteuse comme Patricia Petibon par exemple qui, elle, « crève l’écran » dans le même rôle (à Genève puis à Salzbourg) ? Le charisme peut-être…

La même quasi indifférence vaut pour presque tous les hommes qui entourent Lulu. Seuls émergent vraiment de cette grisaille Franz Grundheber qui campe un formidable Schigolch, Robert Wörle en Marquis ou encore l’excellent Scott Wilde en athlète. Jennifer Larmore semble aussi en retrait notamment dans la scène finale.

 

Où chercher encore la raison de cette relative déception ?

Sans doute dans la mise en scène très propre et très esthétique de Willy Decker. Se fondant pourtant sur un décor astucieux et intéressant (un plateau rond, entouré de portes, est surmonté d’un vaste amphithéâtre où se promènent d’inquiétantes silhouettes toutes de noir vêtues), le propos s’avère finalement peu clair. On croit d’abord que les individus du plateau supérieur sont des témoins/voyeurs de ce qui se passe sur le plateau inférieur, donc tout à fait indépendants de l’action, ce qui eut été une très bonne idée (d’autant plus que Decker propose des images fortes d’une grande variété grâce à ces figurants) mais les nombreux allers-et-venues des protagonistes entre ces deux espaces (par le biais d’échelles malcommodes) brouille le message. La scène finale est cependant très réussie et intense grâce précisément à ces personnages noirs qui, descendus sur le plateau inférieur, accompagnent Jack l’éventreur, reproduisant même le geste de l’assassinat de Lulu. Il est hélas trop tard pour tirer la soirée de l’impression de platitude dans laquelle nous sommes embourbé.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Alban BERG

Lulu
Opéra en un Prologue et trois actes
Acte III complété par Friedrich Cehra
Livret du compositeur

Mise en scène
Willy Decker
Décors et costumes
Wolfgang Gussman
Lumières
Hans Toelsede

Lulu
Laura Aikin
Gräfin Geschwitz
Jennifer Larmore
Eine Theatergarderobiere, Ein Gymnasiast, Ein Groom
Andrea Hill
Der Maler, Der Neger
Marlin Miller
Dr Schön, Jack
Wolfgang Schöne
Alwa
Kurt Streit
Der Tierbändiger, Ein Athlet
Scott Wilde
Schigolch
Franz Grundheber
Der Prinz, Der Kammerdiener, Der Marquis
Robert Wörle
Der Theaterdirektor, Der Bankier
Victor Von Halem
Eine Fünfzehnjährige
Julie Mathevet
Ihre Mutter
Marie-Thérèse Keller
Die Kunstgewerblerin
Marianne Crebassa
Der Journalist
Damien Pass
Ein Diener
Ugo Rabec

Orchestre et choeur de l’Opéra national de Paris
direction musicale
Michael Schonwandt

Paris, Opéra Bastille, 21 octobre

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Mozart triomphe enfin à Aix !
Raphaël PICHON, Karine DESHAYES, Marianne CREBASSA
Spectacle
Où Tancrède découvre qu’il est une femme
Jan Philipp GLOGER, Anna GORYACHOVA, Mélissa PETIT
Spectacle