Forum Opéra

MITTERER, Dafne — Toulouse

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
16 février 2023
Heinrich Schütz métamorphosé

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra pour douze chanteurs et électronique
Musique de Wolfgang Mitterer
D’après le livret de Martin Opitz (1627), tiré des Métamorphoses d’Ovide
Création à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet – à Paris le 29 septembre 2022

Détails

Conception

Geoffroy Jourdain

Aurélien Bory

Wolfgang Mitterer

Mise en scène

Aurélien Bory

Décors

Pierre Dequivre

Costumes

Alain Blanchot

Lumières

Arnaud Veyrat

Sopranos

Adèle Carlier
Anne-Emmanuelle Davy
Michiko Takahashi
Amandine Trenc

Mezzo-sopranos

Jeanne Dumat
Floriane Hassler
Clotilde Cantau

Ténors

Safir Behloul
Constantin Goubet

Baryton

Mathieu Dubroca

Baryton-basses

Virgile Ancely
Renaud Brès

Direction musicale

Geoffroy Jourdain

Toulouse, Théâtre Garonne

Mercredi 15 février 2023, 20h

Prochaines représentations : 16 février, 20h et 17 février, 20h30

Production Les Cris de Paris – Geoffroy Jourdain avec la Compagnie 111 – Aurélien Bory

Coproduction Opéra de Reims, Opéra national du Capitole de Toulouse, Athénée Théâtre Louis-Jouvet – Paris, Atelier Lyrique de Tourcoing, Points communs – Nouvelle scène nationale de Cergy- Pontoise et du Val d’Oise, La Muse en circuit – Centre National de Création musicale, Opéra de Dijon

Quelle riche idée a eue Christophe Ghristi, le directeur artistique du Théâtre National du Capitole de Toulouse, de programmer au Théâtre Garonne, petite structure sur la rive gauche de la Garonne, la reprise de Dafne, « opéra madrigalesque » de Wolfgang Mitterer, qui avait été créé au théâtre de l’Athénée à Paris à la fin 2022. Riche idée car la réussite de l’entreprise est complète, alors que le pari était loin d’être gagné d’avance ; allier la musique du XVIIe siècle à celle d’aujourd’hui.

Essayons de comprendre la genèse de la pièce ; en 1627, Heinrich Schütz, le « Monteverdi allemand », compose une pastorale sur un livret du poète baroque Martin Opitz, d’après Les Métamorphoses d’Ovide. Mais l’incendie de la bibliothèque de Dresde fait disparaître à jamais la partition. Le compositeur autrichien Wolfgang Mitterer (né en 1958), séduit par le livret conservé, a imaginé avec Geoffroy Jourdain et Aurélien Bory un opéra dont le chœur serait le héros et l’électronique la basse continue. Il s’agissait donc d’écrire une partition en s’inspirant directement de la musique de Schütz, en reliant les différentes scènes madrigalesques par des intermèdes musicaux confiés à la musique électronique. Par quel miracle la synthèse de ces deux styles musicaux a priori irréconciliables se fait-elle si naturellement ?

C’est que le spectacle est conçu comme un tout et que l’osmose entre tous les éléments est parfaite. Les personnages (Ovide lui-même, Apollon, Cupidon, Vénus, Daphné) sont interprétés par l’ensemble des chanteurs du chœur Les Cris de Paris. Les 12 chanteurs prennent en charge alternativement les parties des personnages. Ceux-ci se déplacent en permanence sur une scène circulaire mobile et composée d’anneaux tournant indépendamment les uns des autres. Il s’ensuit un mouvement perpétuel, une chorégraphie permanente mais toujours originale et en lien direct avec l’action. Le rendu visuel est saisissant. Il faudrait reprendre beaucoup des scènes proposées mais citons l’apparition des Daphné chasseresses, vêtues de peaux d’animal et l’arc en main. La poursuite des Apollon qui ne peuvent rattraper les Daphné qu’en transgressant la loi, donc en traversant les anneaux en révolution. Quant à la métamorphose de Daphné en laurier, lui-même directement issu du fleuve Pénée (le père de Daphné – ce qui donne une symbolique puissante à cette interprétation, même si elle est absente du texte original d’Ovide), elle est d’une beauté plastique subjuguante. Daphné s’enroule dans une immense tenture descendant des cintres, et finit par s’y perdre.


© Aglaé Bory

Il faut rendre un hommage particulier aux douze solistes de l’ensemble Les Cris de Paris, dont la voix est légèrement amplifiée et qui réalisent une prouesse artistique remarquable. Une heure quinze sur scène sans interruption, un texte et une chorégraphie à maîtriser, sans parler des instruments (flûte, bassons, cor, guitare, caisse claire) que certains des chanteurs jouent sur scène.

La métamorphose est au final le leitmotiv de cette production. Tout est métamorphosé dans cette Dafne. La musique de Schütz bien sûr ; la musique, ancienne, oubliée, perdue plutôt, devient une autre musique ; l’espace, par ces révolutions incessantes du plateau tournant et de ses anneaux, se transforme sans cesse et est à la fois tous les lieux où se déroulent les scènes de la pièce. Sans parler bien sûr de l’acte de création qui est en soi aussi un processus de métamorphose.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra pour douze chanteurs et électronique
Musique de Wolfgang Mitterer
D’après le livret de Martin Opitz (1627), tiré des Métamorphoses d’Ovide
Création à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet – à Paris le 29 septembre 2022

Détails

Conception

Geoffroy Jourdain

Aurélien Bory

Wolfgang Mitterer

Mise en scène

Aurélien Bory

Décors

Pierre Dequivre

Costumes

Alain Blanchot

Lumières

Arnaud Veyrat

Sopranos

Adèle Carlier
Anne-Emmanuelle Davy
Michiko Takahashi
Amandine Trenc

Mezzo-sopranos

Jeanne Dumat
Floriane Hassler
Clotilde Cantau

Ténors

Safir Behloul
Constantin Goubet

Baryton

Mathieu Dubroca

Baryton-basses

Virgile Ancely
Renaud Brès

Direction musicale

Geoffroy Jourdain

Toulouse, Théâtre Garonne

Mercredi 15 février 2023, 20h

Prochaines représentations : 16 février, 20h et 17 février, 20h30

Production Les Cris de Paris – Geoffroy Jourdain avec la Compagnie 111 – Aurélien Bory

Coproduction Opéra de Reims, Opéra national du Capitole de Toulouse, Athénée Théâtre Louis-Jouvet – Paris, Atelier Lyrique de Tourcoing, Points communs – Nouvelle scène nationale de Cergy- Pontoise et du Val d’Oise, La Muse en circuit – Centre National de Création musicale, Opéra de Dijon

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Cecilia Bartoli et Andreas Scholl comme au bon vieux temps !
Cecilia BARTOLI, Andreas SCHOLL, Sara MINGARDO
Spectacle