Forum Opéra

MOZART, Die Zauberflöte — Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 janvier 2017
A court d’idées, pas de voix

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Singspiel en deux actes (1791)

Livret d’Emanuel Schikaneder

Coproduction avec le Festspielhaus, Baden-Baden

Détails

Mise en scène

Robert Carsen

Décors

Michael Levine

Costumes

Petra Reinhardt

Vidéo

Martin Eidenberger

Lumières

Robert Carsen, Peter Van Praet

Dramaturgie

Ian Burton

Tamino

Stanislas de Barbeyrac

Erste Dame

Gabriela Scherer

Zweite Dame

Annika Schlicht

Dritte Dame

Nadine Weissmann

Papageno

Michael Volle

Papagena

Christina Gansch

Sarastro

René Pape

Monostatos

Andreas Conrad

Pamina

Nadine Sierra

Königin der Nacht

Albina Shagimuratova

Der Sprecher

José Van Dam

Erster Priester

Sebastian Pilgrim

Zweitter Priester

Paul Kaufmann

Erster Geharnischter Mann

Martin Homrich

Zweitter Geharnischter Mann

Luke Stoker

Drei Knaben

Solistes des Aurelius Sängerknaben Calw

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Chef des Chœurs

José Luis Basso

Direction musicale

Henrik Nánási

Opéra national de Paris (Bastille), le lundi 23 janvier 2017 à 19h30

Robert Carsen serait-il à court d’idée ? Der Rosenkavalier à Londres, Don Carlo à Strasbourg… Ses dernières mises en scène ont laissé une impression de siccité. Déjà, Sonia Hossein-Pour, lors de la reprise de cette Flûte enchantée à l’Opéra national de Paris en 2015 ne masquait pas sa déception : « la partition n’a semble-t-il pas beaucoup inspiré Robert Carsen qui a joué la carte de la sobriété plus que de la magie. ». Quand bien même on aurait voulu démontrer le contraire, trouver un point de divergence afin de ne pas avoir à paraphraser l’avis de notre consœur, comment ne pas abonder dans le même sens ? Vingt ans après sa première lecture du chef d’œuvre de Mozart, en 1994 à Aix-en-Provence, Carsen s’est plongé dans le livret de Schikaneder à la recherche d’une piste qui l’aiderait à renouveler son propos. « J’ai alors été frappé par un aspect qui m’avait étrangement échappé à l’époque : l’obsession de la mort », raconte-t-il, « il n’y a pas moins de soixante occurrences de ce mot dans le texte ». Tout comme l’hirondelle ne fait pas le printemps, une seule idée hélas  ne saurait suffire à supporter le poids d’une mise en scène. Une fois Sarastro et sa clique voilés de noir et le gazon creusé de tombes, force est de constater que la machine tourne à vide, privée de sens et même d’images qui à défaut de nourrir l’esprit distrairaient les yeux. Reste la confusion entre le bien et le mal, la Reine de la nuit et Sarastro non pas ennemis mais mari et femme œuvrant en secret à l’initiation de leurs enfants. Déjà vu ? Oui, à Aix-en-Provence en 1994, dans sa première mise en scène de La Flûte enchantée. Retour à la case départ.


© Elisa Haberer / Opéra national de Paris

Heureusement les deux distributions proposées en alternance comportent suffisamment d’atouts pour justifier de prendre (ou reprendre) le chemin de Bastille. De la première, ce 23 janvier, on retient un quintet de solistes exceptionnels : Stanislas de Barbeyrac, découvert dans le rôle à Aix-en-Provence en 2014 dont le Tamino à la blondeur saint-exupérienne n’est que lumière virile, naturel et élégance ; Nadine Sierra qui, dans une symétrie toute mozartienne, assoit d’un timbre fruité et d’un chant délicat Pamina sur le même trône ; René Pape et Michael Volle, deux vétérans dans des personnages qu’ils ont définitivement marqués de leur empreinte, le premier dominant encore orgueilleusement la tessiture abyssale de Sarastro, le second jouant autant que chantant un Papageno SDF auquel seule fait défaut une certaine jeunesse ; Albina Shagimuratova, enfin, la plus surprenante peut-être car non pas légère et cristalline comme l’est souvent la Reine de la nuit mais au contraire fuligineuse, la vocalise (trop) liée et le suraigu imparable, sans que l’on ait pour autant l’impression que les notes les plus hautes proviennent d’une autre voix. Les autres rôles sont moins marquants mais l’on retrouve non sans émotion le timbre reconnaissable entre tous de José van Dam en Sprecher parcheminé et digne.

Directeur du Komische Oper de Berlin depuis 2012, Henrik Nánási a suffisamment dirigé en Allemagne pour connaître sa Zauberflöte sur le bout de la baguette. Ni empesée et poudrée à la manière classique, ni bousculée comme la proposent encore parfois certains baroqueux avides de contrastes volumiques et rythmiques, ni mesurée, voire sacralisée à la manière d’une grand-messe maçonnique, sa direction fluide et vivante lui vaut aux saluts une légitime part d’applaudissements.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Singspiel en deux actes (1791)

Livret d’Emanuel Schikaneder

Coproduction avec le Festspielhaus, Baden-Baden

Détails

Mise en scène

Robert Carsen

Décors

Michael Levine

Costumes

Petra Reinhardt

Vidéo

Martin Eidenberger

Lumières

Robert Carsen, Peter Van Praet

Dramaturgie

Ian Burton

Tamino

Stanislas de Barbeyrac

Erste Dame

Gabriela Scherer

Zweite Dame

Annika Schlicht

Dritte Dame

Nadine Weissmann

Papageno

Michael Volle

Papagena

Christina Gansch

Sarastro

René Pape

Monostatos

Andreas Conrad

Pamina

Nadine Sierra

Königin der Nacht

Albina Shagimuratova

Der Sprecher

José Van Dam

Erster Priester

Sebastian Pilgrim

Zweitter Priester

Paul Kaufmann

Erster Geharnischter Mann

Martin Homrich

Zweitter Geharnischter Mann

Luke Stoker

Drei Knaben

Solistes des Aurelius Sängerknaben Calw

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Chef des Chœurs

José Luis Basso

Direction musicale

Henrik Nánási

Opéra national de Paris (Bastille), le lundi 23 janvier 2017 à 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Naples vs Salzbourg : le match
Anna NETREBKO, Romain GILBERT, Eve-Maud HUBEAUX
Spectacle