Forum Opéra

DONIZETTI, Don Pasquale — Rennes

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
1 janvier 2016
La Dolce Vita, du noir et blanc à la couleur

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

<!]]>*/

Opera buffa en trois actes de Gaetano Donizetti sur un livret de Giovanni Ruffini (1843)

créé à Paris, au Théâtre des Italiens, le 3 janvier 1843

Détails

<!]]>*/

Mise en scène

Sandro Pasqualetto

Décor et costumes

Valentina Bressan

Lumières

Marc Delamézière

Don Pasquale

Christophoros Stamboglis

Docteur Malatesta

Marc Scoffoni

Ernesto

Julien Behr

Norina

Angela Nisi

Un Notaire

Jean-Vincent Blot

Choeur de l’Opéra de Rennes

Direction

Gildas Pungier

Orchestre Symphonique De Bretagne

Direction musicale

Tito Ceccherini

Opéra de Rennes, vendredi 1er janvier 2016

El Niño nous gratifie d’un temps particulièrement doux pour la saison. L’opéra de Rennes ajuste son baromètre avec ce Don Pasquale, déjà applaudi à Tours en 2011, qui s’ancre dans la Rome rêvée des années cinquante. Sandro Pasqualetto convoque ici tout l’imaginaire méditerranéen sur la piazza où les villageois palabrent, se chamaillent et flirtent avec un allant bien latin. Le trait semble un peu forcé dans la scène d’ouverture, mais très vite le chœur de l’opéra trouve ses marques et s’amuse, qui à parler avec les mains, qui à roucouler… La direction d’acteur qui pouvait sembler maladroite au départ s’avère finalement très séduisante, au point que l’on se surprend parfois à concentrer son attention, non plus sur l’action principale mais sur les silhouettes sympathiques qui gravitent autour.


© François Berthon

Il serait pourtant dommage de ne pas profiter des quatre solistes. Ils font montre d’un bel engagement tant scénique que vocal, d’une diction absolument impeccable et d’un phrasé remarquable y compris dans des moments délicats comme l’acrobatique duo entre Don Pasquale et son médecin.

Le rôle titre est tenu par Christophoros Stamboglis, familier de ce répertoire buffa, et totalement réjouissant en barbon dépassé par les évènements. L’artiste est parfois très légèrement derrière l’orchestre mais il joue des nuances avec une telle maestria qu’on le lui pardonne volontiers.

Marc Scoffoni incarne quant à lui le Docteur Malatesta. Grand habitué de la Maison rennaise, il est, comme toujours, précis dans sa projection, généreux dans le volume et juste dans l’interprétation. La profondeur et le velouté de son timbre sont un régal. Face à lui, l’Ernesto de Julien Behr est plein de flamme candide, son émission haute et aisée réjouit l’oreille. On comprend que Tamino soit son rôle de prédilection, il a d’ailleurs rencontré récemment un grand succès à l’Opera de Paris dans Die Zauberflöte mise en scène par Robert Carsen.

Le couple que le jeune ténor forme avec Angela Nisi est parfaitement convainquant. La soprano italienne s’avère pétulante à souhait et si, dans son premier air, ses aigus manquent un tantinet d’épanouissement, elle acquiert ensuite une parfaite aisance vocale doublée d’une jolie palette émotionnelle. Sa Norina est tour à tour vive, enjouée, impérieuse ou émouvante.

La mise en scène fait de la jeune femme le porte étendard de la modernité et de la jeunesse. Les personnages évoluent pendant toute la première partie du spectacle dans un univers visuel superbe et tout en noir et blanc – autant dans les costumes, dans les lumières que dans le magnifique décor de Valentina Bressan –, comme un clin d’oeil aux films de De Sica. Norina à peine mariée, révolutionne l’intérieur de son époux d’un jour en y apportant chaleur et couleur. Ainsi, le monde un peu figé par la domination de Don Pasquale qui impose à tous son conservatisme cède la place à une nouvelle ère plus légère et bigarrée : le film passe du noir et blanc à la couleur.

Musicalement, les couleurs sont également à la fête : Tito Ceccherini est parfaitement respectueux de l’oeuvre et de son contexte. Les tempos sont enlevés, la direction énergique et les nuances de l’orchestre de Bretagne raffinées et enjôleuses.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

<!]]>*/

Opera buffa en trois actes de Gaetano Donizetti sur un livret de Giovanni Ruffini (1843)

créé à Paris, au Théâtre des Italiens, le 3 janvier 1843

Détails

<!]]>*/

Mise en scène

Sandro Pasqualetto

Décor et costumes

Valentina Bressan

Lumières

Marc Delamézière

Don Pasquale

Christophoros Stamboglis

Docteur Malatesta

Marc Scoffoni

Ernesto

Julien Behr

Norina

Angela Nisi

Un Notaire

Jean-Vincent Blot

Choeur de l’Opéra de Rennes

Direction

Gildas Pungier

Orchestre Symphonique De Bretagne

Direction musicale

Tito Ceccherini

Opéra de Rennes, vendredi 1er janvier 2016

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Mozart triomphe enfin à Aix !
Raphaël PICHON, Karine DESHAYES, Marianne CREBASSA
Spectacle
Où Tancrède découvre qu’il est une femme
Jan Philipp GLOGER, Anna GORYACHOVA, Mélissa PETIT
Spectacle