Forum Opéra

PUCCINI, La Bohème — Genève

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
21 décembre 2016
Cherchez la clé…

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes, livret de Giacosa et Illica, d’après le roman d’Henry Murger, Scènes de la vie de Bohème, créé le 1er février 1896 au Teatro Regio de Turin.

Détails

Mise en scène

Matthias Hartmann

Décors

Raimund Orfeo Voigt

Costumes

Tina Kloempken

Lumières

Tamás Bányai

Rodolfo

Dmytro Popov

Mimi

Nino Machaidze

Musetta

Julia Novikova

Marcello

Andrè Schuen

Schaunard

Michel de Souza

Colline

Grigory Shkarupa

Alcindoro

Alexander Milev

Benoît

Wolfgang Barta

Parpignol

José Pazos

Le Douanier

Aleksandar Chaveev

Le Sergent

Dimitri Tikhonov

Un marchand

Jaime Caicompai

Choeur du Grand Théâtre de Genève

Direction

Alan Woodbridge

Orchestre de la Suisse Romande

Direction

Paolo Arrivabeni

Opéra des Nations, Genève, mercredi 21 décembre à 19h30

Représenter La Bohème n’est pas si aisé qu’on pourrait le penser tant les pièges de ne rien dire de plus, ou pire de ne rien dire d’aussi bien, se présentent en nombre. D’abord, la partition de Puccini résonne en chacun comme une musique intérieure, presqu’intime lorsqu’on est tombé dans la marmite petit. Du même coup, un lien étroit et affectif existant avec l’œuvre, il émerge des préférences, si ce n’est des références, des attentes, si ce n’est des exigences. Mais bouder son plaisir, et demeurer à la maison, disque en mains et mouchoirs en poche, ne sera jamais la solution en matière de spectacle vivant. Alors il fallut ce rendre, et d’ailleurs avec entrain, au Grand Théâtre de Genève, toujours installé à l’Opéra des Nations, pour cette Bohème avec double distribution.

Dès le lever de rideau, le ton est donné. Dans un maigre décor, tout en transparence et figurant la libre circulation des membres de cette petite communauté comme celle du froid et du vent, Rodolfo se tient, contemplatif, sous les flocons de neige. Le metteur en scène Matthias Hartmann fait alors évoluer ses bohèmes dans un espace très ouvert, facilitant a priori leur frénésie. Pourtant, force est de constater que le jeu de scène demeure quelque peu statique – nul drame car l’immobilisme peut joliment s’habiter – mais surtout un peu systématique – dicté par le texte seul – et finalement un peu artificiel. Cela est doublement regrettable que le livret procure aux personnages une épaisseur qui promet d’aller bien au-delà des actions principales, et de rendre à cette jeune équipée toute la profondeur d’âme et d’esprit que Murger suscitait. Le deuxième acte et son décor en poulailler n’arrange rien, et fige une action d’ordinaire bouillonnante. Il faut les deux actes suivants pour que peu à peu, la magie opère et l’engagement collectif emporte la réussite du tableau final, où tour à tour les corps se figent, cette fois magnifiquement et avec sens, impuissants face à la mort. Sous les flocons de neige, Rodolfo reçoit l’ultime caresse de sa muse…

Et l’on s’en félicite, car notre Rodolfo de la soirée trouve en Dmytro Popov une voix idéale. L’émission nette, le phrasé souple, l’aigu ample sont autant de qualités que déploie le ténor ukrainien, conquérant le public dès le célèbre « Che gelida manina ». On regrette néanmoins une certaine lourdeur de jeu, qui devrait avantager l’impétueux Sébastien Guèze, avec lequel il chante en alternance. A ses côtés, la Mimi de Nino Machaidze est sans conteste l’artiste de la soirée. Si elle déploie parfois trop de gestes inutiles et campe une couseuse plus piquante que tendre, elle offre au personnage un timbre aux harmoniques chaleureux et des accents de plus en plus sincères au fur et à mesure qu’avance le drame. Le couple Musetta/Marcello est tout aussi bien servi par Julia Novikova et Andrè Schuen. Le soprano argenté et le charisme étincelant de la vipera pousse le peintre dans ses plus vifs retranchements. Le geste scénique se double alors d’une voix de baryton ample dotée d’une grande musicalité. Les seconds rôles, tels le Schaunard farfelu de Michel de Souza et le Colline éclairé de Grigory Shkarupa, sont à la hauteur du plateau, définitivement solide et équilibré.

A la tête de l’Orchestre de la Suisse Romande, Paolo Arrivabeni accomplit un travail soigné, articulant avec grande lisibilité le discours puccinien si loquace et énergique. La tendresse de certains accents est cependant quelque peu sacrifiée ça et là, au prix d’une volonté évidente de fluidité. S’appesantir ? Non, il ne saurait en être question, mais fouiller les méandres d’une partition bouleversante jusque dans ses moindres replis intérieurs : oui, c’est bien ici la marge de progression possible. Par bonheur, onze autres représentations sont programmées, multiples occasions de chercher nous aussi, avec Mimi et Rodolfo, la véritable clé de La Bohème.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes, livret de Giacosa et Illica, d’après le roman d’Henry Murger, Scènes de la vie de Bohème, créé le 1er février 1896 au Teatro Regio de Turin.

Détails

Mise en scène

Matthias Hartmann

Décors

Raimund Orfeo Voigt

Costumes

Tina Kloempken

Lumières

Tamás Bányai

Rodolfo

Dmytro Popov

Mimi

Nino Machaidze

Musetta

Julia Novikova

Marcello

Andrè Schuen

Schaunard

Michel de Souza

Colline

Grigory Shkarupa

Alcindoro

Alexander Milev

Benoît

Wolfgang Barta

Parpignol

José Pazos

Le Douanier

Aleksandar Chaveev

Le Sergent

Dimitri Tikhonov

Un marchand

Jaime Caicompai

Choeur du Grand Théâtre de Genève

Direction

Alan Woodbridge

Orchestre de la Suisse Romande

Direction

Paolo Arrivabeni

Opéra des Nations, Genève, mercredi 21 décembre à 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Naples vs Salzbourg : le match
Anna NETREBKO, Romain GILBERT, Eve-Maud HUBEAUX
Spectacle