Forum Opéra

WAGNER, Tannhäuser — Bordeaux

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
8 mai 2009
Pari risqué mais tenu

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Tannhäuser (Wagner, Weise – Bordeaux)

Richard WAGNER (1813-1883)

 

Tannhäuser

(und der Sängerkrieg auf der Wartburg)

Opéra en trois actes. Livret du compositeur.

Créé le 19 octobre 1845 à Dresde. Version de Paris créée le 13 mars 1861

  

En haut, Levente Molnar (Wolfram),

En bas Sylvie Brunet (Venus) et Gilles Ragon (Tannhäuser)

 

Nouvelle production empruntant aux versions de Dresde et Paris

 

Mise en scène, Jean-Claude Berutti

Décors, Rudy Sabounghi

Costumes, Colette Huchard

Lumières, Laurent Castaingt

Assistant mise en scène et chorégraphie, Daren Ross

Assistant décors, Bruno de Lavenère

 

Tannhäuser, Gilles Ragon

Hermann, Marek Wojciechowski

Wolfram Von Eschenbach, Levente Molnar

Walter Von Der Vogelweide, Willem van der Heyden

Biterolf, Jean-Philippe Marlière

Heinrich Der Schreiber, Matthew O’Neill

Reinmar Von Zweter, Eric Martin-Bonnet

Elisabeth, Heidi Melton

Venus, Sylvie Brunet

Un jeune pâtre, Christine Tocci

 

Orchestre National Bordeaux Aquitaine

Chœur de l’Opéra National de Bordeaux

Chœur de l’Opéra National de Montpellier

 

Direction musicale, Klaus Weise

 

Bordeaux, Grand Théâtre, le 8 mai 2009, 19h30

 

 

Pari risqué mais tenu

 

« Ce qu’on risque révèle ce qu’on vaut » écrivait la romancière Jeanette Winterson ; une maxime que Thierry Fouquet, le directeur de l’Opéra de Bordeaux, peut porter à son actif après avoir osé un Tannhäuser qui relève du baptême du feu. A l’affiche, un metteur en scène – Jean-Claude Berutti – qui n’en est pas à son coup d’essai mais signe là son premier Wagner et une distribution dont il s’agit, pour tous ou presque1, d’une prise de rôle. Seul le chef d’orchestre, Klaus Weise, fait figure de vieux briscard. Pourtant à l’arrivée, c’est du côté de la fosse qu’on aura été le moins comblé. Non que la direction du maestro soit à remettre en cause – certains parti-pris de lenteur surprenants au premier abord trouvent leur justification replacés dans le contexte et n’enlèvent rien, au contraire, à la force de l’ensemble – mais l’orchestre se laisse plus d’une fois déborder par l’ampleur de la partition ; les cuivres surtout peinent à unifier leurs sons.

 

En explorant le drame de l’homme plus que celui de l’artiste, Jean-Claude Berutti ne se livre pas à une réinterprétation du mythe, comme le faisait par exemple Robert Carsen à l’Opéra Bastille, mais se contente d’illustrer scrupuleusement le livret. Excès de timidité sans doute devant le monument Wagner, qui présente l’avantage de la lisibilité. Le Venusberg est enfoui, tel l’enfer, sous une forêt profonde au cœur de laquelle la Wartburg compose une petite communauté aux coutumes et aux costumes austères. Dans cet univers restreint, la liberté d’esprit de Tannhäuser ressort avec plus d’évidence.

Les décors traduisent le principe d’une manière astucieuse ; aux premier et troisième actes, les arbres qui forment la forêt, se soulèvent dans les airs, racines pendantes, tandis que la couche de Vénus, verticale, surgit de sous la scène. Au deuxième acte, la grande salle des troubadours se présente comme une modeste chaumière de bois dont les fenêtres ouvrent sur la forêt.

Décors concrets pour une lecture respectueuse qui n’hésite pas à s’abstraire lors de l’ouverture, jouée rideau fermée, ou dans les passages plus contemplatifs – prière d’Elisabeth, romance à l’étoile… – sans pour autant livrer les chanteurs à eux-mêmes. Le travail autour des relations entre Elisabeth, Wolfram et Tannhäuser est remarquable. Autre difficulté surmontée dans un opéra qui comprend de nombreux ensembles, les mouvements de foule n’apparaissent jamais contraints malgré l’exigüité du plateau. Certains, habitués à plus de débordements (on pense notamment au scandale provoqué par la vision d’Oliver Py à Genève), trouveront le résultat trop sage. D’autres (les mêmes pour la plupart) crieront au sacrilège en découvrant les coupures pratiquées dans une partition qui du coup hésite entre la version de Dresde et de Paris. On apprécie au contraire ces partis-pris. Densifiant l’action, simplifiant sa traduction, ils rendent le drame immédiat.

 

Heidi Milton (Elisabeth) et Gilles Ragon (Tannhäuser)

 

On l’apprécie d’autant plus que l’interprétation atteint des niveaux auxquels on ne s’attendait pas : des seconds rôles qui tiennent honorablement leur partie avec notamment un Landgrave, Marek Wojciechowski, d’une belle présence et d’une profondeur toute slave ; les chœurs des opéras de Bordeaux et Montpellier qui unissent fermement leurs forces sans oublier de nuancer leurs effets et sans donner une seule fois l’impression qu’il s’agit à l’origine de deux formations différentes ; et surtout des protagonistes de premier plan.

En Elisabeth, Heidi Milton, soprano américaine que l’on n’a jamais entendue ou presque en Europe, est une révélation : voix puissante, homogène d’un extrême à l’autre de la tessiture, qui s’impose sans peine face à tous les hommes dans le grand finale du II. Il n’y a rien de tendu ou de forcé dans ce chant magnifié par l’ampleur et la rondeur du son. Il déroule son flot jaillissant aussi bien dans le murmure – une prière sur le fil, juste et tangible – que dans l’éclat – un « Dich, teure Halle » lumineux qui enthousiasme dès la première note et fait oublier un physique pas forcément conforme à l’idée que l’on se fait du personnage.

Sylvie Brunet montre la même générosité, Vénus gourmande avec des accents qui peuvent sembler datés, une ligne tendue, quelques aigus qui plafonnent mais immense dans la séduction – un « Geliebeter, komm » envoûtant – comme dans l’imprécation – les déchainements de « Zeih hin, Wahnbetörter » donnent le frisson.

Levente Molnar, jeune baryton roumain de 26 ans, pouvait sur le papier sembler trop jeune pour traduire la noblesse de Wolfram. Mise à part une romance à l’étoile digne mais encore un peu appuyée (tout est dans la musique ; inutile de surajouter couleurs et intentions), il campe un chevalier d’une mâle beauté, droit sans être raide et sensible à la fois.

A la lumière de son Werther ici même il y a trois ans ou encore de son Raoul à Liège (Les Huguenots), on n’aurait pas forcément misé sur le Tannhäuser de Gilles Ragon. A tort ! Passées quelques raideurs dans les hymnes à Vénus, le ténor français réalise à partir du deuxième acte des prouesses d’héroïsme et d’expression qui culminent au troisième dans un récit de Rome habité avec des choix d’interprétation audacieux mais payants (l’imitation de la voix du pape). Comme quoi, Claude Lelouch avait raison quand il déclarait « N’écoutez pas les critiques, prenez des risques » ; une autre maxime à garder en mémoire.

 

Christophe Rizoud

 

 

1 Jean-Philippe Marlière en Biterolf et Matthew O’Neill en Heinrich Der Schreiber sont les deux exceptions qui confirment la règle.

 

Réagissez à cet article, votre commentaire sera publié

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Tannhäuser (Wagner, Weise – Bordeaux)

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Danse pour la fin du monde
Nicky SPENCE, Jaquelyn STUCKER, Clive BAYLEY
Spectacle
Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle