Forum Opéra

PONCHIELLI, La Gioconda – Naples

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
15 avril 2024
Naples vs Salzbourg : le match

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en 4 actes
Livret d’Arrigo Boito d’après « Angelo, tyran de Padoue », de Victor Hugo
Création à Milan, Teatro alla Scala le 8 avril 1876

Détails

Mise en scène
Romain Gilbert
Décor
Etienne Pluss
Costumes
Christian Lacroix
Lumières
Valerio Tiberi
Chorégraphie
Vincent Chaillet

La Gioconda
Anna Netrebko
Laura Adorno
Eve Maud Hubeaux
Alvise Badoèro
Alexander Köpeczi
La Cieca
Kseniia Nikolaieva
Enzo Grimaldo
Jonas Kaufmann
Barnaba
Ludovic Tézier
Zuàne / un Cantore / un Pilota
Lorenzo Mazzucchelli
Isèpo
Roberto Covatta
un Barnabotto
Giuseppe Todisco

Orchestre, Chœur et Ballet du Teatro di San Carlo avec la participation du chœur d’enfants du Teatro di San Carlo
Chef du chœur : Fabrizio Cassi
Chef du chœur d’enfant : Stefania Rinaldi
Directeur du Ballet : Clotilde Vayer

Directeur musical
Pinchas Steinberg

Naples, Teatro San Carlo, samedi 13 avril 2024, 20h

Quelques jours après Salzbourg, Naples accueille une nouvelle production de La Gioconda, avec peu ou prou les mêmes vedettes à l’affiche. Et au tomber de rideau, le même enthousiasme ? La proximité des représentations autorise le match entre les deux villes, avec tir aux buts pour les départager en cas d’égalité.

Mise en scène : Romain Gilbert vs Oliver Mears

Les divagations de la mise en scène salzbourgeoise laissaient perplexe. L’approche napolitaine a le mérite de la littéralité cartésienne. Aucune interprétation freudienne, aucune transposition euclidienne, aucune liberté prise avec l’argument n’entravent la compréhension du récit. Les costumes de Christian Lacroix, la sobriété du décor replacent le drame dans son contexte original. Toute médaille ayant son revers, la gestion du mouvement nous ramène au temps des toiles peintes. Artistes du chœur et figurants se déplacent bras ballants avec des semelles de plomb, et la Danse des heures de Vincent Chaillet échoue à traduire l’idée de théâtre dans le théâtre là où la chorégraphie de Lucy Burge déployait à Salzbourg des trésors d’éloquence sans ne jamais s’écarter de la musique de Ponchielli. Un partout, la balle au centre.

Direction musicale : Pinchas Steinberg vs Antonio Pappano

Avant même le lever de rideau, la manche semble pliée tant Antonio Pappano apparaissait comme le grand triomphateur des représentations salzbourgeoises, maître absolu dans l’art des contrastes et la peinture musicale des paysages lagunaires. Au San Carlo, des décalages dans les ensembles, l’absence de nuances chorales, nuisible à la poésie des pages impressionnistes, une moindre dynamique, notamment dans le duo à bras le corps de Gioconda et Laura au deuxième acte, sonnent la fin de la partie. Salzbourg : 1 ; Naples : 0.

Gioconda : Anna Netrebko vs Anna Netrebko

Effet de la fatigue après plusieurs semaines de répétitions et lassitude, Anna Netrebko à Naples prend plus de temps à s’installer dans le drame. Le Si bémol filé sur « Enzo, come t’amo! » reste de toute beauté, plus long encore qu’à Salzbourg, la projection intacte, le quatrième acte d’une grande intensité dramatique mais l’égalité entre les registres est souvent compromise, comme si Gioconda avait deux voix, et la justesse approximative dans le registre médian ainsi que – moins habituel chez la soprano – dans le registre aigu. Salzbourg : 1 ; Naples : 0

Enzo : Jonas Kaufmann vs Jonas Kaufmann

Le ténor à Salzbourg était apparu éprouvé par le rôle d’Enzo. La mise en scène napolitaine ajoute quelques points au QI de son personnage, moins falot au sud qu’au nord des Alpes. La messa di voce conclusive de « Cielo e mar » demeure miraculeuse mais le ténor marche sur des œufs dans cet air toujours très attendu. Avant, après, fatigue aidant – à l’instar de sa partenaire –, l’accident est évité à plusieurs reprises, quand en Autriche, le chant s’avérait mieux contrôlé. Salzbourg : 1 ; Naples : 0.

Barnaba : Ludovic Tézier vs Luca Salsi

Deux conceptions différentes d’un même personnage, l’une et l’autre maîtrisées scéniquement et vocalement sans l’ombre d’un bémol. Salsi davantage plébéien, soumis à des pulsions perverses et incontrôlables qui au tribunal d’infamie autoriseraient le non-lieu ; Tézier plus noble, plus cérébral aussi, d’une méchanceté féroce et gratuite. La barcarolle au deuxième acte départage les deux barytons. L’Italien s’épanouit dans ce morceau de bravoure à la carrure populaire, lequel convient moins au chant aristocratique du Français. Salzbourg : 1 ; Naples : 0.

Laura : Eve-Maud Hubeaux vs Eve-Maud Hubeaux

Appelée au dernier moment – ou presque – pour remplacer Anita Rachvelichvili, Eve-Maud Hubeaux rempile en Laura, avec comme ses partenaires – soprano et ténor –, une inévitable fatigue. Le vibrato s’élargit dans les passages tendus et quelques effets expressionnistes entachent l’interprétation d’un rôle dans lequel la mezzo-soprano continue de montrer le meilleur d’elle-même au deuxième acte lors du duo avec Enzo et dans l’air qui suit, chanté toujours avec beaucoup de sentiment. Salzbourg : 1 ; Naples : 0.

La Cieca : Kseniia Nikolaieva vs Agnieszka Rehlis

Bien que confiée dans les deux villes à une voix de mezzo-soprano, et non de contralto, Kseniia Nikolaieva possède une profondeur à laquelle Agnieszka Rehlis ne peut prétendre. Cette aisance dans le registre grave s’exerce sans vulgarité ni poitrinage excessif ou mépris la ligne pour un « Voce di donna » tout en rondeurs maternelles, plus conforme à ce que l’on attend de la romance de La Cieca. Naples : 1 ; Salzbourg : 0.

Alvise : Alexander Köpeczi vs Tareq Nazmi

Noir c’est noir lorsqu’il s’agit de donner voix à la cruauté d’Alvise, à son sadisme et, auparavant, au premier acte, de couper court à la fureur de la foule par un « Ribellion ! » définitif. Au jeu des timbres, de la puissance et de l’autorité, la basse d’origine koweitienne l’emporte sur son homologue slave. Salzbourg : 1 ; Naples : 0

La salle : Teatro San Carlo vs Großes Festspielhaus

« Bravo l’orchestra » lance une voix du balcon du San Carlo avant le quatrième acte. La température de la salle obéit à celle de la ville, estivale en ce début de printemps (même si Salzbourg tutoyait les vingt degrés quelques jours avant Pâques). Avec La Gioconda, opéra au format démesuré, l’exubérance latine trouve matière à s’exercer. Plusieurs minutes d’ovation accueillent « Suicidio! ». « Bis » crie-t-on à droite à gauche. Sans susciter autant de débordements, « Cielo e mar » reçoit sa part d’applaudissements. Le prix des places n’est pas étranger à la ferveur populaire : 150€ en première catégorie contre 490€ à Salzbourg. Plus élégant, le public napolitain paraît moins guindé. A l’entracte, le Spritz est mixé à la demande avec assiette de tramezzini et cacahuètes à volonté, alors qu’au même tarif, le bar du Festspielhaus débite les cocktails en bouteille, a la chaîne, sans que rien de solide n’éponge le liquide. Puis, aujourd’hui encore, quel théâtre oserait prétendre rivaliser avec le San Carlo, duquel Stendhal disait que rien en Europe ne pouvait donner une idée, « même de loin ». Naples : 1 ; Salzbourg : 0

Résultat : Salzbourg : 7 ; Naples : 3. Le score serait sans appel si une représentation d’opéra n’était qu’une simple affaire de buts. On sait la réalité plus complexe et les impressions qui en découlent moins binaires. Heureusement…

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en 4 actes
Livret d’Arrigo Boito d’après « Angelo, tyran de Padoue », de Victor Hugo
Création à Milan, Teatro alla Scala le 8 avril 1876

Détails

Mise en scène
Romain Gilbert
Décor
Etienne Pluss
Costumes
Christian Lacroix
Lumières
Valerio Tiberi
Chorégraphie
Vincent Chaillet

La Gioconda
Anna Netrebko
Laura Adorno
Eve Maud Hubeaux
Alvise Badoèro
Alexander Köpeczi
La Cieca
Kseniia Nikolaieva
Enzo Grimaldo
Jonas Kaufmann
Barnaba
Ludovic Tézier
Zuàne / un Cantore / un Pilota
Lorenzo Mazzucchelli
Isèpo
Roberto Covatta
un Barnabotto
Giuseppe Todisco

Orchestre, Chœur et Ballet du Teatro di San Carlo avec la participation du chœur d’enfants du Teatro di San Carlo
Chef du chœur : Fabrizio Cassi
Chef du chœur d’enfant : Stefania Rinaldi
Directeur du Ballet : Clotilde Vayer

Directeur musical
Pinchas Steinberg

Naples, Teatro San Carlo, samedi 13 avril 2024, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Cecilia Bartoli et Andreas Scholl comme au bon vieux temps !
Cecilia BARTOLI, Andreas SCHOLL, Sara MINGARDO
Spectacle