Forum Opéra

Récital Christophe Prégardien, Julius Drake — Bruxelles (La Monnaie)

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 juin 2016
Romantisme prudent

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Robert Schumann

Dichterliebe op.48 sur des textes de Heinrich Heine

– Im wunderschönen Monat Mai

– Aus meinen Tränen sprießen

– Die Rose, die Lilie, die Taube, die Sonne

– Wenn ich in deine Augen seh’

– Ich will meine Seele tauchen

– Im Rhein, im heiligen Strome

– Ich grolle nicht

– Und wüssten’s die Blumen, die kleinen

– Das ist ein Flöten und Geigen

– Hör’ ich das Liedchen klingen

– Ein Jüngling liebt ein Mädchen

– Am leuchtenden Sommermorgen

– Ich hab im Traum geweinet

– Allnächtlich im Traume

– Aus alten Märchen

– Die alten, bösen Lieder

Franz Schubert

– Daß sie hier gewesen D.775

– Greisengesang D.778

– Du bist die Ruh D.776

– Der Tod und das Mädchen D.531

– Im Walde « Waldesnacht » D.708

– Nacht und Träume D.827

– Fischerweise D.881

– Totengräbers Heimweh D.842

– Der Winterabend D.938

Christophe Prégardien, ténor

Julius Drake, piano

Bruxelles, La Monnaie au Théâtre Royal des Galeries, jeudi 23 juin, 20h

Le dernier récital de la saison de la Monnaie était confié jeudi soir au ténor allemand Christophe Prégardien, accompagné au piano par Julius Drake. Le cheveu grisonnant, vêtu d’une impeccable redingote bavaroise, aux lèvres un sourire bienveillant, Prégardien s’avance un rien austère sur la petite scène à l’italienne du Théâtre Royal des Galeries, et entame prudemment le plus beau des cycles des Schumann. La voix est chaleureuse, déploie sa ligne avec lenteur, sculpte chaque phrase avec une infinie précision. Le chanteur, semblant douter de ses moyens, ménage son instrument pourtant intact ; il négocie ses aigus comme pour déjouer les pièges de la partition, qu’il traverse pourtant sans faillir. Jouant d’avantage sur les couleurs que sur la dynamique, il allège la voix autant que possible, semble tout contrôler, avec cependant une certaine réserve dans l’expression. Le résultat musical, fruit d’un long travail, poli par le temps, est particulièrement équilibré, au détriment peut-être d’une certaine spontanéité. Chaque lied est présenté sur le ton de la confidence, dans une délicieuse intimité, sans effet inutile, avec une grande justesse et un sens aigu du texte, dont on comprend chaque mot. Au piano, Julius Drake, particulièrement attentif à son partenaire, instaure l’atmosphère générale et déploie avec une grande simplicité les sublimes postludes de Schumann ; après quelques cafouillages dans « Das ist ein Flöten und Geigen » il réussit à rétablir un climat délicieusement poétique qui perdurera jusqu’à la fin du cycle, à une sonnerie de téléphone mobile près.

En seconde partie de programme, les musiciens présentent une série de lieder plutôt sombres de Schubert, subtilement choisis dans le registre médium, alternant les pages les plus connues avec quelques découvertes, qu’ils rendent avec une grande délicatesse de ton et toujours autant de soin dans la réalisation, pour le plus grand plaisir du public.

Comme libérés, enfin complètement détendus, ils termineront par un unique bis au terme d’un récital très homogène, « Ständchen », extrait du Schwanengesang de Schubert.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Robert Schumann

Dichterliebe op.48 sur des textes de Heinrich Heine

– Im wunderschönen Monat Mai

– Aus meinen Tränen sprießen

– Die Rose, die Lilie, die Taube, die Sonne

– Wenn ich in deine Augen seh’

– Ich will meine Seele tauchen

– Im Rhein, im heiligen Strome

– Ich grolle nicht

– Und wüssten’s die Blumen, die kleinen

– Das ist ein Flöten und Geigen

– Hör’ ich das Liedchen klingen

– Ein Jüngling liebt ein Mädchen

– Am leuchtenden Sommermorgen

– Ich hab im Traum geweinet

– Allnächtlich im Traume

– Aus alten Märchen

– Die alten, bösen Lieder

Franz Schubert

– Daß sie hier gewesen D.775

– Greisengesang D.778

– Du bist die Ruh D.776

– Der Tod und das Mädchen D.531

– Im Walde « Waldesnacht » D.708

– Nacht und Träume D.827

– Fischerweise D.881

– Totengräbers Heimweh D.842

– Der Winterabend D.938

Christophe Prégardien, ténor

Julius Drake, piano

Bruxelles, La Monnaie au Théâtre Royal des Galeries, jeudi 23 juin, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Il ne faut jurer de rien
Donald RUNNICLES, Stefan HERHEIM, Clay HILLEY
Spectacle
Les tergiversations de la reine d’Egypte
Sandrine PIAU, Ann HALLENBERG, Arianna VENDITTELLI
Spectacle