Forum Opéra

Récital Elu012bna Garanu010da — New York

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 octobre 2018
Elīna Garanča dans l’intimité

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Robert Schumann

Myrthen, Op. 25

Widmung
Der Nussbaum
Jemand
Lieder der Braut aus dem Liebesfrühling I
Lieder der Braut aus dem Liebesfrühling II

Richard Wagner

Wesendonck Lieder

1. Der Engel
2. Stehe still !
3. Im Treibhaus
4. Schmerzen
5. Träume

Maurice Ravel

Shéhérazade

I. Asie
II. La Flûte enchantée
III. L’indifférent

Manuel de Falla

Siete canciones populares españolas

1. El paño moruno
2. Seguidilla murciana
3. Asturiana
4. Jota
5. Nana
6. Canción
7. Polo

Bis:

Jāzeps Vītols

Aizver actiņas un smaidi

Georges Bizet

L’amour est un oiseau rebelle » (Habanera), Carmen

Camille Saint-Saëns

Mon coeur s’ouvre à ta voix, Samson et Dalila

New York, Carnegie Hall, mardi 23 octobre 2018, 20h

Serait-elle capable de tout chanter ? A quarante-deux ans, Elīna Garanča n’a rien perdu du timbre de velours et du naturel irrésistible qui l’ont imposée il y a plus de dix ans comme mezzo-soprano de référence. Après avoir incarné une Dalila vénéneuse dans la nouvelle production rutilante de Samson et Dalila du Metropolitan Opera, la Lettone aborde lors de ce récital au Carnegie Hall un répertoire plus intime, loin des grands rôles dramatiques qu’elle interprète régulièrement.

Le succès de la première partie tient avant tout du choix judicieux de Lieder dont Elīna Garanča maîtrise toutes les nuances. L’intériorité et la pureté de la ligne de chant dans « Widmung » et « Der Nussbaum » de Schumann sont comme un retour aux sources du bel canto. Pas tout à fait wagnérienne, elle apporte une touche de romantisme aux Wesendonck Lieder par la chaleur de son timbre. Envoûtante dans « Im Treibhaus », Garanča hante son récit ponctué d’aigus incandescents. Sans jamais tomber dans l’excès, la mezzo-soprano sait ajouter une dimension épique à ces poèmes représentatifs du romantisme allemand en distillant quelques graves habilement poitrinés.



Elīna Garanča et Kevin Murphy © Jennifer Taylor

La deuxième partie s’avère plus inégale dans le choix des morceaux et leur interprétation. Malgré les efforts de Kevin Murphy qui parvient à réaliser de magnifiques introductions, difficile de réduire l’orchestration lascive de Shéhérazade de Ravel pour un seul piano. L’intérêt principal du texte surchargé réside dans les subtilités de prononciation de la nuée de mots et d’adjectifs aux accents exotiques. Malheureusement la diction française encore trop sommaire de Garanča l’empêche de faire pleinement sonner ces nuances. A défaut d’un chant parfaitement ciselé, ses aigus remplissent majestueusement la grande salle du Carnegie Hall.

Elīna Garanča ne cache pas ses affinités avec la culture hispanique et notamment le Mexique où elle se produit fréquemment en concert. Les Siete canciones populares españolas de Manuel de Falla sont autant de passages courts et variés dans lesquels elle s’illustre avec plus ou moins de succès. Si elle possède la gravité toute ibérique de « Asturiana » et « Nana » dont les vocalises andalouses se déploient avec grâce, il lui manque  l’espièglerie nécessaire à « El paño moruno » et « Polo ».

La mezzo apparaît plus détendue au moment des bis et s’adresse au public avec un large sourire. Après un court air letton, « Aizver actiņas un smaidi » de Jāzeps Vītols, la salle exulte aux premières mesures de la Habanera de Carmen qu’elle chante avec hardiesse, les poings sur les hanches. S’ensuit un « Mon cœur s’ouvre à ta voix » d’anthologie qui achève d’électriser un public en délire. Dommage que personne n’ait pensé à offrir des fleurs à cette immense artiste qui recueille humblement les applaudissements de l’assistance.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Robert Schumann

Myrthen, Op. 25

Widmung
Der Nussbaum
Jemand
Lieder der Braut aus dem Liebesfrühling I
Lieder der Braut aus dem Liebesfrühling II

Richard Wagner

Wesendonck Lieder

1. Der Engel
2. Stehe still !
3. Im Treibhaus
4. Schmerzen
5. Träume

Maurice Ravel

Shéhérazade

I. Asie
II. La Flûte enchantée
III. L’indifférent

Manuel de Falla

Siete canciones populares españolas

1. El paño moruno
2. Seguidilla murciana
3. Asturiana
4. Jota
5. Nana
6. Canción
7. Polo

Bis:

Jāzeps Vītols

Aizver actiņas un smaidi

Georges Bizet

L’amour est un oiseau rebelle » (Habanera), Carmen

Camille Saint-Saëns

Mon coeur s’ouvre à ta voix, Samson et Dalila

New York, Carnegie Hall, mardi 23 octobre 2018, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Mozart triomphe enfin à Aix !
Raphaël PICHON, Karine DESHAYES, Marianne CREBASSA
Spectacle
Où Tancrède découvre qu’il est une femme
Jan Philipp GLOGER, Anna GORYACHOVA, Mélissa PETIT
Spectacle