Forum Opéra

Récital Jakub Józef Orliński – Paris

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
2 mai 2023
Orliński sous les étoiles

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Johann Joseph Fux

Non t’amo per il ciel

 

Henry Purcell

Music for a while

Fairest Isle

Cold song

Strike the viol

 

Henryk Czyż

Pożegnanie

Kochałem Panią

Na wzgórzach Gruzji

Ostatni raz

 

Mieczysław Karłowicz

Nie płacz nade mną

Z Erotyków

Mów do mnie jeszcze

Przed nocą wieczną

Na spokojnym, ciemnym morzu

W wieczorną cieszę

Zaczarowana królewna

 

Stanisław Moniuszko

Łza

Prząśniczka

 

Georg Friedrich Haendel

Alleluja, Amen

 

Jakub Jozef Orlinski, contre-ténor

Michal Biel, piano

Paris, Paris Opera Festival, Sainte-Chapelle, 30 avril 2023, 20h

Pour sa première édition, le Paris Opera Festival avait fait le pari d’unir les stars de la scène lyrique aux étoiles de la Sainte-Chapelle. Pari osé lorsqu’on sait que les voûtes d’ogives de l’édifice offrent certainement une acoustique flatteuse à une musique polyphonique qui ne demande qu’à laisser ses accords s’épanouir, mais que, s’agissant ici du répertoire traditionnellement dévolu aux contre-ténors, répertoire vocalisant à souhait, un écho trop généreux aurait suffi à gâcher la plus habile des performances.

Jakub Józef Orliński, accompagné au piano par Michal Biel, a su tirer le meilleur parti de cette acoustique et, du moins pour un spectateur installé dans les premiers rangs, l’effet s’est vite avéré idéal. Peut-être est-ce le fruit du hasard. Mais peut-être est-ce aussi le fruit d’un parti-pris qui, venant du jeune contre-ténor, ne surprend plus : sortir de ce répertoire traditionnellement dévolu aux contre-ténors, aborder des pièces moins connues du grand public, moins ornées – et, du reste, initialement écrites pour baryton –, mais non moins touchantes.

Le choix des airs peut, en effet, surprendre : à une première partie résolument baroque, déployant quelques tubes du répertoire dans sa tessiture, en particulier chez Purcell, a succédé un second volet comprenant des mélodies polonaises plus intimistes et confidentielles que les inconditionnels avaient découvertes grâce au dernier album d’Orliński et Biel, Farwells. Ainsi, de Fux (1660-1741) et Purcell (1659-1695), l’on est passé à Czyż (1923-2003), Karłowicz (1876-1909) et Moniuszko (1819-1872), avant de revenir à Haendel (1685-1759).

Musicalement, la cohérence du programme est certainement amenée par le piano. En effet, alors qu’il déploie le jeu présent, affirmé, et parfois romantique, qui est exigé par les partitions dans les pièces plus tardives, Michal Biel aborde les pièces baroques avec une grande intelligence musicale. Il ne s’agit jamais d’imiter le clavecin ou de réduire le piano à une basse continue. Au contraire, le choix de l’accompagnement est assumé avec nuance et retenue. Certains ralentis, certains élans, n’auraient pas été possibles – ou très malvenus – dans une interprétation strictement historique. Ils sont ici amenés avec une grande finesse, donnant au piano tout son sens.

Les qualité vocales de Jakub Józef Orliński sont désormais connues et l’on ne peut ici que souligner à nouveau la richesse du timbre – coloré et plein d’harmoniques –, l’homogénéité du placement, la qualité de la projection. Il déploie tant ses graves que son médium et ses aigus – ce qui est particulièrement remarquable chez un contre-ténor – dans un même moule où rondeur et incisivité se répondent constamment. La voix est bien accrochée et les résonateurs supérieurs largement mobilisés. Le registre très aigu est parfois un peu agressif, mais la perception est sans doute différente si l’on est placé plus loin du chanteur.

Dans les Purcell – « Music for a while », « Fairest Isle », « Cold song », « Strike the viol » –, chanteur et pianiste semblent en parfaite symbiose. Dans la première pièce, on sent une progression remarquablement maîtrisée où certains ralentis contrastent avec une animation de plus en plus forte. Dans cette page en particulier, mais également dans le reste du programme, les zones de liberté (vocalises improvisées, cadences, nuances, variations de tempi…) sont pleinement exploitées sans néanmoins tomber dans la caricature ce qui, concernant en particulier l’air du froid de King Arthur (« Cold song »), n’avait rien d’acquis. Ici, le choix est fait de ne pas trop détacher les syllabes et la réussite réside en un legato mis sous très haute tension. Si les mélodies polonaises réclament plus d’introspection, l’Orliński mutin des vocalises du « Strike the viol » n’est jamais très loin et l’on s’est par exemple vu offrir un « Prząśniczka » où le piano exprime la course effrénée d’un fuseau (qui est aussi celle du temps) et où le chanteur raconte, avec tendresse et ironie,  l’histoire d’une jeune fille lassée d’attendre le garçon fidèle.

Cette dernière mélodie sera d’ailleurs reprise en bis. Si l’on ne craignait pas les platitudes, on conclurait ce compte-rendu en écrivant que, sous les étoiles de la Sainte-Chapelle, il y en avait une qui, le 30 avril dernier, brillait un peu plus intensément.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Johann Joseph Fux

Non t’amo per il ciel

 

Henry Purcell

Music for a while

Fairest Isle

Cold song

Strike the viol

 

Henryk Czyż

Pożegnanie

Kochałem Panią

Na wzgórzach Gruzji

Ostatni raz

 

Mieczysław Karłowicz

Nie płacz nade mną

Z Erotyków

Mów do mnie jeszcze

Przed nocą wieczną

Na spokojnym, ciemnym morzu

W wieczorną cieszę

Zaczarowana królewna

 

Stanisław Moniuszko

Łza

Prząśniczka

 

Georg Friedrich Haendel

Alleluja, Amen

 

Jakub Jozef Orlinski, contre-ténor

Michal Biel, piano

Paris, Paris Opera Festival, Sainte-Chapelle, 30 avril 2023, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Danse pour la fin du monde
Nicky SPENCE, Jaquelyn STUCKER, Clive BAYLEY
Spectacle
Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle